Estadio Monumental Isidro Romero Carbo - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Estadio Monumental Isidro Romero Carbo.

Estadio Monumental Isidro Romero Carbo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Estadio Monumental Isidro Romero Carbo
Généralités
Surnom
El Monumental
El Coloso de America
El Templo
Nom complet
Estadio Monumental Banco Pichincha (officiel)
Adresse
Construction et ouverture
Ouverture
Architecte
Miguel Valdivieso
Ricardo Mórtola
Coût de construction
70 millions $
Utilisation
Clubs résidents
Propriétaire
Équipement
Surface
Pelouse naturelle
Capacité
57 267[1]
Dimensions
105 × 70 m
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Équateur

L'Estadio Monumental Isidro Romero Carbo (rebaptisé Estadio Banco Pichincha dans le cadre d'un contrat de naming) est un stade de football situé au nord de la ville de Guayaquil en Équateur. Le stade est la propriété du Barcelona Sporting Club, son club résident.

Histoire

Le Monumental est né de la décision d'Isidro Romero Carbo, président du Barcelona SC, de faire construire son propre stade plutôt que de continuer à partager avec le Club Sport Emelec l'Estadio Modelo Alberto Spencer, un stade construit dans les années 1950.

Le nouveau stade est inauguré le avec la réception amicale du FC Barcelone, devant une foule d'invités prestigieux, comme Pelé (une plaque commémorative se trouve dans le stade). Il dispose de nombreux équipements, comme une salle de soin, des boutiques et restaurants. Un terrain d'entraînement se trouve à proximité, baptisé Sigifredo Agapito Chuchuca en l'honneur d'un joueur emblématique du SC Barcelona.

Le , le président du club Eduardo Maruri signe un contrat de naming de quatre ans avec la banque équatorienne Banco Pichincha (en). Bien que le nom officiel du stade change, le nom légal reste Estadio Monumental Isidro Romero Carbo.

Événements

Vue panoramique du stade
Vue panoramique du stade

Notes et références

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Estadio Monumental Isidro Romero Carbo
Listen to this article