José Luis Brown - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for José Luis Brown.

José Luis Brown

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

José Luis Brown

José Luis Brown en 1986
Biographie
Nationalité
Argentin
Naissance
Lieu Ranchos (Argentine)
Décès (à 62 ans)
Lieu La Plata (Argentine)
Taille 1,83 m (6 0)
Période pro. 1975-1990
Poste Défenseur central
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1975-1983
Estudiantes LP
291 (25)
1983-1984
Atlético Nacional
54 (3)
1985
Boca Juniors
9 (4)
1985
Deportivo Español
5 (0)
1986-1987
Brest Armorique
31 (1)
1987-1989
Real Murcie
28 (1)
1989-1990
Racing Club
10 (1)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1983-1989
Argentine
36 (1)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1995
Los Andes
2000-2001
Club Almagro
2001-2002
Nueva Chicago
2002-2003
Blooming
2004
Atlético Rafaela
2005-2006
Club Almagro
2006-2007
Ben Hur
2007
Ferro Carril Oeste
2007-2009
Argentine -17
2013
Ferro Carril Oeste
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

José Luis Brown (né le à Ranchos et mort le à La Plata), surnommé El Tata, est un joueur de football argentin, devenu entraîneur.

Évoluant au poste de défenseur central, il est sélectionné de 1983 à 1989 en équipe nationale argentine, avec laquelle il remporte la Coupe du monde de 1986.

Biographie

Carrière de joueur

Descendant direct d'Alexander Watson Hutton (en), un des pionniers du football argentin[1], José Luis Brown naît dans la province de Buenos Aires en Argentine.

Celui que l'on va surnommer Tata fait ses débuts de footballeur professionnel dans le club argentin d'Estudiantes de La Plata, où il reste neuf années et pour lequel il dispute plus de 300 matchs. Lors de ses deux dernières saisons, en 1982 et 1983, il réussit l'exploit, en tant que défenseur, d'inscrire 17 buts en 69 matchs de Primera División, contribuant ainsi activement aux deux titres remportés par son équipe[2].

Courant 1983, Brown quitte l'Argentine et signe à l'Atlético Nacional en Colombie. Peu de temps après il fait ses premiers pas en sélection argentine à l'occasion de la Copa América 1983[3]. Après deux années en Colombie, Brown revient en Argentine, à Boca Juniors puis au Deportivo Español où il joue peu. Blessé sérieusement au genou[4], il se trouve sans club pendant la saison 1985-1986, à 30 ans, et perd sa place en sélection[5].

Pourtant il garde la confiance du sélectionneur Carlos Bilardo, connu à Independiente, et se trouve sélectionné pour la Coupe du monde au Mexique comme doublure de Daniel Passarella, qui se blesse avant le début de tournoi. Brown dispute finalement les six matchs de la compétition[6] et s'affirme, malgré le scepticisme des observateurs, comme un des bons joueurs du tournoi à son poste[7]. En finale contre l'Allemagne, il inscrit son premier, et seul, but international en finale du tournoi, en ouvrant la marque d'un coup de tête[8]. Les Argentins l'emportent (3-2). Brown devient une vedette que se disputent les clubs européens[4].

Brown signe finalement au Brest Armorique FC, en France, où le président François Yvinec et l'homme d'affaires Michel-Édouard Leclerc veulent monter une équipe de haut-niveau[4]. Mais le projet tourne court et Brown part l'été suivant. Il signe au Real Murcie, en Liga espagnole, pour deux ans[9]. Il réalise une première saison correcte et une seconde tronquée, conclue par une relégation en deuxième division[10].

Malgré ses performances moyennes en Europe, il conserve sa place en sélection et participe aux deux Copa América de 1987 et 1989, dont l'Argentine termine respectivement 4e et 3e. En 1989, il rentre en Argentine, au Racing Club de Avellaneda, où il arrête sa carrière sportive l'année suivante.

Carrière d'entraîneur

Après sa retraite sportive, il démarre une carrière de technicien et d'entraîneur. Il fait ses débuts en 1995 avec Los Andes, en Primera B, la D2 argentine. L'année suivante il est l'adjoint de Carlos Bilardo à Boca Juniors. En duo avec Héctor Enrique, il dirige le Club Almagro (2000-2001) puis Nueva Chicago (2001-2002), sans résultats probants.

En 2002-2003 il dirige le Club Blooming, en Bolivie, puis rejoint une nouvelle fois Bilardo, à Independiente cette fois. Il dirige ensuite l'Atlético Rafaela (2004, en Primera B), retourne au Club Almagro (2005-2006), signe avec le CS Ben Hur (2006-2007), puis Ferro Carril Oeste (2007 puis 2013, en Primera B toujours).

Il est sélectionneur national des moins de 17 ans, de 2007 jusqu'à la Coupe du monde de football des moins de 17 ans 2009 où les Argentins s'inclinent cruellement dès les 8es de finale[11], quelques mois après avoir perdu la finale du championnat d'Amérique du Sud aux tirs au but face au Brésil.

Décès

Atteint de la maladie d'Alzheimer, il décède le à l'âge de 62 ans[12]. Il est le second des champions du Monde argentins de 1986 à décéder, après José Luis Cuciuffo (1961-2004).

Palmarès

Avec l'équipe d'Argentine

Avec Estudiantes de La Plata

Statistiques

José Luis Brown compte 36 sélections (1 but) en équipe d'Argentine entre 1983 et 1989[13].

Statistiques individuelles de José Luis Brown[2],[5]
Saison Club Championnat Matchs Buts
1975
Estudiantes La Plata
PD 20 1
1976
Estudiantes La Plata
PD 14 1
1977
Estudiantes La Plata
PD 31 0
1978
Estudiantes La Plata
PD 44 0
1979
Estudiantes La Plata
PD 29 0
1980
Estudiantes La Plata
PD 41 0
1981
Estudiantes La Plata
PD 43 6
1982
Estudiantes La Plata
PD 52 10
1983
Estudiantes La Plata
PD 17 7
1983 et 1984
Atlético Nacional
D1 54 3
1985[14]
Boca Juniors
PD 9 4
1985-1986[15]
Deportivo Español
PD 5 0
1986-1987
Brest Armorique FC
D1 31 1
1987-1988
Real Murcie
Liga 21 1
1988-1989
Real Murcie
Liga 7 0
1989-1990
Racing Club
PD 10 1
Total 428 35

Notes et références

  1. (en) « Argentine football returns to roots of its Scottish founder », sur scotsman.com, (consulté le 13 août 2019).
  2. a et b (en) « Fiche de José Luis Brown », sur national-football-teams.com.
  3. (en) « José Luis Brown International matches », sur 11v11.com (consulté le 20 octobre 2014).
  4. a b et c Alex Bourouf, « Le but qui changea la vie de José Luis Brown », sur oldschoolpanini.com (consulté le 20 octobre 2014).
  5. a et b (es) « José Luis Brown », sur bdfa.com.ar (consulté le 20 octobre 2014).
  6. (en) « Fiche de José Luis Brown », sur FIFA.com.
  7. (en) « Last minute World Cup additions », FIFA.com (consulté le 20 octobre 2014).
  8. Nicolas Cougot, « Quand les Écossais ont donné naissance au football argentin », sur ijsbergmagazine.com, .
  9. (es) « Brown, presentado en el Murcia », El Mundo Deportivo, (consulté le 12 juin 2014).
  10. (en) « Fiche de José Luis Brown », sur BDFutbol.com.
  11. (en) « Late heartbreak for Albiceleste », FIFA.com, (consulté le 20 octobre 2014).
  12. « José Luis Brown, champion du monde 1986 avec l'Argentine, est décédé », sur rmcsport.bfmtv.com, (consulté le 13 août 2019).
  13. (en) Argentina - Record International Players, RSSSF
  14. 1984-1985 d'après BDFA.com.ar
  15. 1985 d'après BDFA.com.ar

Sur les autres projets Wikimedia :

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
José Luis Brown
Listen to this article