Juan Sebastián Verón - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Juan Sebastián Verón.

Juan Sebastián Verón

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Juan Sebastián Verón

Juan Sebastián Verón en 2010.
Biographie
Nom Juan Sebastián Verón
Nationalité
Argentin
Italien
Naissance (45 ans)
Lieu La Plata (Argentine)
Taille 1,86 m (6 1)[1]
Poste Milieu axial
Pied fort Droit
Parcours junior
Années Club
1993-1994
Estudiantes
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1994-1996
Estudiantes
060 0(7)
1996
Boca Juniors
017 0(4)
1996-1998
Sampdoria Gênes
068 0(7)
1998-1999
Parme FC
042 0(5)
1999-2001
Lazio Rome
072 (14)
2001-2003
Manchester United
077 (11)
2003-2007
Chelsea
013 0(1)
2004-2006
Inter Milan
070 0(4)
2006-2007
Estudiantes
031 0(2)
2007-2012
Estudiantes
158 (23)
2012-2013
Brandsen
028 0(7)
2013-2014
Estudiantes
022 0(0)
2017
Estudiantes
01 0(0)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1996
Argentine olympique
1996-2010
Argentine
073 0(9)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 28 décembre 2016

Juan Sebastián Verón, né le à La Plata (Argentine), est un footballeur international argentin jouant au poste de milieu offensif. Il est le fils de Juan Ramón Verón, également footballeur professionnel.

En 2014, il est nommé président de l'Estudiantes de La Plata et decide de jouer pour cette équipe en 2017.

Biographie

Enfance, formation et débuts professionnels en Argentine

Juan Sebastián Verón est le fils de Juan Ramón, footballeur professionnel ayant fait l'essentiel de sa carrière à l'Estudiantes de La Plata. Son père surnommé la Bruja (le « Sorcier »), le fils écope logiquement de la Brujita (le « Petit sorcier »)[2]. Il possède également un passeport italien, dû aux origines italiennes de ses parents[3],[4].

Né à La Plata, Juan Sebastián intègre très tôt le même club emblématique local de l'Estudiantes. Il rejoint les six cents mètres espaçant son domicile au stade en sprint. À seize ans, déterminé à vivre du football comme son père, il se lève à six heures du matin pour aligner les kilomètres de course. Le paternel se charge de la partie technique et Juan Sebastián associe rapidement une technique d'orfèvre à un physique d'acier[2].

À dix-neuf ans, le , le « gamin aux trois poumons » est propulsé en première division mais ne peut éviter la relégation de l'équipe. Remonté après seulement un an, avec Estudiantes, son souffle impressionne, sa vision et sa précision subjuguent. Rapidement les meilleurs clubs nationaux se l'arrachent, dont River Plate et Boca Juniors[2].

Boca remporte le duel et Verón devient le porteur d'eau de Maradona et Claudio Caniggia. Le rêve est éphémère car, au bout de six mois, jambes des idoles fatiguées et caisses du club vides, il sert de monnaie de survie au club le plus populaire d'Argentine. En juillet 1996, tout juste international, Verón s'engage pour quatre avec la Sampdoria de Gênes contre 7,5 M€[2].

Départ rapide pour l'Italie (1996-2001)

Dès son arrivée en Italie, Verón est mal-à-l'aise loin de ses coutumes. Après deux mois de frustration et d'apprentissage difficile de la langue, Juan Sebastián demande à revenir dans son pays natal mais son père lui dit de s'accrocher. Aidé par Sven-Göran Eriksson, technicien suédois compréhensif, le mal-être se dissipe, remplacé par le talent et la rage de vaincre[2].

Après deux saisons et une Coupe du monde 1998 réussie, Parme succombe au charme et casse sa tirelire (20 M€) pour attirer le phénomène. Au contact de ses compatriotes Roberto Sensini et Hernán Crespo, Verón explose et remporte les Coupes d'Italie et de l'UEFA (3-0 en finale face à l'Olympique de Marseille) dès la première année. Très convoité, celui élu meilleur milieu relayeur de Serie A pousse la Lazio Rome à déposer 30 M€ sur la table pour s'attacher ses services[2].

Avec la Lazio, l'objectif de titre est rempli en coiffant la Juventus de Zidane sur le fil en championnat[2]. Verón conserve son titre en Coupe d'Italie en réalisant le doublé coupe-championnat. La saison suivante, il découvre la Ligue des champions.

Manchester United puis l'Inter (2001-2006)

À l'été 2001, Juan Sebastián Verón rejoint Manchester United pour un montant record : 42,8 M€. Il y évolue comme meneur de jeu et Alex Ferguson déclare « c'est le joueur qu'il nous manquait ! Celui qui donne l'impulsion fatale »[2]. Pour Juan, ce transfert doit marquer un tournant dans sa carrière ; néanmoins Verón déçoit et n'est guère adapté au jeu caractéristique du championnat anglais. De plus, il n'est pas réellement aidé par la concurrence sérieuse que représente Roy Keane à l'époque, malgré la confiance parfois excessive qui lui est accordée par Sir Alex Ferguson.

Après une première saison décevante à Manchester United, Verón se rattrape en 2002-2003 où il marque 4 fois en Ligue des Champions et se révèle être important en championnat. Mais il se blesse en fin de saison, où il est alors acheté par un autre club anglais, en construction pour atteindre les sommets, le Chelsea FC, mais son achat (s'élevant à 18 millions d'euros) étant plutôt dû à un caprice du tout nouveau président Roman Abramovitch. Verón réalise un très bon début de saison mais une nouvelle fois miné par des blessures Juan n'est pas souvent titularisé par l'entraineur italien Claudio Ranieri. Verón devient alors le joueur le plus cher en termes de transferts cumulés avec un total de 77 M£, record qui sera par la suite battu par Nicolas Anelka, 85 M£, puis par le fameux Cristiano Ronaldo avec 92,4 M£. À la suite de la saison 2003-2004, (où il ne jouera que 7 fois), il est prêté avec option d'achat à l'Inter de Milan.

Là, il retrouve la Serie A, et réalise une bonne saison sous le maillot nerazzurro, en tout cas suffisamment satisfaisante pour que les dirigeants milanais le prennent une seconde année en prêt. Il effectue cependant une seconde saison de moins bonne qualité.

Retour à Estudiantes (2006-2014)

Lors de l'été 2006, il accepte de se faire prêter à son club formateur, Estudiantes de La Plata, avec option d'achat.

De retour en Argentine, il mène son club au titre de champion d'Apertura (tournoi d'ouverture du 1er juillet au ). Face à ses excellentes performances, l'Estudiantes lève l'option d'achat et lui fait signer un contrat de deux ans.

Lors de la saison 2008-2009, El Pincha (le rat), devenu capitaine du club, gagne la Copa Libertadores 2009.

Pour la seconde année consécutive, il a été élu Meilleur joueur sud-américain de l'année, lors du vote traditionnellement organisé par le quotidien "El país" de Montevideo[5].

L'Argentin prend une première fois sa retraite professionnelle en , à cause notamment de problèmes de genou[6].

En , il apparaît régulièrement sur la pelouse de son ancien club l'Estudiantes, sous les ordres de Mauricio Pellegrino lors des entraînements de pré-saison. C'est finalement en et à 38 ans qu'il annonce sa décision de rechausser les crampons avec son club de cœur l’Estudiantes, ses problèmes au genou ayant disparu[7].

En équipe d'Argentine (1996-2010)

Après s'être imposé à Boca Juniors, Verón connaît sa première cape le contre la Pologne (2-1). Après avoir rejoint l'Europe, il devient un élément fondamental de la sélection de Daniel Passarella. Lors de la Coupe du monde 1998, à seulement 22 ans, il accroche une place dans l'équipe-type de la FIFA malgré l'élimination en quart-de-finale contre les Pays-Bas (2-1)[2].

Lors des éliminatoires pour le Mondial 2002, sous les ordres de Marcelo Bielsa, Verón devient le leader du jeu des Albiceleste auquel s'ajoutent cinq buts et trois passes décisives[2] Lors de la compétition, il n'est pas réellement convaincant et, comme le reste de l'équipe, pas au point physiquement. Alors joueur de Manchester United, il réalise un match catastrophique contre l'Angleterre, ratant tout ce qu'il entreprit. Il est alors considéré comme un traître par les Argentins, qui l'accusent d'avoir volontairement raté son match contre les Anglais.

Bien qu'il n'annonce pas officiellement sa retraite internationale, Verón n'est plus sélectionné à partir de l'année 2003; et alors qu'il s'annonce intéressé pour une éventuelle participation au Mondial 2006 en Allemagne, il n'est pas sélectionné (même pas en match de préparation) par José Pekerman.

Après une bonne saison 2006-2007 à Estudiantes, il est finalement retenu par le sélectionneur Alfio Basile pour disputer la Copa América 2007 au Venezuela.

Le , Verón est de nouveau appelé en sélection par Maradona le lors d'un match amical face à la France, et dispute la Coupe du monde 2010 l'année suivante.

Reconversion

En 2014, il est nommé président de l'Estudiantes de La Plata.

Style de jeu

Juan Sebastián Verón évolue comme milieu relayeur, poste où sont le plus mis en avant ses qualités physiques et techniques. Endurant au point qu'on l'appelle l'« homme aux trois poumons », il manie le ballon à sa guise pour marquer, notamment sur coup franc, ou distiller des passes redoutables[2].

Statistiques

Statistiques de Juan Sebastián Verón au 25 juillet 2017[8]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Supercoupe continentale Coupe du monde des clubs
Argentine
Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd
1993-1994
Estudiantes de La Plata
D2 7 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 7 0 0
1994-1995
Estudiantes de La Plata
D1 38 5 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 38 5 0
1995-1996
Estudiantes de La Plata
D1 15 2 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 15 2 0
Sous-total 60 7 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 60 7 0
1996
Boca Juniors
D1 17 4 - - - - - - - - - - - - - - - - - 1 0 0 18 4 0
Sous-total 17 4 - - - - - - - - - - - - - - - - - 1 0 0 18 4 0
1996-1997
Sampdoria Gênes
Serie A 32 5 1 - - - - - - - - - - - - - - - - 4 0 1 36 5 2
1997-1998
Sampdoria Gênes
Serie A 29 2 1 3 0 - - - - - - - - - - - - - - 17 1 4 49 3 5
Sous-total 61 7 2 3 0 - - - - - - - - - - - - - - 21 1 5 85 8 7
1998-1999
Parme FC
Serie A 26 1 8 6 3 1 - - - C3 10 0 2 - - - - - - 2 0 1 44 4 12
Sous-total 26 1 8 6 3 1 - - - - 10 0 2 - - - - - - 2 0 1 44 4 12
1999-2000
Lazio Rome
Serie A 31 8 11 4 0 - - - - C1 11 2 0 1 0 0 - - - 8 3 1 55 13 12
2000-2001
Lazio Rome
Serie A 22 3 6 2 0 - 1 0 1 C1 7 1 3 - - - - - - 9 2 1 41 6 11
Sous-total 53 11 17 6 0 - 1 0 1 - 18 3 3 1 0 0 - - - 17 5 2 96 19 23
2001-2002
Manchester United
PL 26 5 1 1 0 - - - - C1 13 0 6 - - - - - - 9 2 1 49 7 8
2002-2003
Manchester United
PL 25 2 2 1 0 1 - - - C1 11 4 4 - - - - - - 2 0 0 39 6 7
Sous-total 51 7 3 2 0 1 - - - - 24 4 10 - - - - - - 11 2 1 88 13 15
2003-2004
Chelsea FC
PL 7 1 0 - - - - - - C1 6 0 0 - - - - - - 4 1 0 17 2 0
Sous-total 7 1 0 - - - - - - - 6 0 0 - - - - - - 4 1 0 17 2 0
2004-2005
Inter Milan
(prêt)
Serie A 24 3 2 5 0 1 - - - C1 10 0 2 - - - - - - - - - 39 3 5
2005-2006
Inter Milan
(prêt)
Serie A 25 0 3 - - - 1 1 0 C1 9 0 1 - - - - - - - - - 35 1 4
Sous-total 49 3 5 5 0 1 1 1 0 - 19 0 3 - - - - - - - - - 74 4 9
2006-2007
Estudiantes de La Plata
(prêt)
D1 31 2 11 - - - - - - - - - - - - - - - - 5 0 0 36 2 11
2007-2008
Estudiantes de La Plata
D1 18 7 6 - - - - - - CL+CS 7+1 2+0 1+0 - - - - - - 1 0 0 27 9 7
2008-2009
Estudiantes de La Plata
D1 18 3 7 - - - - - - CL+CS 14+10 1+1 6+1 - - - - - - 3 0 0 45 5 14
2009-2010
Estudiantes de La Plata
D1 27 4 9 - - - - - - CL 9 1 4 - - - 2 0 0 8 0 2 46 5 15
2010-2011
Estudiantes de La Plata
D1 24 2 4 - - - - - - CL+CS 5+1 0 1+0 - - - 2 - - - - - 32 2 5
2011-2012
Estudiantes de La Plata
D1 19 2 3 - - - - - - CS 1 0 1 - - - - - - - - - 20 2 4
2012-2013
Brandsen
D3 28 7 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 28 7 0
Sous-total 28 7 40 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 28 7 40
2013-2014
Estudiantes de La Plata
D1 22 0 2 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 22 0 2
2016-2017
Estudiantes de La Plata
D1 - - - - - - - - - CL 5 0 1 - - - - - - - - - 5 0 1
Sous-total 159 20 2 - - - - - - - 53 5 15 - - - 2 0 0 17 0 2 231 25 19
Total sur la carrière 511 62 77 23 3 3 2 1 1 - 190 13 33 1 0 0 2 0 0 73 9 9 802 88 123

Palmarès

En club

En sélection

Distinctions personnelles

Notes et références

  1. Site web officiel de l'Estudiantes
  2. a b c d e f g h i j et k Frédéric Hamelin, « Star : Cours, Verón, cours ! », Onze Mondial, no 157,‎ , p. 22-25 (ISSN 0995-6921)
  3. (es) « Verón y ex presidente de la Lazio absueltos por pasaportes falsos », EMOL,‎ (lire en ligne, consulté le 9 mars 2010)
  4. (it) « Lazio: La vera storia del passaporto di Veron », ju29ro.com/, 10 mai 2007-05-10 (consulté le 9 mars 2010)
  5. (es) « Meilleur joueur sud-américain de l'année », sur www.ovaciondigital.com.uy (consulté le 1er janvier 2010)
  6. « Veron part à la retraite »
  7. (es) « Verón de retour »
  8. « Fiche de Juan Sebastián Verón », sur footballdatabase.eu

Sur les autres projets Wikimedia :

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Juan Sebastián Verón
Listen to this article