Libéral-conservatisme - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Libéral-conservatisme.

Libéral-conservatisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cet article adopte un point de vue régional ou culturel particulier et nécessite une internationalisation (septembre 2018). Merci de l'améliorer ou d'en discuter sur sa page de discussion ! Vous pouvez préciser les sections à internationaliser en utilisant ((section à internationaliser)).

Le libéral-conservatisme est une idéologie politique qui combine et défend des préoccupations conservatrices, en particulier pour les traditions établies, le respect pour l'autorité, l'ordre public, la sécurité, l'identité nationale, l'héritage religieux, la famille, avec des idées républicaines. Le penseur emblématique de ce courant juridique, philosophique et politique est Edmund Burke.

Le libéral-conservatisme représente l'idéologie dominante des partis européens de droite comme l'union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), le parti conservateur au Royaume-Uni, le parti Les Républicains en France, Forza Italia en Italie ou encore le Parti populaire (PP) en Espagne. Ces derniers sont regroupés au sein du Parti populaire européen. Le libéral-conservatisme domine également au sein de grands partis de droite en dehors de l'Union européenne. C'est le cas par exemple du Parti républicain aux États-Unis ou encore du Parti conservateur du Canada.[réf. nécessaire]

Présentation générale

Les libéraux-conservateurs sont pour la propriété privée et une économie de marché modérée. Ces conservateurs rejettent résolument les idées modernes, à savoir la défense de droits individuels, du contrat social et d'une liberté négative. Au libéralisme des modernes, fortement individualiste, relativiste, conventionaliste et utilitariste, ils opposent un libéralisme ancien, républicain[1]. Ainsi, ils n'appartiennent pas au libéralisme classique, c'est-à-dire la tendance intellectuelle de Benjamin Constant et d'Alexis de Tocqueville. Malgré tout ils sont considérés comme appartenant à une famille ancienne du libéralisme[2].

Le conservatisme libéral: défense du droit naturel classique

Ce qui oppose les libéraux-conservateurs aux libéraux classiques, c'est un désaccord sur ce que doit être le droit naturel[3],[4]. Pour les premiers, le droit ne doit en aucun cas être confondu avec la loi, même s'il doit être découvert par la raison, mais consiste à dire ce qui est juste; c'est le droit des classique[5]. Cela suppose un travail de réflexion de la part des juristes, des philosophes et politologues sur la nature de la vérité, du souverain bien, de la bonne société. Le droit n'est pas connu de prime abord, aussi il doit être recherché et adapté selon les situations. Les divergences entre classiques et modernes se situent sur le plan juridique.

Les conservateurs reprochent aux modernes d'avoir osé penser le droit comme émanant de l'individu. Ils accusent également les libéraux classiques, les premiers modernes, d'avoir ouvert la porte au positivisme juridique en affirmant que le droit se trouve dans des lois rationnelles[6] et à l'utilitarisme en pensant la société à partir des passions individuelles. Le conservateur libéral rejette également le relativisme des valeurs et le progressisme épousés par le moderne. Contrairement au libéral classique et au jacobin, il préfèrera le droit romain aux Droits de l'Homme[7]. A contrario, le libéral classique défend une conception individualiste et égalitaire du droit naturel. La liberté négative, moderne, que le libéral défend a pu effectivement conduire au relativisme et au positivisme, car celui-ci sépare les faits des valeurs, opposant la raison à la tradition[8].

Concordances, convergences et oppositions des diverses doctrines et systèmes politiques

Le conservatisme apparaît comme une alternative au libéralisme moderne[9]. C'est toute son ambiguïté : comme les hommes ont besoin à la fois d’enracinement et d'émancipation, il peut vouloir accompagner plus largement les bienfaits du libéralisme, le rendre plus protecteur à l'égard de l'émancipation sans prudence ou encore le considérer comme vicié, donc vouloir le renverser. Sauf dans ce dernier cas, le conservatisme est donc prêt à composer avec le libéralisme. De même, il ne suffit pas qu'une société soit « ouverte », économiquement parlant, pour qu'y règne la liberté. Celle-ci suppose, outre la liberté de choisir des biens de consommation, celle de peser sur les destinées collectives. Contrairement au libéralisme classique, le conservatisme libéral ne croit pas que l'égalité et la liberté soient compatibles[10].

Le libéral-conservatisme s'oppose également au centralisme. La décentralisation, conjuguée avec le fédéralisme et le principe de subsidiarité, permet d'initier les citoyens à la vie politique et éviter le despotisme de l’État[11],[12]. Ainsi, il s'oppose logiquement aux régimes totalitaires, le communisme par exemple, c'est-à-dire lors qu’un État contrôle tous les pouvoirs, notamment économique, religieux, médiatique, etc. Le libéral-conservateur rejoint le libéral classique sur le rejet de la tyrannie et du droit positif. Il soutient la propriété privée et une liberté de commerce modérée, mais se méfie de la démocratie représentative et du progressisme défendus par des penseurs modernes comme Benjamin Constant[13].

Usage du terme

Dans de nombreux pays, les partis d'idéologie conservatrice ont, avec le temps, adopté des arguments modernes. Le terme « conservateur » plutôt que « libéral-conservateur » est souvent employé pour qualifier les personnes concernées. Dans les pays où les idées libérales sont considérées comme relevant de la tradition, comme les États-Unis, le conservatisme est aussi une notion englobant la défense du conservatisme classique et du libéralisme classique. Dans d'autres pays où les mouvements libéraux-conservateurs sont devenus des courants politiques dominants, les termes « libéral » et « conservateur » peuvent devenir synonymes (comme en Australie, en Italie et en Espagne). En revanche, aux États-Unis et au Royaume-Uni, ces deux termes sont antinomiques, radicalement opposés. Des idées libérales et modernes se sont imposées dans certaines franges conservatrices des États-Unis (le paléolibertarianisme, le paléoconservatisme et le Tea Party sont des doctrines conservatrices défendant une posture individualiste). Il s'agit d'une particularité américaine consistant à combiner l'individualisme méthodologique du libéralisme classique à une certaine forme de conservatisme (les écrits de Russell Kirk renseignent sur cette tendance). Inversement, le néoconservatisme, dominant au parti républicain, souhaite redécouvrir le droit naturel des classiques[14]. Les libéraux-conservateurs français rejoignent les néoconservateurs américains sur ce point et refusent d'accorder du crédit au libéralisme classique[15].

Un deuxième sens du terme s'est développé en Europe, combinant des visions conservatrices « modernes » (moins traditionalistes) avec une certaine forme de social-libéralisme. Il s'est généralement développé en opposition aux conceptions plus collectivistes du socialisme. Souvent, il s'agit de souligner la nécessité d'un maintien de visions conservatrices du libre marché et de la croyance en la responsabilité individuelle, tout en adoptant des positionnements sociaux-libéraux quant à la défense des droits civiques, de la protection de l'environnement et du soutien à un petit État-providence. Cette philosophie est celle de l'actuel Fredrik Reinfeldt (Premier ministre suédois de 2006 à 2014), ainsi que de David Cameron (le Premier ministre britannique de 2010 à 2016) et de Theresa May, qui lui a succédé dans la fonction. David Cameron parle de "conservatisme moderne"[16] pour expliquer la doctrine actuelle des tories. En Europe continentale, ce terme peut être traduit de l'anglais par « conservatisme social ».

Fondements du libéralisme-conservatisme

Tradition et scepticisme envers le rationalisme moderne

Comme la mécanique sociale échappe souvent à la compréhension et au contrôle de l’homme, l’idée que l’on puisse instaurer un système parfait en mesure de gérer le social est à éviter, parce qu’elle relève tout simplement de l’utopie. Une telle pensée revendique le concret, le réel, le continu, contre la fiction abstraite des constructions ex nihilo. On parlera plutôt de scepticisme envers la raison quand celle-ci prétend percer tous les mystères du monde. Les conservateurs préfèrent plutôt le rationalisme des penseurs classiques[17]. C’est pourquoi il est aussi préférable de se conformer à ce qui existe, c’est-à-dire à l’ordre et aux traditions engendrés par le cours de l’histoire et le travail des ancêtres. Ceci a amené naturellement Michael Oakeshott à se définir comme conservateur de la manière suivante : « être conservateur, par conséquent, est préférer le familier à l’inconnu, préférer ce qui a déjà été utilisé à ce qui ne l’a jamais été, préférer le fait au mystère, le vrai au possible, le limité au flou, ce qui est proche plus que ce qui est distant, le suffisant à l’excédent, le convenable au parfait (…). ». En effet, comme l’écrit Philippe Bénéton, la tradition constitue « cet héritage […] essentiel à l’homme parce que sa raison est faible et bornée »[18]. Irremplaçable fruit de la sagesse des générations passées, la tradition est le révélateur du caractère de chaque peuple. De plus, les libéraux-conservateurs considèrent qu'une société - le vivre ensemble - ne peut exister qu’à travers des ordres de moralité, c'est-à-dire où l’on distingue ce qui est dû, ce qui est permis et ce qui est interdit (retour au droit naturel ancien). En somme, si la révolution de 1793 appelée aussi Terreur - à distinguer de la révolution de 1789[19] - se trouve tant vilipendée par les libéraux-conservateurs, c’est qu’elle représente une brisure irréparable dans ce qui avait mis des siècles à être élaboré.

Ce conservatisme, pris au sens de conservation, a - toujours - pour tâche d’entourer et de protéger quelque chose, notamment en ce qui concerne l’éducation selon les propos de Hannah Arendt. Bien entendu, le libéralisme-conservatisme accepte le monde tel qu’il est - et ne définit pas sa lutte que pour préserver - accepte donc l’intervention d’êtres humains décidés à modifier le cours des choses et à créer du neuf.

Décentralisation, fédéralisme, et principe de subsidiarité

Pour éviter le despotisme, le libéral-conservatisme insiste sur l’importance et l'existence d’autres contre-pouvoirs - extérieurs ou intérieurs à l'État - face à l’État, en particulier le pouvoir associatif ou pouvoirs privés, qui soient capables de limiter sa puissance, et aussi qu’ils ne soient pas la manifestation d’une démission du pouvoir politique face à des intérêts économiques.

Critique de l'État providence

Dans la lignée de Raymond Aron, ce courant libéral s'accommode parfois d'un État providence. Mais avec l'État providence, le lien familial se morcèle car les individus prennent l’habitude de ne dépendre que de l'État.

Idéal républicain et patriotisme

En Europe

En France

Le libéral-conservatisme a prédominé en France, derrière Chateaubriand, derrière des catholiques libéraux comme Charles de Montalembert ; il a existé derrière la Monarchie de Juillet, et il a failli resurgir durablement autour du Ralliement, un grand rassemblement, susceptible d'incarner une droite républicaine, démocrate, conservatrice et libérale. Mais il s’est affronté au « catholicisme intransigeant ». Dans l'histoire politique de la France, on peut citer la Fédération républicaine, parti de droite de la première moitié du XXe siècle qui présentait, à ses débuts des éléments du libéral-conservatisme.

Partis politiques

Au Parlement européen, les libéraux-conservateurs sont unis au sein du Parti populaire européen, mais on en compte aussi quelques-uns dans l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe et l'Alliance des conservateurs et réformistes européens. Plusieurs partis d'Europe occidentale ou du nord sont particulièrement représentatifs de cette mouvance politique :

Pouvoirs privés

Notes et références

  1. 16 Fév 2015 | International et Levée de Fonds, « Le libéralisme antique et moderne de Leo Strauss », sur Vu d'ailleurs, (consulté le 14 juin 2020)
  2. Adrien Louis, « Voir et comprendre la politique moderne », Archives de Philosophie, vol. 79, no 3,‎ , p. 485 (ISSN 0003-9632 et 1769-681X, DOI 10.3917/aphi.793.0485, lire en ligne)
  3. « Quatre conceptions du droit naturel (1) », sur Contrepoints,
  4. « Quatre conceptions du droit naturel (2) », sur Contrepoints,
  5. « La justice selon Aristote », sur 1000 idées de culture générale,
  6. « Du Droit naturel au positivisme juridique », sur Contrepoints,
  7. Vincent Schnebel, « Les droits de l’homme, une oeuvre critiquée par Edmund Burke », sur Les Chevaliers des Grands Arrêts,
  8. "Nous pouvons nier la vérité, si nous avons en vue d'affirmer par là notre liberté", Descartes, Lettre au Père Mesland, 1645
  9. Thibaut Gress, « Entretien avec Philippe Raynaud : autour des Trois Révolutions de la liberté », sur actu-philosophia.com, .
  10. « Le conservatisme, contrairement au libéralisme, considère qu’il y a incompatibilité absolue entre la liberté et l’égalité », sur Atlantico.fr
  11. Voir essentiellement les écrits de référence. Pour le régime fédéral, il faut évoquer ici par Hamilton. Pour la décentralisation : De la démocratie en Amérique, vol. II, IIe partie, chap. IV, Éd. Garnier-Flammarion, 1981, p. 133 (1re éd., 1840)
  12. Chantal Delsol, Principe de subsidiarité, PUF
  13. De la liberté des Anciens comparée à celle des Modernes
  14. Norton, Anne., Leo Strauss and the politics of American empire, Yale University Press, (ISBN 0-300-10436-7, 978-0-300-10436-3 et 0-300-10973-3, OCLC 55146163, lire en ligne)
  15. Charles Beigbeder, « Peut-on être libéral et conservateur? La réponse de Charles Beigbeder à Gaspard Koenig », sur Le Figaro.fr,
  16. J.D, « David Cameron, conservateur mais moderne », sur Le Figaro.fr,
  17. Charles Boyer, « Nihilisme versus droit naturel : lecture de Léo Strauss », sur cairn.info, Le Philosophoire,
  18. Philippe Bénéton, Le conservatisme, Paris, = Presses universitaires de France, , p. 106.
  19. Philippe Nemo, Les Deux Républiques françaises, PUF, coll. « Hors collection », , 307 p.
  20. « A l'école française des "libéraux-conservateurs" », sur Le Monde, (consulté le 5 janvier 2020)

Articles connexes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Libéral-conservatisme
Listen to this article