Marius Patinaud - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Marius Patinaud.

Marius Patinaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marius Patinaud

Marius Patinaud en 1946.
Fonctions
Sous-secrétaire d'État au Travail

(4 mois et 20 jours)
Président du Conseil Félix Gouin
Gouvernement Félix Gouin

(5 mois et 4 jours)
Président du Conseil Georges Bidault
Gouvernement Georges Bidault I
Député de Loire

(7 mois et 20 jours)
Élection
Législature Ire Constituante
Groupe politique Communiste

(5 mois et 25 jours)
Élection
Législature IIe Constituante
Groupe politique Communiste

(4 ans, 7 mois et 24 jours)
Élection
Législature Ire (Quatrième République)
Groupe politique Communiste

(4 ans, 5 mois et 14 jours)
Élection
Législature IIe (Quatrième République)
Groupe politique Communiste
Biographie
Nom de naissance Marius Antoine Patinaud
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Chamond (Loire)
Date de décès (à 76 ans)
Lieu de décès Saint-Étienne (Loire)
Nationalité Française
Parti politique PCF

Marius Patinaud de son vrai nom Marius Antoine Patinaud, né le à Saint-Chamond (Loire) et décédé le à Saint-Étienne (Loire), est un homme politique français.

Biographie

Issu d'une famille ouvrière, il travaille comme ajusteur, puis comme graveur sur armes, à partir de 1928, à la manufacture française d'armes et cycles de Saint-Etienne (Manufrance).

Adhérent du Parti communiste au moment du front populaire, militant syndical, il est très actif dans la grève avec occupation de l'usine menée entre août et novembre pour l'obtention d'une convention collective et l'augmentation des salaires, ce qui lui vaut, en 1938, une condamnation pénale.

Cité en exemple dans la presse communiste, il devient, à cette période, permanent du parti et du syndicat des métaux de Saint-Etienne, dont il est le secrétaire.

En , il est arrêté, avec six autres responsables communistes locaux, pour avoir organisé une réunion syndicale sans autorisation préalable. Il est condamné lourdement (5 ans de prison) en par un tribunal militaire pour propagande communiste. Il passe l'essentiel de la guerre dans diverses prisons (Saint-Etienne, Clermont-Ferrand, Riom, Mauzac, Bergerac) avant de s'évader en grâce à l'intervention armée d'un groupe FTP. Il rejoint alors immédiatement la résistance armée.

A la libération, il est brièvement maire adjoint de Saint-Etienne. Communiste totalement dans la ligne, il s'engage dans la « bataille de la production », défend la fusion du PCF et de la SFIO, sans grand effet, car les socialistes refusent sa proposition d'union lors des municipales de 1945, qui se soldent par la défaite du communiste Claudius Buard et l'élection de Henri Muller, sous l'étiquette du MLN, à la tête d'une majorité associant SFIO, MRP et républicains.

Patinaud siège donc comme conseiller municipal d'opposition. En janvier, il avait été élu conseiller général de la Loire, battant au second tour le candidat socialiste Aimé Malécot, qui s'était maintenu. Il n'effectua qu'un seul mandat, ne se représentant pas en 1949.

En , il mène la liste communiste pour l'élection de la constituante et obtient 23 % des voix, ce qui suffit à lui faire gagner un siège de député.

En , il est nommé sous-secrétaire d’Etat au Travail et à la Sécurité Sociale,dans le gouvernement Félix Gouin.

Réélu en juin 1946 dans un département où s'affrontent des personnalités de niveau national (Georges Bidault pour le MRP, Antoine Pinay, Eugène Claudius-Petit), il est sous-secrétaire d’Etat au Travail dans le gouvernement Georges Bidault. Il travaille alors avec Ambroise Croizat à la mise en place de la sécurité sociale.

Il réunit 29,6 % des voix en et conserve son siège et obtient l'élection de deux colistiers, dont Denise Bastide, qui se suicide en 1952.

Patinaud entre dans cette période dans les instances nationales du parti. Secrétaire régional de la Loire en 1944, membre suppléant du comité central en 1945, titulaire en 1949, il devient l'adjoint du secrétaire à l'organisation, Léon Mauvais, et assiste de ce fait, sans voix délibérative, aux réunions du Bureau politique du parti.

A Saint-Etienne, il s'illustre par une activité intransigeante, voire sectaire, qualifiant dans la presse communiste le gaulliste Alexandre de Fraissinette de « fasciste », participant aux affrontements entre grévistes et policiers du , avant de finalement appeler les militants au calme, puis, en 1949, de leur donner consigne de faire preuve de moins de rigidité, notamment vis-à-vis des socialistes.

En 1951, il est encore réélu, avec 23 % des voix cette fois, mais le PCF perd un siège.

A l'Assemblée, il fait partie des députés communistes les plus actifs, intervenant très souvent sur des sujets divers, et notamment lors des débats d'investiture des gouvernements.

En 1953, cependant, il fait l'objet d'une mise en cause par la direction du parti, sans doute à l'initiative d'Auguste Lecoeur. Les accusations sont multiples, depuis son attitude pendant l'occupation jusqu'à l'affaiblissement des effectifs de la fédération communiste de la Loire, en passant par des réserves émises vis-à-vis du pacte germano-soviétique, mais le fond est sans doute sa proximité avec André Marty, en disgrâce.

Il n'est cependant pas exclu, mais simplement privé d'expression et de responsabilité effective : il n'est ainsi pas réélu au comité centrale en 1954.

Il se retire alors de la vie politique, et prend la direction d'un atelier de confection dans sa ville.

Mandats et fonctions

Fonctions gouvernementales

Sous-secrétaire d'État

Mandats parlementaires

  • - : Député de la Loire
  • -  : Député de la Loire (réélu)
  • -  : Député de la Loire (réélu)
  • -  : Député de la Loire (réélu)

Référence

Voir aussi

Article connexe

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Marius Patinaud
Listen to this article