Philippe Ier de Montfort-Castres - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Philippe Ier de Montfort-Castres.

Philippe Ier de Montfort-Castres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le contenu de cet article ou de cette section est peut-être sujet à caution et doit absolument être sourcé (janvier 2015). Si vous connaissez le sujet dont traite l'article, merci de le reprendre à partir de sources pertinentes en utilisant notamment les notes de fin de page. Vous pouvez également laisser un mot d'explication en page de discussion (modifier l'article).

Philippe Ier de Montfort
Fonction
Connétable du royaume de Jérusalem
depuis
Eudes de Montbéliard (en)
Titres de noblesse
Comte de Castres
-
Prédécesseur
Successeur
Seigneur de Toron
-
Prédécesseur
Successeur
Seigneur de Tyr
-
Successeur
Biographie
Naissance
Décès
Activité
FeudataireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Balian Grenier
Alicie de Montfort (d)
Agnès de Montfort (d)
Florence de Montfort (d)
Pernelle de Montfort (d)
Guy de Montfort (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Eléonore de Courtenay (d)
Marie d'AntiocheVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Philippe II de Montfort
Alix de Montfort (d)
Helvis de Montfort (d)
Onfroy de Montfort
Jean de Montfort
Philippine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Conflits
Siège de Tyr (d) ()
Septième croisade (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
blason

Philippe de Montfort, né en Terre sainte, probablement à Sidon vers 1206, assassiné à Tyr le , fut seigneur de la Ferté-Alais, de Bréthencourt et seigneur de Castres-en-Albigeois de 1228 à 1239, seigneur de Toron de 1239 à 1257 et seigneur de Tyr de 1246 à 1270. Il était fils de Guy de Montfort, seigneur de la Ferté Alais, de Bréthencourt et de Castres et d'Helvis d'Ibelin.

Né en Terre Sainte, frère utérin de Balian Grenier, comte de Sidon, il vint en France vers 1211 quand son père y retourna, pour aider son frère aîné Simon de Montfort, qui dirigeait la croisade des Albigeois. En 1212, son père reçut la seigneurie de Castres-en-Albigeois.

Il épousa vers 1220 Éléonore de Courtenay (1208 † 1230), fille de Pierre II de Courtenay, empereur latin de Constantinople, et de Yolande de Hainaut. Ils auront un fils, Philippe (1225 † 1270), qui lui succédera dans ses fiefs français.

Philippe Ier part en 1228 avec la sixième croisade, mais ne reste pas en Orient et rentre pour prendre possession des domaines de son père, tué lors du siège d'un château près de Pamiers.

Une fille d’Étienne de Sancerre, dont on ignore le nom, épousa Philippe Ier de Montfort. En décembre 1251, ledit Étienne de Sancerre, faisant en France les affaires de son beau-fils, Philippe de Montfort, amortit aux religieuses de Villiers-le-Châtel la donation par Erembour de Centignonville du droit de champart, justice et redevances, achetés en 1245 à Philippe de Garancières

En 1239, l'appel de l'Orient se fait à nouveau sentir, il laisse ses domaines de Castres, la Ferté-Alais et Bréthencourt laisse la gestion de ses biens à son beau-père, Étienne de Sancerre, qui la remit à son fils aîné, Philippe II de Montfort, dès que celui-ci eut atteint sa majorité: il s’était réservé une rente de deux mille livres qu’il lui abandonna un peu plus tard

Il participe à une expédition croisée dirigée par Thibaud IV de Champagne et Richard de Cornouailles. Après la défaite de Gaza, en 1241, les barons rentrent en Europe, mais Philippe s'installe définitivement dans le royaume de Jérusalem, où il épouse Marie d'Antioche (1215 †), dame de Toron, fille de Raymond-Roupen, prince d'Antioche et d'Helvis de Lusignan. Marie d'Antioche avait en outre des droits sur le royaume arménien de Cilicie, mais ne put jamais les faire valoir avec succès en 1248. Philippe et Marie eurent :

Une lutte opposa peu après les barons du royaume et les partisans de l'empereur Frédéric II et Philippe prit avec son cousin Balian d'Ibelin la tête du parti des barons. Il prit la ville de Tyr, tenue par les impériaux, en 1243 et devint connétable du royaume de 1244 à 1251. En 1246, il reçoit la seigneurie de Tyr, et rejoint à Damiette la septième croisade de Saint-Louis, de 1248 à 1251. En 1256, il expulse les Vénitiens de Tyr, ce qui entraina la Guerre de Saint-Sabas. En 1257, il cède Toron à son fils Jean, devenu majeur.

À la fin de sa vie, Philippe apparaissait comme l'un des barons capable de persuader les rois européens de lancer une croisade, aussi le sultan mamelouk Baybars engagea des assassins qui le tuèrent à Tyr, le .

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Philippe Ier de Montfort-Castres
Listen to this article