Sainte-Anne (Guadeloupe) - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Sainte-Anne (Guadeloupe).

Sainte-Anne (Guadeloupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sainte-Anne
Administration
Pays
France
Région Guadeloupe
Département Guadeloupe
Arrondissement Pointe-à-Pitre
Intercommunalité Communauté d'agglomération La Riviéra du Levant
Maire
Mandat
Christian Baptiste
2020-2026
Code postal 97180
Code commune 97128
Démographie
Gentilé Saintannais(es)
Population
municipale
23 675 hab. (2017 en diminution de 4,2 % par rapport à 2012)
Densité 295 hab./km2
Géographie
Coordonnées 16° 14′ 00″ nord, 61° 23′ 00″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 135 m
Superficie 80,29 km2
Élections
Départementales Sainte-Anne
(bureau centralisateur)
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Sainte-Anne
Géolocalisation sur la carte : Guadeloupe
Sainte-Anne
Liens
Site web ville-SainteAnne.fr

Sainte-Anne (en créole guadeloupéen : Sentann’) est une commune française, située dans le département de la Guadeloupe. Ses habitants sont appelés les Saintannais(es).

Géographie

En rouge le territoire communal de Sainte-Anne.
En rouge le territoire communal de Sainte-Anne.

Localisation

Sainte-Anne est située au milieu de la côte sud de Grande-Terre depuis la pointe de la Morne Jacques à la pointe du Helleux. Ses plages sont partiellement protégées des courants de l'Atlantique par une barrière de corail.

Le climat y est de type tropical.

Lieux-dits et hameaux

La commune est composée d'une bourgade principale ainsi que de plusieurs hameaux et lieux-dits que sont : Bambo, Barrote, Belle-Place, Bérard, Bois-Jolan, Burat, Calvaire, Cambourg, Castaing, Cavanière, Châteaubrun, Cinq-Étangs, Courcelles, Delair, Deshauteurs, Douville, Dupré, Durivage, Eucher, Fond-Thézan, Fouché, Ffrench, Gaillard-Bois, Galbas, Gentilly, Germain, Gissac, Grand-Fonds, Le Helleux, Lamarre, Louisiane, Marly, Maudette, Montmain, Moringlane, Morne-Tricolore, Pavillon, Poirier, Richeplaine, Richer, Saint-Paul, Saint-Protais, Sainte-Rose, Seo, Surgy, Valette, Vallerah, Visca.

Municipalités limitrophes

Rose des vents Les Abymes Le Moule Rose des vents
Le Gosier N Saint-François
O    Sainte-Anne    E
S

Histoire

La fondation de Sainte-Anne date de l'établissement de sa paroisse éponyme en 1691[1]. Avec la croissance économique (exportation du sucre et du rhum) – et malgré la Guerre de Sept Ans durant laquelle la ville est détruite par les Anglais et perd sa fonction de chef-lieu de la Grande-Terre au profit de Pointe-à-Pitre –, le port de Sainte-Anne devient le siège de l'Amirauté au XVIIIe siècle et la commune est administrativement établie à la fin des années 1830[1]. Durant la période 1794-1802, la commune prend le nom de Fraternité après l'abolition de l'esclavage décidée par la Convention nationale[1].

Au début du XXe siècle, la commune comptait encore trente-quatre sucreries. À partir des années 1960, l'activité économique se réoriente vers le tourisme.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[2],[Note 1]

En 2017, la commune comptait 23 675 habitants[Note 2], en diminution de 4,2 % par rapport à 2012 (Guadeloupe : -3,24 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2016
12 48113 43513 78513 82616 93420 41023 07324 34624 245
2017 - - - - - - - -
23 675--------
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[3] puis à partir de 2006[4])
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration

Rattachements administratifs et électoraux

La commune appartient à l'arrondissement de Pointe-à-Pitre et au canton de Sainte-Anne depuis le redécoupage cantonal de 2014. Elle en est aussi le bureau centralisateur.

Avant cette date, elle était divisée en deux cantons :

Pour l'élection des députés, Sainte-Anne fait partie depuis 1988 de la deuxième circonscription de la Guadeloupe.

Intercommunalité

Sainte-Anne est membre de la communauté d'agglomération La Riviéra du Levant depuis sa création en 2014.

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité

(décès)
Maurice Satineau RGR Journaliste
Sénateur de la Guadeloupe (1948 → 1958)
Conseiller général du canton de Sainte-Anne-1 (1951 → 1960)
Saint-Pierre Phirmis UNR Premier adjoint

(décès)
Albert Lazard PCG  
Hégésippe Ibéné PCG Avocat
Député de la 1re circonscription de la Guadeloupe (1973 → 1978)
Maire par intérim de juillet 1970 à mars 1971
Marcellin Lubeth PCGPPDG Ingénieur
Conseiller général du canton de Sainte-Anne-1 (1976 → 2001)
Président du conseil général de la Guadeloupe (1998 → 2001)

(démission)
Marlène Captant DVD Enseignante
Conseillère générale du canton de Sainte-Anne-1 (2001 → 2008)
Alexandre Bastareaud[5]    
[6],[7] Blaise Aldo RPF puis UMP Enseignant
Conseiller régional de la Guadeloupe (2004 → 2015)
Conseiller général du canton de Sainte-Anne-2 (1988 → 2005)
en cours
réélection en juillet 2020[8]
Christian Baptiste PPDG Fonctionnaire, président de la mission locale de Guadeloupe
Conseiller régional de la Guadeloupe (2004 → )
Ancien conseiller général du canton de Sainte-Anne-2 (2005 → 2008)

Économie

L'activité économique de la commune est principalement basée sur le tourisme et l'agriculture. Plusieurs hôtels (dont deux quatre étoiles), et un port de pêche assurent une activité touristique qui reste le principal bassin d'emploi de Sainte-Anne. Le club Méditerranée et le village Pierre et Vacances sont situés à Sainte-Anne. En a ouvert, Karukera Land, un parc de loisirs qui s'étend sur 4 hectares, comprenant jardin, zoo et des jeux aquatiques[9].

La culture de la canne à sucre est pratiquée dans la partie plane de la commune tandis que des cultures vivrières et maraîchères sont présentes dans la zone vallonnée des Grands Fonds.

Société et services publics

Enseignement

Comme toutes les communes de l'archipel de la Guadeloupe, Sainte-Anne est rattachée à l'Académie de la Guadeloupe. La ville possède sur son territoire sept écoles maternelles (Grands-fonds, Marcelle-Borifax, Maudette, Paul-Lacavé, Richeplaine, Saturnin-Palmier et Urbino-Camprasse) et huit écoles primaires (Albert-Lazare, Bourg 1 et 2, Deshauteurs, Florent-Donnat, Poirier-Chateaubrun, Rigobert-Anzala et Victor-valier).

En ce qui concerne l'enseignement secondaire, la ville accueille deux collèges, Olympe-Rame-de-Corbin et Eugène-Yssap, et le lycée d'enseignement général et technologique Yves-Leborgne[10].

Santé

Sports

Les équipements sportifs de la ville sont le stade municipal de Valette à Sainte-Anne, le gymnase Sully-Barny, des courts de tennis, une piscine municipale et un site d'activités nautiques (centre de voile régional, surf). Ils accueillent les activités des clubs sportifs de :

Plages

  • la plage de la Caravelle se trouve hors du bourg est bordée de cocotiers (le club Méditerranée y est présent),
  • la plage du Bourg réputée pour des retrouvailles familiales le week-end,
  • la plage de Bois-Jolan aux eaux de couleur vert émeraude est ceinturée par la barrière de corail,
  • la plage de Gros sable (spot de surf). Située dans le secteur du Helleux, la houle y est forte et la baignade non surveillée.

Culture et patrimoine

Fêtes et traditions

Monuments

Comme dans de nombreuses communes de l'archipel, un buste de Victor Schœlcher, député abolitionniste, est présent sur lq place de l'église. En 2002, le mémorial Nèg mawon (honorant le marronnage des hommes refusant de se soumettre à l'esclavage) est inauguré à l'occasion du bicentenaire de la rébellion de 1802, date de rétablissement de l'esclavage par Napoléon Bonaparte. Il est l'œuvre du Guadeloupéen Jocelyn Pezeron avec la collaboration des jeunes de Sainte-Anne. Il a été vandalisé en 2017 (croix-gammée sur la stèle) et 2020 (peinture blanche sur la statue)[réf. nécessaire].

Personnalités liées à la commune

Notes et références

Notes

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Sainte-Anne (Guadeloupe)
Listen to this article