Sam Etcheverry - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Sam Etcheverry.

Sam Etcheverry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sam Etcheverry
Sam Etcheverry en 1957
Nom complet Samuel Etcheverry
Nationalité
États-Unis
Naissance
à Carlsbad (Nouveau-Mexique)
Décès
Montréal (Québec)
Numéro 92
Position Quart-arrière
Carrière universitaire ou amateur
1949-1951 Université de Denver
Carrière professionnelle
1952-1960 Alouettes de Montréal
1961-1962 Cardinals de Saint-Louis
Carrière pro. 1952-1963

Carrière d'entraîneur
A entraîné 1964 "Rifles" du Québec
1965 Alouettes de Montréal (entraineur adjoint)
1970-1972 Alouettes de Montréal
Activité 1964-1972
Palmarès Coupe Grey, 1970

(en) Statistiques sur nfl.com

Sam Etcheverry (1930-2009), surnommé « The Rifle », est un joueur, entraîneur et dirigeant de football canadien et de football américain, qui a principalement porté les couleurs des Alouettes de Montréal de 1952 à 1960, et qui a aussi brièvement joué dans la NFL. Il a été le quart-arrière étoile de Alouettes et leur joueur le plus populaire durant son séjour à Montréal. Il est membre du Temple de la renommée du football canadien depuis 1969.

Carrière

Né de parents français du Pays basque émigrés au Nouveau-Mexique, Sam Etcheverry a joué pour l'équipe de l'université de Denver de 1949 à 1951[1]. Le nouvel entraîneur des Alouettes de Montréal, Doug « Peahead » Walker, remarque une photo prise à l'université et apprécie sa façon de décocher une passe. Sans l'avoir vu jouer, il l'invite au camp d'entraînement des Alouettes[2]. Au début de la saison 1952, le quart-arrière partant Frank Nagle se blesse et Etcheverry prend la relève. Il deviendra dès lors le quart numéro un des Alouettes pour les neuf années suivantes. À cette époque, il joue également comme secondeur et botteur de dégagements[2].

Le Etcheverry amasse 586 verges par la passe dans un match, record canadien qui tient jusqu'en 1993[2]. Son équipe participe au match de la coupe Grey trois ans de suite, de 1954 à 1956, mais perd à chaque fois contre les Eskimos d'Edmonton. En 1956, Etcheverry obtient 4723 verges par la passe pour la saison, un record qui ne sera battu qu'en 1981[2].

À la fin de la saison 1960, après l'élimination des Alouettes par Ottawa dans un match où il semble avoir eu des difficultés à passer le ballon[3], Etcheverry passe aux Tiger-Cats de Hamilton avec Hal Patterson dans un échange qui génère la fureur des Montréalais (le quotidien Le Devoir titre Protestation générale! dans son édition du )[3]. Il refuse de se rapporter à son nouveau club en invoquant la clause de non-échange de son contrat et rejoint les Cardinals de Saint-Louis de la NFL[2]. Il passe deux saisons avec les Cardinals mais n'obtient pas un grand succès à Saint-Louis. En 1963 il passe aux 49ers de San Francisco mais reste sur les lignes de côté. C'est ainsi que se termine sa carrière de joueur[3].

Entraîneur et président

Dès 1964 Sam Etcheverry est de retour à Montréal, comme entraîneur d'une nouvelle équipe, les « Rifles » du Québec, une équipe de football américain, membres de la United Football League, une ligue mineure basée dans le Midwest. Cette équipe ne dura qu'une saison avant de déménager à Toronto, sans Etcheverry[4].

C'est l'acquisition des Alouettes par Sam Berger en 1969 qui permet à Etcheverry de faire un retour au football par la grande porte. En effet on lui offre le poste d'entraîneur-chef du club montréalais. Le directeur-gérant est Red O'Quinn, son ancien coéquipier. Même si la saison 1970 est moyenne (sept victoires, six défaites et une nulle)[5], les Alouettes la couronnent par l'obtention de la coupe Grey, contre toute attente[4]. Les deux saisons suivantes sont cependant moins bonnes, et Etcheverry quitte à la fin de 1972[3]. Etcheverry a une dernière occasion de contribuer au football à Montréal en 1982; alors que les Alouettes viennent de faire faillite, l'homme d'affaires Charles Bronfman met sur pied une nouvelle équipe appelée les Concordes de Montréal et offre le poste de président à Etcheverry. Cependant le succès n'est pas au rendez-vous et Etcheverry perd son poste en [6].

Depuis la fin de sa carrière de joueur, Sam Etcheverry exerçait le métier de courtier en valeurs mobilières. Il a toujours habité au Québec depuis la même époque[7].

Il est mort en 2009 à la suite d'un long cancer[8].

Trophées et honneurs

Notes et références

  1. (en) Sam "The Rifle" Etcheverry (1930 - 2009), notice nécrologique
  2. a b c d et e Sam Etcheverry - 1re partie, sur Le Grand Club, rds.ca
  3. a b c et d (en) History - CFL Legends - Sam Etcheverry sur le site de la LCF
  4. a et b Sam Etcheverry - 2e partie, sur Le Grand Club, rds.ca
  5. Statistiques de la CFL pour 1970, sur Justsportsstats.com
  6. (en) Presse Canadienne, « "Weak link" Etcheverry bounced by Concordes », Ottawa Citizen,‎ , p. 57 (lire en ligne, consulté le 7 décembre 2014)
  7. Daniel Lemay, « Sam Etcheverry 1930-2009: on l'appelait le Rifle », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 7 décembre 2014)
  8. Ronald King, « Une légende n'est plus », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 7 décembre 2014)
  9. Merci Sam, sur le site des Alouettes
  10. En 1960, l'IRFU a été remplacée par la Conférence de football de l'Est (Eastern Football Conference)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Sam Etcheverry
Listen to this article