Smaïl Yefsah - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Smaïl Yefsah.

Smaïl Yefsah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Smaïl Yefsah
Smaïl Yefsah
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Tala Amara (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 30 ans)
Bab EzzouarVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Smaïl Yefsah, né à Tala Amara (Algérie) le et mort assassiné à Bab Ezzouar (Algérie) le , est un journaliste algérien.

Biographie

Smaïl Yefsah est né à Tala Amara, un des vingt-deux villages qui constituent la commune de Tizi Rached, dans la région de Kabylie, à l'est d'Alger[1].

Après une licence en sciences politiques option relations internationales, Smaïl Yefsah commence à travailler à la télévision algérienne. Militant déjà pour la langue et la culture amazighe, il défie l'autorité en diffusant en un reportage quasiment uniquement en langue amazighe et non en arabe comme le voulait l'usage[1].

Le matin du , Smaïl Yefsah sort de chez lui pour se rendre à son travail. Il est alors attaqué sur le parking par un groupe de trois personnes et tué de plusieurs coups de couteau et de trois balles dans l'abdomen. Il venait de se marier trente-neuf jours plus tôt et allait fêter ses 31 ans une dizaine de jours plus tard[2]. Plutôt que des islamistes, certains accusent les tueurs d'être des agents de la sécurité militaire et le pouvoir de profiter du combat contre le terrorisme islamiste pour éliminer les opposants intellectuels[3]. Entre 1993 et 1997 en Algérie, ce sont une centaine de journalistes et travailleurs de presse qui sont tués dans des attaques attribuées aux islamistes[4].

Lors du dix-huitième anniversaire de son assassinat en 2011, une stèle commémorative est érigée sur le lieu du drame et la cité où il vivait à Bab Ezzouar est renommée en son honneur[1].

En a lieu dans sa ville natale de Tizi Rached le premier semi-marathon Smaïl Yefsah, également nommé en son honneur[5].

Articles connexes

Notes et références

  1. a b et c Smaïl Medjeber, « Hommage à Smaïl Yefsah, le journaliste-militant de la cause amazighe », Le Matin,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2017).
  2. Samira Bouabdellah, « Evocation : Il y a 20 ans était assassiné Smaïl Yefsah », La Dépêche de Kabylie,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2017).
  3. Ravah Amokrane, « 24ème anniversaire de l’assassinat de Smaïl Yefsah », Tamurt,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2017).
  4. Mélanie Matarese, « Il y a 20 ans, les islamistes tuaient les journalistes algériens », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2017).
  5. Ahcène Tahraoui, « Tala Amara (Tizi Ouzou) : 1re édition du semi- marathon Smaïl Yefsah », El Watan,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2017).
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Smaïl Yefsah
Listen to this article