Vladimir Petković - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Vladimir Petković.

Vladimir Petković

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vladimir Petković
Situation actuelle
Équipe
Suisse
(sélectionneur)
Biographie
Nationalité
Croate
Bosnien
Suisse
Naissance (57 ans)
Lieu Sarajevo (Yougoslavie)
Taille 1,90 m (6 3)
Poste Milieu offensif
Parcours junior
Années Club
FK Sarajevo
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1981-1987
FK Sarajevo
027 0(3)
1984-1985
Rudar Prijedor
015 0(7)
1985-1986
NK Koper
014 0(4)
1987-1988
FC Coire 97
1988-1989
FC Sion
006 0(0)
1989-1990
FC Martigny-Sports
031 0(8)
1990-1993
FC Coire 97
087 (19)
1993-1996
AC Bellinzone
063 0(8)
1996-1998
FC Locarno
032 0(3)
1998
AC Bellinzone
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1997-1998
AC Bellinzone
(10v 6n 10d)
1998-1999
SC Buochs (de)
1999-2004
Malcantone Agno
2004-2005
FC Lugano
(14v 8n 12d)
2005-2008
AC Bellinzone
(56v 21n 20d)
2008-2011
Young Boys
(78v 21n 32d)
2011-2012
Samsunspor
(4v 7n 11d)
2012
FC Sion
(1v 0n 3d)
2012-2013
Lazio Rome
(38v 21n 20d)
2014-
Suisse
(34v 15n 18d)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 15 novembre 2020

Vladimir Petković, né le à Sarajevo en République fédérative socialiste de Yougoslavie, aujourd'hui en Bosnie-Herzégovine, est un footballeur croate de Bosnie-Herzégovine naturalisé suisse, devenu entraîneur de football. Il occupe depuis le le poste de sélectionneur de l'équipe nationale suisse.

Biographie

Petković durant son passage à Young Boys en 2009
Petković durant son passage à Young Boys en 2009

Surnommé le « Docteur » (Il Dottore en italien) ou le « Mister », Vladimir Petković parle six langues ; sa langue maternelle, le croate, mais aussi l’italien, l’anglais, l’espagnol, l’allemand et le russe[1].

Jeunesse

Vladimir Petković naît à Sarajevo en 1963. Il est croate de Bosnie-Herzégovine[2],[3],[4],[5]. Ses parents travaillaient dans l'éducation (son père était directeur de jardin d’enfants et sa mère était enseignante[6] , et Vladimir doit déménager et changer souvent d'école[7]. Il vit tout d'abord à Vrelo Bosne et à partir de l'âge de cinq ans à Hadžići (canton de Sarajevo)[7].

Milieu de terrain bon techniquement, Vladimir Petković commence à jouer à Ilidža à l'âge de onze ans, puis intègre les équipes de jeunes du FK Sarajevo, à l'âge de quinze ans[7].

Carrière de joueur

Vladimir Petković commence sa carrière professionnelle au FK Sarajevo au début des années 1980[8]. Il ne joue toutefois que rarement dans cette équipe au niveau relevé, notamment grâce à la présence d'un des plus grands joueurs yougoslaves, Safet Sušić[7]. Vladimir est champion de Yougoslavie en 1985, avec deux apparitions en cours de match[2]. Il est prêté deux fois, la première avec succès au FK Rudar Prijedor, où il marque plusieurs buts ; la seconde en Championnat de Yougoslavie de football D2, saison 1985-1986, avec l'équipe slovène NK Koper, qui termine dernière et se voit reléguée.

En 1987, Vladimir Petković émigre en Suisse grâce à Zlatko Dupovac, un ami de son père qui joue alors au FC Wettingen et qui le met en contact avec un agent[9],[10]. D’abord testé par le FC Saint-Gall, Petkovic n’est pas engagé à cause de la règle limitant à deux le nombre de joueurs étrangers[10]. Il rejoint alors le FC Coire 97, en deuxième division. La saison suivante, il s’engage avec le club plus compétitif du FC Sion, qui termine troisième du championnat de Suisse 1988-1989, mais avec seulement six matchs joués, il quitte le club à la fin de la saison.

De retour en division inférieure, Vladimir Petković, joue pour le FC Martigny-Sports, puis de nouveau pour Coire. Il est alors considéré comme un milieu de terrain correct de deuxième division suisse, capable de marquer régulièrement. En 1992, alors qu’il joue en Suisse orientale, il commence des cours d’entraîneur[10]. En 1993, il est transféré de Coire à l’AC Bellinzone[11]. En 1996, il s’engage avec le FC Locarno, qui évolue alors en Ligue nationale B. En parallèle, il continue sa formation d’entraîneur, s’occupe de deux équipes de juniors et trouve un emploi de chef d’équipe dans une société de nettoyage[10]. Deux ans plus tard, il est licencié, mais retrouve un poste de formateur d’adultes pour chômeurs[10]. Il perd à nouveau son travail deux ans plus tard lorsque l’institut ferme à cause de blanchiment d’argent[10]. Il est alors engagé par Caritas.

Au niveau footballistique, Vladimir Petković termine sa carrière au SC Buochs (de), après une première expérience comme entraîneur-joueur à Bellinzone durant la saison 1997-1998.

Carrière d'entraîneur

Au terme de sa carrière de joueur, Vladimir Petković se reconvertit en entraîneur. D’abord embauché en tant qu'entraîneur-joueur à l'AC Bellinzone en 1998, il est ensuite nommé entraîneur du FC Malcantone Agno en 1999. Il mène ce club de 1re ligue en Challenge League, avant que le club ne fusionne, en 2004, avec l’AC Lugano pour devenir le FC Lugano. Il revient à Bellinzone, pour la quatrième fois, en 2005. Là, il mène l'équipe jusqu'en finale de la Coupe de Suisse, perdue contre le FC Bâle sur le score de 4 buts à 1, et jusqu'à la promotion en première division. En parallèle à son activité d’entraîneur, Vladimir Petković est employé à plein-temps, pendant cinq ans, par l'organisation caritative Caritas du Tessin grâce au diplôme de formateur pour adultes qu’il a passé[12],[13],[14],[15].

Au début du championnat de Suisse de football 2008-2009, il est recruté par le BSC Young Boys. Il met en place une formation en 3–4–3 et l'équipe de Berne se classe deuxième du championnat après avoir été en tête durant la moitié de la saison. Avec YB, Petković donne sa confiance à de jeunes joueurs comme François Affolter ou Moreno Costanzo. Le , il est licencié après trois saisons de service. Le club est alors troisième sans espoir de finir champion, devancé par le FC Zurich et le FC Bâle.

En 2011, il devient entraîneur de l'équipe turque de Samsunspor mais il donnera sa démissionne en du fait que son équipe est empêtrée dans la zone de relégation[16]. Le , il est nommé entraîneur intérimaire du FC Sion par Christian Constantin[17] avec comme objectif de maintenir le club en Raiffesen Super League après s'être vue retirer 36 points par l'UEFA. Vladimir Petković, maintient le FC Sion en Super League grâce à sa victoire contre le FC Aarau en barrages mais il est ensuite remplacé par Sébastien Fournier.

Le , Vladimir Petković devient l'entraîneur de l'équipe italienne de la Lazio en remplacement de Edoardo Reja[18]. Lors de sa première saison, il termine à la 7e place de la Serie A et il remporte la Coupe d'Italie contre la AS Rome grâce à un but de Senad Lulić. Mais il est limogé en , avant d’être nommé à la tête de l’équipe de Suisse, en remplacement d'Ottmar Hitzfeld après la Coupe du monde de 2014[19]. Avec la Nati, Petković abandonne le fameux 4-2-3-1 chère à Hitzfeld pour son 4-3-3 du temps de la Lazio mais ses débuts à la tête de l'équipe de Suisse sont difficiles avec deux défaites contre l'Angleterre et la Slovénie. Malgré un début manqué, la Suisse se relance bien dans ses éliminatoires et parvient à obtenir son billet pour l'Euro 2016 en terminant 2e de son groupe juste derrière l'Angleterre. Après ces bons résultats, l'Association suisse de football décide de prolonger son contrat jusqu'en 2017[20]. Vladimir Petković réalise un excellent parcours lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 avec 9 victoires et 1 défaite et qualifie la Suisse en barrage face à l'Irlande du Nord pour la compétition russe. En Russie, la Suisse se qualifie pour les huitièmes, mais trébuche à nouveau dès le début des matchs à élimination directe et une défaite 1-0 contre la Suède. Le lendemain, Petković est néanmoins confirmé jusqu'en 2019[21].

En , la Suisse obtient sa qualification pour l'Euro 2020 lors du dernier match des éliminatoires contre Gibraltar (1-6), terminant ainsi à la première place de son groupe devant le Danemark, aussi qualifié directement, et l'Irlande, qui doit passer par les barrages. Petković devient alors le premier sélectionneur de l'histoire à qualifier trois fois de suite la Nati pour un grand tournoi.

Statistiques en tant qu'entraîneur

Statistiques de Vladimir Petković
Mise à jour :
Équipe Division Début Fin Rencontres Statistiques
J V N D Vic.% Nul.% Déf.%
AC Bellinzone
3 1997 1998 26 10 6 10 38,5 23,1 38,5
FC Malcantone Agno
3 puis 2 1999 2004
FC Lugano
2 2004 2005 34 14 8 12 41,2 23,5 35,3
AC Bellinzone
2 octobre 2005 juin 2008 97 56 21 20 57,7 21,6 20,6
BSC Young Boys
1 août 2008 8 mai 2011 131 78 21 32 59,5 16 24,4
Samsunspor
1 1er juillet 2011 27 janvier 2012 22 4 7 11 18,2 31,8 50
FC Sion
1 15 mai 2012 1er juin 2012 4 1 0 3 25 0 75
SS Lazio
1 2 juin 2012 4 janvier 2014 79 38 21 20 48,1 26,6 25,3
Suisse
- 1er juillet 2014 aujourd'hui 67 34 15 18 50,7 22,4 26,9

Palmarès

En tant que joueur

FK Sarajevo

 

En tant qu'entraîneur

Malcantone Agno

Lazio Rome

 

Notes et références

  1. (it) « Lazio, i vantaggi di un super-poliglotta in panchina: Petkovic parla 8 lingue », sur firstonline.info, (consulté le 14 juin 2016).
  2. a et b (en) « Vladimir Petković », sur uefa.com, (consulté le 14 juin 2016).
  3. (de) Stefan von Bergen, « «Die Berner denken zu oft ans Verlieren» », sur tagesanzeiger.ch, (consulté le 14 juin 2016).
  4. (de) « Vladimir Petkovic », sur kicker.de (consulté le 14 juin 2016)
  5. (it) « Petković, in testa solo la Lazio Il tecnico ha lasciato la famiglia in Svizzera per evitare ogni distrazione », sur ilmessaggero.it, .
  6. (de) Christian Dorer, Andreas Böni, « Über Petkovic », sur blick.ch, (consulté le 17 août 2020).
  7. a b c et d (hr) « Mourinho sa Ilidže », sur slobodna-bosna.ba, (consulté le 14 juin 2016).
  8. « Fiche de Vladimir Petković », sur footballdatabase.eu.
  9. (de) Max Kern, «Als Junior schoss ich 60 Tore pro Saison!», sur blick.ch, (consulté le 17 août 2020).
  10. a b c d e et f (de) Christian Dorer, Andreas Böni, « Petkovic privat wie nie : «Ich habe meine Eltern fast ein Jahr lang nicht gesehen» », sur blick.ch, (consulté le 17 août 2020).
  11. (de) « Fussball: Petkovic doch bei Bellinzona », Thuner Tagblatt,‎ , p. 23 (lire en ligne, consulté le 17 août 2020).
  12. (it) « Auguri a Vladimir Petković », sur caritas-ticino.ch (consulté le 26 juin 2018).
  13. (en) James Horncastle, « Tottenham and Lazio united by fondness for former star Gazza », sur bbc.co.uk, (consulté le 26 juin 2018).
  14. (hr) Ivana Janković, « Vladimir Petković, trener BSC Young Boys-a » (version du 16 janvier 2009 sur l'Internet Archive), sur croatia.ch.
  15. Andrea Clementi (trad. Isabelle Eichenberger), « Vladimir Petkovic ou le succès de l'intégration », sur swissinfo.ch, (consulté le 4 septembre 2014).
  16. (tr) « Samsunspor'da Mesut Bakkal dönemi », sur NTVSpor.net (consulté le 27 janvier 2012).
  17. « Vladimir Petkovic devient le nouvel entraîneur du FC Sion », sur fc-sion.ch (consulté le 14 juin 2016).
  18. (en) Luis Mira, «  Lazio appoint Vladimir Petkovic as coach », sur goal.com, (consulté le 14 juin 2016).
  19. si/jbla, « Vladimir Petkovic succède à Ottmar Hitzfeld », sur rts.ch, (consulté le 24 décembre 2013).
  20. ats/adav, « Equipe de Suisse: Vladimir Petkovic prolonge jusqu'en 2017 », sur rts.ch, (consulté le 4 mars 2016)
  21. « Vladimir Petkovic reste à la tête de la Nati », sur lematin.ch, (consulté le 4 juillet 2018).

Navigation

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Vladimir Petković
Listen to this article