Yves de Montcheuil - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Yves de Montcheuil.

Yves de Montcheuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Yves de Montcheuil
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 44 ans)
GrenobleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Yves Moreau de Montcheuil, né en 1900 à Paimpol (Côtes-d'Armor) et mort à Grenoble en 1944, est un prêtre jésuite français, philosophe et théologien. Résistant, aumônier du maquis du Vercors, il a été fusillé par les nazis. Il était un proche d'Henri de Lubac.

Biographie

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2019). Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle ((Référence nécessaire)) sur les passages nécessitant une source.

Scolarisé chez les jésuites, Yves de Montcheuil termine ses études hors de France, pour suivre le collège des jésuites alors en exil à Jersey.

En 1916, alors qu'il se destinait à entrer dans la marine, il change d'avis après la disparition de son frère à la bataille de Verdun, et il entre au noviciat jésuite en 1917.

Après son service militaire, en 1922, il commence ses études de philosophie. Il suit la longue formation traditionnelle donnée dans la Compagnie de Jésus sans se rebeller, mais non sans souffrir de son inadaptation au monde moderne. Plus tard il la critiquera. Il termine sa formation par un énorme travail personnel, notamment par l'étude des écrits du philosophe Maurice Blondel, mais aussi de Kant, Bergson. Il acquiert ainsi une culture d'une variété et d'une ouverture qui surprennent ses auditoires.

Après 1930, sans pour autant délaisser la philosophie, il entame un parcours de théologien. Il réussit ses études bien qu'il soit critique sur l'enseignement reçu. En 1936, il soutient sa thèse en théologie sur « Malebranche et le quiétisme »[1], thèse où il refuse toute séparation nuisible entre la théologie et la mystique d'un côté, la philosophie de l'autre.

La même année, il devient professeur à l'Institut catholique de Paris. Il y dispense un enseignement solide, clair. Cependant, il ne limite pas son ministère à l'enseignement théorique, il se met au service de communautés croyantes variées. Il devient aumônier ou plutôt « médecin-consultant » auprès d'étudiants, d'enseignants, de groupes de foyer, mais aussi auprès de la JOC, de l'Action catholique féminine…

Pendant la guerre, il entre en résistance spirituelle. À partir de 1942, il participe activement à l'élaboration des Cahiers du Témoignage chrétien et son rôle est capital dans sa diffusion dans la zone nord. Il dénonce l'antisémitisme comme étant incompatible avec le christianisme. Il en appelle à la conscience endormie des chrétiens, et à témoigner plus vigoureusement.

Pendant l'été 1943 et à Pâques 1944, au cours de séjours de camps de jeunes, il est appelé auprès de résistants du Vercors. En effet, de jeunes chrétiens combattants s'y trouvent, dépourvus des sacrements et aux prises avec des problèmes de conscience qu'ils ne peuvent résoudre seuls. En , il gagne le plateau du Vercors pour ce qui devait être une brève enquête de terrain. Mais il arrive quelques jours avant l'attaque allemande. Au lieu d'essayer de s'enfuir avec les hommes valides, il décide de rester avec les grands blessés. Pris dans la grotte de la Luire avec les médecins, les infirmières et les blessés, il est emprisonné à Grenoble et fusillé avec plusieurs de ses codétenus dans la nuit du 10 au .

Publications

  • Spiritualité, théologie et résistance, Presses universitaires de Grenoble, 1987
  • Pour un apostolat spirituel, éd. de l'Orante, Paris, 1942
  • Vie chrétienne et action temporelle, 1944
  • Le Rôle du chrétien dans l'Église, 1945
  • Malebranche et le quiétisme, Aubier-Montaigne, 1946
  • Mélanges théologiques, Aubier-Montaigne, 1946
  • L'Église et le monde actuel, 1946 ; 2e éd. 1959, éd. Témoignage chrétien, Paris
  • Leçons sur le Christ, avant-propos du P. Joseph Huby, 1949. Réediter par les éditions Lessius, avec une introduction de Bernard Sesboüé. Edition Jésuite 2016 (ISBN 9782872992812)
  • Aspects de l'Église, 1949 ; rééd. Le Seuil, coll. « Livre de vie », 1962
  • Problèmes de vie spirituelle, 1950 ; rééd. Desclée de Brouwer, 2006 (ISBN 9782220057446)
  • Le Royaume et ses exigences, 1957 ; rééd. Desclée de Brouwer, troisième édition, Collection Christus. Textes ; n° 2006, (ISBN 9782220057446)

Préface

Hommages et postérité

  • Yves de Montcheuil figure sur la liste des personnes citées au Panthéon de Paris.
  • La Fondation de Montcheuil[2], créée en 1983, a été nommée en hommage à Y. de Montcheuil. La fondation, reconnue d’utilité publique depuis 1984, apporte une aide régulière aux œuvres des Jésuites, dans leurs travaux intellectuels et dans leurs actions auprès de la jeunesse défavorisée.

Notes et références

  1. Édition Aubier 1947.
  2. Voir sur le site de la fondation.

Voir aussi

Bibliographie

  • Henri de Lubac, Résistance chrétienne à l'antisémitisme. Souvenirs 1840-1944, Paris, Fayard, 1988 (ISBN 2-213-02125-2) Voir le chapitre XIV consacré à Yves de Montcheuil, p. 233-260.
  • David Grumett, « Yves de Montcheuil: Action, Justice and the Kingdom in Spiritual Resistance to Nazism », Theological Studies 68, 3 (2007), 618–41
  • Yves de Sagazan, « Yves de Montcheuil », dans Les Carnets du Goëlo no 13 (1997), publiés par la Société d'études historiques et archéologique du Goëlo
  • Bernard Sesboüé, Yves de Montcheuil (1900-1944), précurseur en théologie, Paris, Le Cerf, 2006 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes

Liens externes


{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Yves de Montcheuil
Listen to this article