Église de Saint-Gingolph - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Église de Saint-Gingolph.

Église de Saint-Gingolph

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Église Saint-Gingolph

La façade ouest de l'église
Présentation
Culte Catholicisme
Début de la construction 1770
Fin des travaux 1772
Style dominant Style néo-classique sarde
Géographie
Pays
France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Ville Saint-Gingolph
Coordonnées 46° 23′ 35″ nord, 6° 48′ 11″ est
Géolocalisation sur la carte : France
Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

L'église Saint-Gingolph est une église catholique, située dans la commune française de Saint-Gingolph, et dépendante du diocèse d'Annecy. Elle est fréquentée par les habitants de la commune et par ceux de la commune suisse homonyme qui ne compte pas d'église sur son territoire. Le cimetière situé sur le territoire français dessert également les deux communes[1].

Historique

Une église primitive semble avoir été édifiée au lieu-dit Bret, à l'ouest de la Morge[2]. Celle-ci aurait été édifiée vers 515[réf. nécessaire], date correspondant à celle de la conversion du roi Sigismond et de la fondation de l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune. Elle aurait été détruite par l'éboulement du Tauredunum en 563.

Elle aurait été reconstruite en 640 et nommée Ecclésia Sant Gendoulfo[réf. nécessaire], dédiée à saint Gingolph ou Gengou[1],[2].

Le pape Eugène III, en 1153, donne l'église au prieuré de Saint-Jean de Genève[3] (dit aussi Saint-Jean-hors-les-murs).

Le , l'église est détruite par un éboulement, attesté[4][réf. à confirmer].

L'église est édifiée en 1770 et consacrée le [5],[1].

En 1822, l'église devient dépendante du diocèse d'Annecy[2].

L'édifice est d'utilité franco-suisse, il dessert la paroisse qui s'étend sur les deux communes[6].

L'église a été restaurée en 1999.

Description

Protection

L'église possède trois objets classés[7]. Il s'agit de deux cloches l'une datée de 1729[8], et la seconde de 1785 [9]. Par ailleurs, l'église possède un portrait équestre de saint Gangolf, datant d'environ 1848[10].

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Sources et références

  1. a b et c Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Histoire des communes savoyardes : Le Chablais, Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 978-2-7171-0099-0), p. 397.
  2. a b et c Patrick Maye, « Saint-Gingolph » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  3. Bulle papale du publié dans le Régeste genevois (1866) (REG 0/0/1/331).
  4. Claude Genoux, Histoire de Savoie, Piemont et Sardaigne, précédée d'une notice sur la vie et les ouvres de l'auteur par Eugene Sue, illustrée par Janet-Lange, ornee d'une carte du Royaume sarde par A.-H- Dufour, G. Barba, 95 p. (lire en ligne), p. 10.
  5. Raymond Oursel et Pascal Lemaître, Les chemins du sacré : Pèlerinage architectura, La Fontaine de Siloé, , 393 p., p. 233.
  6. « Paroisse Saint-André en Gavot-Léman : Communautés St Gingolph, et Novel », Infos pratiques par communautés, sur https://www.diocese-annecy.fr/ (consulté le 26 novembre 2020).
  7. « Œuvres mobilières de Saint-Gingolph », base Palissy, ministère français de la Culture.
  8. Notice no PM74000348, base Palissy, ministère français de la Culture.
  9. Notice no PM74000347, base Palissy, ministère français de la Culture.
  10. Notice no PM74000346, base Palissy, ministère français de la Culture.
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Église de Saint-Gingolph
Listen to this article