For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Élection présidentielle slovaque de 1999.

Élection présidentielle slovaque de 1999

Élection présidentielle slovaque de 1999
(1er tour)
(2e tour)
Type d’élection Élection présidentielle
Corps électoral et résultats
Inscrits 4 041 181
Votants au 1er tour 2 984 424
73,89 %
Votes exprimés au 1er tour 2 948 402
Votes blancs et nuls au 1er tour 36 022
Votants au 2d tour 3 049 221
75,45 %
Votes exprimés au 2d tour 3 021 123
Votes blancs et nuls au 2d tour 28 098
Rudolf Schuster 2011.jpg
Rudolf Schuster – SOP (sk)
Voix au 1er tour 1 396 950
47,38 %
Voix au 2e tour 1 727 481
57,18 %
Vladimir Meciar.jpg
Vladimír Mečiar – HZDS
Voix au 1er tour 1 097 956
37,24 %
Voix au 2e tour 1 293 642
42,82 %
Magda Vášáryová (oktober 2011) 1.jpg
Magda Vášáryová – Ind.
Voix au 1er tour 194 635
6,60 %
Président de la République
Sortant Élu
Michal Kováč (vacant)
HZDS
Rudolf Schuster
SOP (sk)
volby.statistics.sk

L’élection présidentielle slovaque de 1999 (en slovaque : Voľba prezidenta Slovenskej republiky v roku 1999) se tient les samedis et , afin d'élire le président de la République slovaque pour un mandat de cinq ans.

Près des trois quarts des électeurs slovaques participent à cette première élection présidentielle au suffrage universel, organisée après 15 mois de vacance de la fonction présidentielle. Candidat unique de la majorité parlementaire libérale et pro-européenne, le maire de Košice Rudolf Schuster arrive nettement en tête du premier tour. Il s'impose largement au second, face à l'ancien président du gouvernement nationaliste Vladimír Mečiar, qu'il devance d'environ 425 000 voix.

Contexte

En 1993, l'ancien ministre des Finances Michal Kováč est élu président de la République par le Conseil national avec 106 voix favorables, soit 16 de plus que la majorité présidentielle requise[1]. Après un quinquennat marqué par les affrontements verbaux avec le président du gouvernement Vladimír Mečiar, Kováč quitte le palais Grassalkovitch sans successeur élu. Mečiar exerce alors l'intérim[2], seul dans un premier temps puis aux côtés du président du Parlement Ivan Gašparovič à partir du mois de juillet.

Lors des élections législatives de 1998, le Mouvement pour une Slovaquie démocratique (HZDS) de Mečiar confirme son statut de premier parti du pays mais avec 27 % des voix, il ne peut gouverner seul. La Coalition démocratique slovaque (SDK) de Mikuláš Dzurinda, qui engrange 26,3 % des suffrages exprimés, s'associe avec le Parti de la gauche démocratique (SDĽ), le Parti de la coalition hongroise (SMK-MKP) et le Parti de l'entente civique (sk) (SOP) pour former une coalition majoritaire qui éjecte Vladimír Mečiar du pouvoir[3],[4]. La nouvelle majorité amende ensuite la Constitution de 1992 pour supprimer le caractère indirect de l'élection présidentielle.

Le scrutin se tient alors que le pays sort de son isolement diplomatique — son intégration à l'UE et l'OTAN étant jusqu'à présent repoussée en raison de son « déficit démocratique » — mais entre en récession, le gouvernement ayant mis fin aux investissements massifs et aux manipulations des statistiques budgétaires de Mečiar[5].

Mode de scrutin

Le président de la République (Prezident Slovenskej republiky) est le chef de l'État de la Slovaquie. Il est élu pour un mandat de cinq ans.

L'élection se tient au suffrage universel direct et au scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Le candidat qui remporte la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour est proclamé élu. Si aucun candidat n'atteint ce résultat, les deux candidats ayant remporté le plus de voix sont qualifiés pour le second tour, qui se tient deux semaines plus tard. Le candidat qui remporte le plus de voix est proclamé élu.

Campagne

La coalition au pouvoir choisit comme candidat unique le maire de Košice et président du SOP, Rudolf Schuster. Un mois avant le premier tour, Vladimír Mečiar dépose sa candidature et tente son retour en politique en usant d'un discours populiste. Pour lui faire barrage, l'ancien président Michal Kováč retire sa candidature à quelques jours du scrutin. À la veille du premier tour, Schuster devance Mečiar dans les sondages d'environ dix points mais ne semble pas en mesure de l'emporter sans un second tour[6].

Candidats

Résultats

Candidat Parti Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Rudolf Schuster SOP (sk) (SDK, SDĽ, SMK-MKP) 1 396 950 47,38 1 727 481 57,18
Vladimír Mečiar HZDS 1 097 956 37,24 1 293 642 42,82
Magda Vášáryová Sans 194 635 6,60
Ivan Mjartan (sk) Sans 105 903 3,59
Ján Slota SNS 73 836 2,50
Boris Zala Sans 29 697 1,01
Juraj Švec (sk) Sans 24 077 0,82
Juraj Lazarčík (sk) Sans 15 386 0,52
Michal Kováč[a] Sans 5 425 0,18
Ján Demikát (sk) NaAS 4 537 0,15
Exprimés 2 948 402 98,79 99,08
Blancs et nuls 36 022 1,21 28 098 0,92
Total 2 984 424 100 3 049 221 100
Abstention 1 054 475 26,11 991 960 24,55
Inscrits / participation 4 038 899 73,89 4 041 181 75,45

Représentation des résultats du second tour :

Rudolf
Schuster
(57,18 %)
Vladimír
Mečiar
(42,82 %)
Majorité absolue

Analyse

Arrivé nettement en tête du premier tour et ayant bénéficié du ralliement de Magda Vášáryová, Rudolf Schuster est logiquement élu au soir du second tour. Son avance sur le national-populiste Vladimír Mečiar, qui atteint 15 points, est cependant plus forte qu'attendue[7],[8].

Notes

  1. Michal Kováč avait retiré sa candidature après l'impression des bulletins de vote.

Références

  1. « SLOVAQUIE M. Michal Kovac a été élu président de la République », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. « SLOVAQUIE : fin du mandat présidentiel », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. MARTIN PLICHTA, « L'opposition remporte les élections en Slovaquie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. MARTIN PLICHTA, « La fin du « meciarisme » : un nouveau départ pour la Slovaquie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. MARTIN PLICHTA, « La Slovaquie relance les réformes pour faciliter son intégration à l'UE », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. MARTIN PLICHTA, « L'élection présidentielle en Slovaquie se joue sur fond d'adhésion à l'OTAN et de guerre au Kosovo », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. « SLOVAQUIE : élection présidentielle », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. MARTIN PLICHTA, « Rudolf Schuster remporte l'élection présidentielle en Slovaquie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Élection présidentielle slovaque de 1999
Listen to this article

This browser is not supported by Wikiwand :(
Wikiwand requires a browser with modern capabilities in order to provide you with the best reading experience.
Please download and use one of the following browsers:

This article was just edited, click to reload
This article has been deleted on Wikipedia (Why?)

Back to homepage

Please click Add in the dialog above
Please click Allow in the top-left corner,
then click Install Now in the dialog
Please click Open in the download dialog,
then click Install
Please click the "Downloads" icon in the Safari toolbar, open the first download in the list,
then click Install
{{::$root.activation.text}}

Install Wikiwand

Install on Chrome Install on Firefox
Don't forget to rate us

Tell your friends about Wikiwand!

Gmail Facebook Twitter Link

Enjoying Wikiwand?

Tell your friends and spread the love:
Share on Gmail Share on Facebook Share on Twitter Share on Buffer

Our magic isn't perfect

You can help our automatic cover photo selection by reporting an unsuitable photo.

This photo is visually disturbing This photo is not a good choice

Thank you for helping!


Your input will affect cover photo selection, along with input from other users.