Élections législatives slovènes de 2000 - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Élections législatives slovènes de 2000.

Élections législatives slovènes de 2000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections législatives slovènes de 2000
90 sièges de l'Assemblée nationale
(Majorité absolue : 46 sièges)
Type d’élection Élection législative
Corps électoral et résultats
Inscrits 1 588 528
Votants 1 113 424
70,09 %  −3,6
Votes exprimés 1 070 520
Votes blancs et nuls 36 904
LDS – Janez Drnovšek
Voix 390 306
36,26 %
 +9,3
Députés élus 34  +9
SDSS – Janez Janša
Voix 170 228
15,81 %
 −0,3
Députés élus 14  −2
ZLSD – Borut Pahor
Voix 130 079
12,08 %
 +3,1
Députés élus 11  +2
SLS – Franc Zagožen (sl)
Voix 102 691
9,54 %
 −19,5
Députés élus 9  −20
Président du gouvernement
Sortant Élu
Andrej Bajuk
NSi
Janez Drnovšek
LDS
dvk-rs.si

Les élections législatives slovènes de 2000 (en slovène : Državnozborske volitve v Sloveniji 2000) se tiennent le dimanche , afin d'élire les 90 députés de la 3e législature de l'Assemblée nationale pour un mandat de quatre ans.

Le scrutin voit la Démocratie libérale slovène (LDS), récemment écartée du pouvoir par une motion de censure, s'imposer largement avec plus d'un tiers des suffrages exprimés en sa faveur. Le parti Nouvelle Slovénie (NSi) du président du gouvernement Andrej Bajuk termine cinquième, derrière son ancienne formation, le Parti populaire slovène (SLS+SKD). Ayant convaincu ce dernier et la Liste unie des sociaux-démocrates (ZLSD) de s'associer à lui, Janez Drnovšek retrouve le pouvoir à la tête de son quatrième gouvernement.

Contexte

Lors des élections législatives de 1996, la Démocratie libérale slovène (LDS) du président du gouvernement Janez Drnovšek s'impose avec 27 % des voix, devançant le Parti populaire slovène (SLS). La LDS défend l'intégration de la Slovénie à l'UE et l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) alors que le SLS soutient une adhésion plus progressive[1]. Drnovšek constitue son troisième gouvernement avec le SLS et le Parti démocrate des retraités slovènes (DeSUS) trois mois et demi plus tard.

À l'occasion de l'élection présidentielle (sl) de , le président de la République sortant Milan Kučan est réélu dès le premier tour avec environ 56 % des voix, devançant largement le président de l'Assemblée nationale Janez Podobnik (sl) du SLS, qui recueille 18,3 % des suffrages[2].

En , le SLS se retire de la majorité parlementaire pour fusionner avec les Chrétiens-démocrates slovènes (sl) (SKD), alors dans l'opposition. Une nouvelle coalition se met en place sous l'égide d'Andrej Bajuk entre le SLS+SKD et le Parti social-démocrate de Slovénie (SDSS). Bajuk finit par quitter le Parti populaire pour fonder la Nouvelle Slovénie (NSi)[3].

Mode de scrutin

L'Assemblée nationale (Državni zbor) est la chambre basse du Parlement bicaméral de la Slovénie. Elle est composée de 90 députés élus pour quatre ans dont 88 au scrutin proportionnel plurinominal de liste avec vote préférentiel et seuil électoral de 4 % dans huit circonscriptions de 11 sièges. Après décompte des voix, les sièges sont répartis dans chaque circonscription sur la base du quotient de Droop[a], puis au niveau national pour les sièges restants selon la méthode d'Hondt. Pour chaque liste, les mandats sont attribués en fonction du nombre de votes préférentiels obtenus par les candidats[4].

Les deux autres sièges sont réservés aux minorités italiennes et hongroises à raison d'un député chacune, élus en un seul tour à l'aide d'un système de vote pondéré : la méthode Borda. Les électeurs concernés classent les candidats sur le bulletin de vote en leur attribuant des chiffres en partant de 1 pour leur candidat favori. Le candidat classé en premier reçoit autant de voix que de candidats dans la liste, celui classé deuxième une de moins, et ainsi de suite. Le candidat ayant recueilli le plus de voix est déclaré élu. Les slovènes votant pour les représentants des minorités peuvent aussi participer à l'élection des 88 autres sièges[5].

Principales forces politiques

Parti Idéologie Chef de file Résultat en 1996
Parti populaire slovène[b]
Slovenska ljudska stranka (SLS+SKD)
Centre droit
Conservatisme, agrarisme, démocratie chrétienne
Franc Zagožen (sl) 29,0 % des voix
29 sièges
Démocratie libérale slovène
Liberalna demokracija Slovenije (LDS)
Centre
Social-libéralisme
Janez Drnovšek 27 % des voix
25 sièges
Parti social-démocrate de Slovénie
Socialdemokratska stranka Slovenije (SDSS)
Centre droit
Conservatisme
Janez Janša
(Ministre de la Défense)
16,1 % des voix
16 sièges
Liste unie des sociaux-démocrates
Združena lista socialnih demokratov (ZLSD)
Centre gauche
Social-démocratie
Borut Pahor 9 % des voix
9 sièges
Parti démocrate des retraités slovènes
Demokratična stranka upokojencev Slovenije (DeSUS)
Centre
Social-libéralisme, défense des retraités
Janko Kušar (sl) 4,3 % des voix
5 sièges
Parti national slovène
Slovenska nacionalna stranka (SNS)
Droite à extrême droite
Nationalisme, conservatisme, euroscepticisme
Zmago Jelinčič Plemeniti (sl) 3,2 % des voix
4 sièges
Nouvelle Slovénie - Parti chrétien populaire
Nova Slovenija – Kršcanska ljudska stranka (NSi)
Centre droit
Démocratie chrétienne, conservatisme
Andrej Bajuk
(Président du gouvernement)
Inexistant

Résultats

Résultats des élections législatives slovènes de 2000[6]
Parti Voix % +/- Sièges +/-
Démocratie libérale slovène (LDS) 390 306 36,26 en augmentation 9,25 34 en augmentation 9
Parti social-démocrate de Slovénie (SDSS) 170 228 15,81 en diminution 0,32 14 en diminution 2
Liste unie des sociaux-démocrates (ZLSD) 130 079 12,08 en augmentation 3,05 11 en augmentation 2
Parti populaire slovène (SLS+SKD) 102 691 9,54 en diminution 19,46 9 en diminution 20
Nouvelle Slovénie - Parti chrétien populaire (NSi) 93 247 8,66 Nv 8 en augmentation 8
Parti démocrate des retraités slovènes (DeSUS) 55 634 5,17 en augmentation 0,85 4 en diminution 1
Parti national slovène (SNS) 47 214 4,39 en augmentation 1,17 4 en stagnation
Parti de la jeunesse de Slovénie (SMS) 46 674 4,34 Nv 4 en augmentation 4
Autres[c] 40 447 3,76 0 en stagnation
Minorités hongroise et italienne 2 en stagnation
Suffrages exprimés 1 076 520 96,75
Votes blancs et invalides 36 904 3,25
Total 1 113 424 100 - 90 en stagnation
Abstentions 475 104 29,91
Inscrits / participation 1 588 528 70,09

Conséquences

Vainqueur du scrutin, Janez Drnovšek retrouve le pouvoir six semaines après les élections en formant son quatrième gouvernement, qui repose sur une alliance entre la LDS, la ZLSD et le SLS.

Notes

  1. Le quotient de Droop est obtenu par division du nombre total de suffrages exprimés par le nombre total de sièges à pourvoir augmenté de un, plus un.
  2. Intègre le parti des Chrétiens-démocrates slovènes (sl) (SKD).
  3. Dix partis et des candidats indépendants ayant reçu moins de 1 % des voix.

Références

  1. « Victoire du parti au pouvoir aux législatives en Slovénie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020).
  2. « Milan Kucan a été réélu à la présidence slovène », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020).
  3. Yves Bourdillon, « Slovénie: les élections législatives freinent le processus d'adhésion à l'Union », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020).
  4. « IPU PARLINE database: SLOVENIE (Drzavni Zbor), Texte intégral », sur archive.ipu.org (consulté le 5 juin 2018).
  5. (en) « National Assembly of the Republic of Slovenia - State election commission », sur dvk-rs.si.
  6. (en) European Election Database, « Slovenia: Parliamentary Election 2000 », sur eed.nsd.uib.no (consulté le 30 mars 2020).

Voir aussi

Articles connexes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Élections législatives slovènes de 2000
Listen to this article