American All Stars - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for American All Stars.

American All Stars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

American All Stars
Surnom American All Stars
Sélectionneur
Mike Dimitro
Premier match officiel
American All Stars 34-25 Southern Divisions

Plus large victoire
American All Stars 26-5 Northland

Plus large défaite
France 31-0 American All Stars

Les American All Stars désignent une sélection de joueurs américains (ou états-uniens) de rugby à XIII qui ont effectué des tournées en Australie, en Nouvelle-Zélande et en France dans les années 1950.

Composée de joueurs n'ayant pour la plupart jamais joué au rugby, cette équipe, qui n'a remporté que peu de victoires, obtient alors un grand succès médiatique et conserve, des décennies après sa disparition, une aura dans le milieu du rugby à XIII international.

Histoire

En 1953, Mike Dimitro, un promoteur de catch, forme une équipe de rugby à XIII appelé les American Rugby League All Stars[1],[2]. Elle part en tournée en Australasie pour y jouer 26 matchs. Aucun des 22 joueurs américains avaient déjà joué au rugby à XIII avant cette tournée, ils se sont présentés dans une tenue de football américain dès le début du tournoi, portant même parfois des pantalons longs en match[Ref 1].

Son bilan est mitigé, 6 victoires, 2 nuls et 18 défaites.

Leur deuxième match de la tournée, contre une sélection de Sydney, attire une foule de 65 453 spectateurs au Sydney Cricket Ground. Ensuite, le public s'étiole au fil des lourdes défaites des American All-Stars. Le meilleur des joueurs américains Al Kirkland décide de rester à Sydney et rejoint le club de Parramatta où il joua une saison en 1956 (18 matchs pour 4 essais).

D'un point de vue humain, beaucoup de joueurs sont blessés, particulièrement au moment de la tournée en Australie[Ref 2]. Le rythme des rencontres est effréné et le banc de joueurs américains est tellement peu fourni que l'équipe est parfois obligée de se faire prêter des joueurs locaux[Ref 3]. Ainsi Franck Mulcaire fait partie de quatre Néo-zélandais en renfort de la sélection, lorsque celle-ci effectue sa tournée en Nouvelle-Zélande[3].

Mike Dimitro organise 2 matchs d'exhibition en Californie, entre l'Australie et la Nouvelle-Zélande. En 1954, l'équipe des États-Unis affrontent la France à Paris.

Tournée en Australie

Elle suscite un grand engouement auprès du public australien.

Mais souffrant de la comparaison avec l'équipe de France et sa tournée les années précédentes, l'intérêt aura tendance à s'effilocher. Les joueurs américains, très athlétiques et joueurs, excellent passeurs, se révèlent insuffisants en défense.

Leur lacune technique due à leur inexpérience, même compensée par un arbitrage bienveillant, est patente.

La pauvreté de leur banc de remplaçants se fait sentir au fur et à mesure des nombreuses blessures. Un joueur attrapant même la polio.

Tournée en Nouvelle-Zélande

Il s'agit du prolongement de celle d'Australie. Les Américains affrontent ici des conditions très différentes, terrains boueux par exemple.

Tournée en France et projet de tournée avorté en Angleterre

Cette tournée est organisée en hiver, dans la France encore touchée par l'après-guerre. Exposant les joueurs américains, originaires essentiellement de Californie, à des conditions dont ils n'ont pas l'habitude.

Comme en Australie, les Américains sont accueillis chaleureusement et leur tournée est assez médiatisée. Ils se prêtent volontiers à certaines opérations de promotion comme celle de la maison Pernod.

À noter que les Anglais expriment pendant un certain temps la volonté d'accueillir également les Américains. Mais cela reste un vœu pieux.

Épilogue

Voulant profiter de l'engouement pour son équipe, Mike Dimimtro et d'autres promoteurs d'évènements sportifs américains tentèrent de lancer le rugby à XIII aux États-Unis. L'idée étant de mobiliser les joueurs des équipes de Football américain, inoccupés pendant l'intersaison.

Ce sera en vain. Après leurs tournées, la plupart des joueurs ne joueront plus jamais au rugby à XIII.

Certains, universitaires, parce qu'ils intégreront la vie active, d'autres parce qu'aucun club de rugby à XIII n'existe à cette époque aux États-Unis.

Notes et références

Notes

  1. Willacy 2018, p. 48.
  2. Willacy 2018, p. 146.
  3. Willacy 2018, p. 147.

Références

  1. The American All-Stars Rugby League Team, rl1908.com.
  2. (en) George Clarke, « NRL 2020: American All Stars, rugby league, USA, Mike Dimitro, Gavin Willacy, No Helmets Required », sur Fox Sports, (consulté le 8 avril 2021)
  3. (en) « NRL 2020: In memoriam : Frank Mulcare », sur National Rugby League, (consulté le 8 avril 2021) : « Was one of four Kiwis attached to the injury-hit 1953 American All Stars touring team in New Zealand. »

Bibliographie

  • (en) Gavin Willacy, No Helmet required : The remarkable story of the American All Stars, Durrington, Pitch Publishing, (réimpr. 2018), 304 p. (ISBN 9781785314025)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
American All Stars
Listen to this article