Antoine Fattal - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Antoine Fattal.

Antoine Fattal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Antoine Fattal
Antoine Fattal
Fonction
Ambassadeur
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Antoine Elias Fattal, (1917-1987) est né à Alexandrie, (Égypte). Il est le fils d’Elias Fattal et de Marguerite Sarkis et petit-fils de Joseph Elian Sarkis. Docteur en Droit et licencié en Sciences politiques de l'Université de Paris, il est également diplômé ès lettres de l'Institut d'études sémitiques de Paris. Dans la préparation à ce diplôme, il a acquis une connaissance du syriaque, de l'hébreu et du phénicien.

Antoine Fattal termine ses études de droit en 1946 par une soutenance de thèse sur le sujet du Statut Légal des Non-Musulmans en pays d'Islam[1] ; ce travail lui vaut le prix « Robert Dennery ». Publié en 1958, sa thèse demeure toujours un ouvrage de référence sur le droit des minorités en pays musulman[2].

Entretemps, il travaille comme journaliste au Journal d’Égypte jusqu'en 1954, année au cours de laquelle il décide de s'installer au Liban. Il embrasse alors la carrière diplomatique, entre au Conseil d'État et de 1960 à 1970 il est chargé de la direction de la Fonction Publique de l'Administration publique libanaise[3]. Il est alors membre de la Cour permanente d'arbitrage et membre du Conseil de la Fonction publique. Par la suite, Conseiller du Ministère des Affaires Étrangères libanais, il est nommé secrétaire général par intérim de ce ministère. Il y reste deux ans.

En parallèle à ses responsabilités dans l'Administration publique et la diplomatie, Antoine Fattal enseigne de 1958 à 1977, le Droit International comparé à l'Université Saint-Joseph de Beyrouth où il détient la Chaire.

En 1977 il est nommé Ambassadeur du Liban auprès du Saint-Siège. En automne 1982, il est appelé par le Président Amin Gémayel pour mener les négociations avec Israël[4] qui aboutiront à l'accord du 17 mai 1983 approuvé par le parlement libanais mais non ratifié par le Président lui-même. L'accord n'entrera pas en vigueur[5].

Bibliographie

  • Les conférences des Nations unies et la Convention de Genève du sur la mer territoriale et la zone contigüe
  • La Convention d'armistice Libano-israélienne de 1949 au regard du droit des gens, 17 pages, in Realism in Law-Making, Martinus Nijhoff Publishers.
  • Les Procédures diplomatiques de règlement des différents internationaux. Préface A. Gervais. Beyrouth, Coll. Bibliothèque de l'Association libanaise des Sciences juridiques, Librairie du Liban 1966. VII, 108 pages.
  • Le Statut légal des non-Musulmans en pays d'Islam, Beyrouth, Imprimerie catholique, 1958, réédition coll. Recherches, Dar El-Machreq, Beyrouth, 1995.
  • La mosquée d'Ibn Touloun au Caire, Imprimerie catholique, 39 pages, 80 planches avec carte, 1960, 25 cm.

Notes et références

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Antoine Fattal
Listen to this article