For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Appel du comité central de la Garde nationale le 25 mars 1871.

Appel du comité central de la Garde nationale le 25 mars 1871

L’Appel du comité central de la garde nationale le est un appel à la vigilance et à la réflexion émis par le comité central de la Garde nationale et diffusé par affiches aux électeurs parisiens la veille des élections municipales du 26 mars organisées par la Commune de Paris.

Affiche de l'appel du Comité central de la Garde nationale du 25 mars 1871
Affiche de l'appel du Comité central de la Garde nationale du 25 mars 1871

Le texte de l'appel

« CITOYENS,
Notre mission est terminée ; nous allons céder la place dans votre Hôtel-de-Ville à vos nouveaux élus, à vos mandataires réguliers.
Aidés par votre patriotisme et votre dévouement, nous avons pu mener à bonne fin l'œuvre difficile entreprise en votre nom. Merci de votre concours persévérant ; la solidarité n'est plus un vain mot : le salut de la République est assuré.
Si nos conseils peuvent avoir quelque poids dans vos résolutions, permettez à vos plus zélés serviteurs de vous faire connaître, avant le scrutin, ce qu'ils attendent du vote aujourd'hui.

CITOYENS,
Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant de votre propre vie, souffrant des mêmes maux.
Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne considèrent que leurs propres intérêts et finissent toujours par se considérer comme indispensables.
Défiez-vous également des parleurs, incapables de passer à l'action ; ils sacrifieront tout à un discours, à un effet oratoire ou à un mot spirituel. Évitez également ceux que la fortune a trop favorisés, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme un frère.
Enfin, cherchez des hommes aux convictions sincères, des hommes du Peuple, résolus, actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue. Portez vos préférences sur ceux qui ne brigueront pas vos suffrages ; le véritable mérite est modeste, et c'est aux électeurs de connaître leurs hommes, et non à ceux-ci de se présenter.
Nous sommes convaincus que, si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considéreront jamais comme vos maîtres. »

— Hôtel-de-Ville, 25 mars 1871. Le Comité central de la Garde nationale.
AVOINE fils, Ant. ARNAUD, G. ARNOLD, ASSI, ANDIGNOUX, BOUIT, J. BERGERET, BABICK, BAROUT, BILLIORAY, BOURSIER, BLANCHET, CASTIONI, CHOUTEAU, C. DUPONT, FABRE, FERRAT, FLEURY, FOUGERET, C. GAUDIER, GOUHIER, H. GERESME, GRELIER, GROLARD, JOSSELIN, F. JOURDE, LEVALETTE, H. FORTUNÉ, MALJOURNAL, E. MOREAU, MORTIER, PRUDHOMME, ROUSSEAU, RANVIER, VARLIN[1],[2],[3].

Contextualisation

À Paris, depuis la fuite du gouvernement après l'insurrection du 18 mars, le Comité central de la Garde nationale, composé d'inconnus, prend à ce moment des décisions efficaces d'organisation, même s'il se dénie à lui-même la qualité de gouvernement. Il a promis de se retirer après l'élection du 26 mars[4].

Ce texte s'insère dans un ensemble de nombreux appels placardés dans les rues[5]. L'affiche qui le porte est imprimée par l'Imprimerie nationale, réquisionnée depuis le 18 mars par la Garde nationale. Sous la direction d'un ouvrier, Louis-Guillaume Debock, qui y a pris le pouvoir, elle imprime alors 5 à 6 affiches par jour[6].

L'historien William Serman, dans son ouvrage de référence sur la Commune de Paris, montre que ce texte reflète un courant d'opinion qui appelle « à voter pour des républicains dévoués à la cause du peuple et à la démocratie sociale ». Par ce manifeste, « destiné à favoriser l'élection de ses propres membres, le Comité central de la Garde nationale invite les citoyens à écarter les arrivistes, les notables, les vedettes ou les professionnels de la politique et à nommer plutôt des représentants obscurs, issus de leurs rangs. ». William Serman voit dans ce texte un « discours moralisateur et un peu hypocrite, qui tend à la fois à déconsidérer toute campagne électorale et à faire valoir les titres des hommes du Comité central à la confiance et à la reconnaissance de leurs concitoyens. »[7].

Le Comité central républicain des vingt arrondissements rédige un autre manifeste, publié le 27 mars par le journal de Jules Vallès, Le Cri du Peuple, qui liste les candidats qu'il soutient[7],[8].

Selon Mathilde Larrère, historienne spécialiste des révolutions, « "Paris était en effervescence politique depuis la chute de l’empire (2 sept 1870). Avec la proclamation de la république le 4 septembre, Paris connaît une atmosphère post révolutionnaire. Partout naissent des clubs, des sociétés, des journaux. On discute, on débat… Et contre le gouvernement de défense nationale, on se radicalise ! Avec le siège, les Parisiens doivent s’auto-organiser pour assurer le ravitaillement, le soin aux blessés, l’ordre. Aussi dans les quartiers chacun avait pu connaître l’opinion des uns des autres, les voir dans l’action, dans les débats. Apprécier les qualités et les défauts de chacun, leur engagement pour le commun, leur fraternité, le respect de la démocratie… rien de surprenant à ce que les électeurs puissent désigner leurs candidats: C'est le résultat de mois d’inter-connaissance, d'expérience commune »[9].

Mémoire et interprétations

Le politologue Mattei Dogan voit dans cet appel un exemple ancien d'expression de la méfiance envers les hommes politiques[10]. Des extraits de l'appel sont repris par Olivier Besancenot comme argumentation de sa non-candidature pour le Nouveau Parti anticapitaliste à l’élection présidentielle de 2012[11]. Selon la politologue Olivia Leboyer, « ce texte garde toute sa fraîcheur »[12].

Pour le journaliste Edwy Plenel, ce texte illustre le nouveau défi que devait relever la Commune de Paris: « Comment renverser un ordre injuste sans en créer un autre ? Comment assumer cet inévitable mouvement d’exception, qui suppose rapport de force et luttes de pouvoir, sans céder aux sirènes de nouvelles dominations, entre pouvoir personnel et hiérarchies bureaucratiques ? C'était bien là "l'inconnu" que cherchaient à inventer les Communards. »[13].

Ce texte est régulièrement repris sur les réseaux sociaux en période électorale[14]. En 2021, il est partiellement cité en guise d'épilogue à un livre que les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme consacrent à Emmanuel Macron, Le traître et le néant[15].

Références

  1. Firmin Maillard, Elections des 26 mars et 16 avril 1871 : affiches, professions de foi, documents officiels, clubs et comités pendant la Commune, Paris, , 244 p. (lire en ligne), p. 107-108.
  2. « Élections à la Commune » [png] (Affiche), sur contretemps.eu, revue de critique communiste (consulté le ).
  3. « Élections à la Commune » [html] (affiche), sur ficedl.info, Fédération internationale des centres d'études et de documentation libertaires (consulté le ).
  4. Bernard Noël, Dictionnaire de la Commune, t. I, Paris, Flammarion, coll. « Champs », , 327 p., p. 139-140.
  5. Firmin Maillard, Elections des 26 mars et 16 avril 1871 : affiches, professions de foi, documents officiels, clubs et comités pendant la Commune, Paris, , 244 p. (lire en ligne).
  6. Gwladys Longeard, « L'Imprimerie nationale pendant la Commune de 1871 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 52-1, no 1,‎ , p. 147 (ISSN 0048-8003 et 1776-3045, DOI 10.3917/rhmc.521.0147, lire en ligne, consulté le ).
  7. a et b William Serman, La Commune de Paris (1871), Paris, Fayard, , 621 p. (ISBN 9782213013541), p. 254-257.
  8. Max Gallo, Jules Vallès ou la révolte d'une vie, Paris, Robert Laffont, , 505 p. (ISBN 9782221057858), p. 334.
  9. Candidats à la présidentielle: ce texte de 1871 n'a jamais été autant d'actualité, Huffpost, 24/8/2016.
  10. Mattei Dogan, « Méfiance et corruption : discrédit des élites politiques », Revue internationale de politique comparée, vol. 10,‎ , p. 415-432 (lire en ligne).
  11. Vivien Vergnaud, « 2012 : Besancenot jette l'éponge » (article en ligne), sur JDD.fr, Le Journal du dimanche, .
  12. Olivia Leboyer, Elite et libéralisme, Paris, CNRS éditions, (ISBN 9782271072245)
  13. Jeanne, de guerre lasse, Daniel Bensaïd, préface d'Edwy Plenel, Don Quichotte, 2017.
  14. Justine Huppe et Denis Saint-Amand, « 1871-2021. De la mémoire des barricades aux imaginaires inflammables », Contextes. Revue de sociologie de la littérature, no 30,‎ (ISSN 1783-094X, DOI 10.4000/contextes.10124, lire en ligne, consulté le ).
  15. Gérard Davet et Fabrice Lhomme, Le traître et le néant, Paris, Fayard, , 638 p. (ISBN 9782213705309, présentation en ligne)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Appel du comité central de la Garde nationale le 25 mars 1871
Listen to this article

This browser is not supported by Wikiwand :(
Wikiwand requires a browser with modern capabilities in order to provide you with the best reading experience.
Please download and use one of the following browsers:

This article was just edited, click to reload
This article has been deleted on Wikipedia (Why?)

Back to homepage

Please click Add in the dialog above
Please click Allow in the top-left corner,
then click Install Now in the dialog
Please click Open in the download dialog,
then click Install
Please click the "Downloads" icon in the Safari toolbar, open the first download in the list,
then click Install
{{::$root.activation.text}}

Install Wikiwand

Install on Chrome Install on Firefox
Don't forget to rate us

Tell your friends about Wikiwand!

Gmail Facebook Twitter Link

Enjoying Wikiwand?

Tell your friends and spread the love:
Share on Gmail Share on Facebook Share on Twitter Share on Buffer

Our magic isn't perfect

You can help our automatic cover photo selection by reporting an unsuitable photo.

This photo is visually disturbing This photo is not a good choice

Thank you for helping!


Your input will affect cover photo selection, along with input from other users.