Archevêché orthodoxe de Belgique et exarchat des Pays-Bas et du Grand-Duché du Luxembourg - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Archevêché orthodoxe de Belgique et exarchat des Pays-Bas et du Grand-Duché du Luxembourg.

Archevêché orthodoxe de Belgique et exarchat des Pays-Bas et du Grand-Duché du Luxembourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La mise en forme de cet article est à améliorer (novembre 2020). La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Comment faire ? Les points d'amélioration suivants sont les cas les plus fréquents. Le détail des points à revoir est peut-être précisé sur la page de discussion. Les titres sont pré-formatés par le logiciel. Ils ne sont ni en capitales, ni en gras. Le texte ne doit pas être écrit en capitales (les noms de famille non plus), ni en gras, ni en italique, ni en « petit »… Le gras n'est utilisé que pour surligner le titre de l'article dans l'introduction, une seule fois. L'italique est rarement utilisé : mots en langue étrangère, titres d'œuvres, noms de bateaux, etc. Les citations ne sont pas en italique mais en corps de texte normal. Elles sont entourées par des guillemets français : « et ». Les listes à puces sont à éviter, des paragraphes rédigés étant largement préférés. Les tableaux sont à réserver à la présentation de données structurées (résultats, etc.). Les appels de note de bas de page (petits chiffres en exposant, introduits par l'outil «  Source ») sont à placer entre la fin de phrase et le point final[comme ça]. Les liens internes (vers d'autres articles de Wikipédia) sont à choisir avec parcimonie. Créez des liens vers des articles approfondissant le sujet. Les termes génériques sans rapport avec le sujet sont à éviter, ainsi que les répétitions de liens vers un même terme. Les liens externes sont à placer uniquement dans une section « Liens externes », à la fin de l'article. Ces liens sont à choisir avec parcimonie suivant les règles définies. Si un lien sert de source à l'article, son insertion dans le texte est à faire par les notes de bas de page. Insérer une infobox (cadre d'informations à droite) n'est pas obligatoire pour parachever la mise en page. Pour une aide détaillée, merci de consulter Aide:Wikification. Si vous pensez que ces points ont été résolus, vous pouvez retirer ce bandeau et améliorer la mise en forme d'un autre article.
Cet article est orphelin. Moins de trois articles lui sont liés (novembre 2020). Vous pouvez aider en ajoutant des liens vers [[Archevêché orthodoxe de Belgique et exarchat des Pays-Bas et du Grand-Duché du Luxembourg]] dans les articles relatifs au sujet.

L'archevêché orthodoxe de Belgique et l'exarchat orthodoxe des Pays-Bas et du Grand-Duché du Luxembourg fait partie de l'église mondiale grecque-orthodoxe. Elle appartient au patriarcat oecuménique de Constantinople et comprend les trois pays du Benelux.

Description

L'archevêché fut érigé en 1969 en vertu d'une décision prise par le patriarcat oecuménique de Constantinople. L'archvêché a à sa tête un archevêque portant le titre de Métropolite de Belgique et d'exarche des Pays-Bas et du Grand-Duché du Luxembourg. L'archevêché compte 41 paroisses: 31 en Belgique, 8 aux Pays-Bas et 2 au Grand-Duché. Il s'y ajoute un petit couvent situé à Asten (Pays-Bas). La majorité des paroisses célèbre les services liturgiques en langue grecque. En plus certaines paroisses célèbrent en polonais ou en arabe, d'autres en français ou en néerlandais.

Histoire

Une présence orthodoxe fut assurée aux Pay-Bas dès le début du dix-huitième siècle. A l'initiative de quelques marchands grecs une petite paroisse vit le jour à Amsterdam, sous le vocable de sainte Catherine. Quelques marchands grecs veillèrent à ce que la liturgie de saint Jean Chrysostome fût traduite en néerlandais et imprimée à mille exemplaires.

En 1900 une deuxième paroisse fut fondée à Anvers, destinée aux marchands et marins grecs. Elle prit le nom de l'Annonce de la Mère de Dieu et fut mise sous la juridiction du patriarcat oecuménique.

En 1926 une paroisse oecuménique fut fondée à Bruxelles. Au cours des années mil neuf cent cinquante plus de 30.000 Grecs vinrent s'installer en Belgique en tant que travailleurs étrangers. Afin de leur être un soutien pastoral et spirituel, le patriarche Athenagoras leur envoya quatre jeunes prêtres. De nouvelles paroisses virent le jour à Liège, au Borinage et dans le Limbourg.

Peu à peu se fit ressentir la nécessité de construire des églises orthodoxes au bénéfice des habitants de souche belge. Ainsi, dans plusieurs villes du Benelux des paroisses orthodoxes furent créées, où les célébrations se faisaient principalement en français ou en néerlandais.

En 1972, à l'initiative de l'avocat Ignace Peckstadt, une première paroisse néerlandophone fut fondée à Gand, sous le vocable du saint apôtre André, patron de l'église de Constantinople. Elle installa son église dans une bâtiment ayant fait partie du Béguinage sainte Elisabeth. Ignace Peckstadt fut sacré diacre et ensuite prêtre. D'autres paroisses virent le jour, célébrant principalement dans la langue vernaculaire (français ou néerlandais) à Bruges, Courtrai, Ostende, Hasselt, Eindhoven, La Haye, Tilburg, Eupen, Bruxelles et Tournai.

Métropolites

Lors de l'érection de l'archevêché orthodoxe en 1969, Mgr. Emilianos Zacharopoulos, métropolite de Selevkia, fut élu en tant que premier métropolite pour le Benelux. Il fut intronisé le 11 novembre 1969 en la cathédrale orthodoxe des Saints Archanges à Bruxelles. L'archevêché comptait à cette époque treize paroisses.

Après l'élection en 1982 de Mgr. Emilianos en tant que métropolite de Kos en Grèce, son évêque auxiliaire Mgr. Panteleimon Kontogiannis lui succéda. En 2013 il dut présenter sa démission pour raisons de santé.

L'évêque auxiliaire Athenagoras Peckstadt, fut élu à l'unanimité en tant que métropolite de Belgique et exarche des Pays Bas et du Luxembourg. Pour la première fois un Belge de naissance était choisi par le patriarcat oecuménique en tant que chef de l'église orthodoxe pour la Belgique, les Pays-Bas et le Grand-Duché, devenant en même temps président de la conférence des évêques orthodoxes du Benelux.

Reconnaissances officielles

Dès la création de l'archevêché orthodoxe pour la Belgique, des efforts furent entrepris pour en obtenir la reconnaissance officielle par l'état belge. Le métropolite Panteleimon Kontogiannis fut le premier à déployer des efforts, soutenu par quelques juristes, les archiprêtres Marc Nicaise et Ignace Peckstadt ainsi que le dr. Antoine Van Bruaene. Le résultat en fut la reconnaissance officielle de la religion othodoxe en 1985. La signature des arrêtés d'exécution eut lieu en 1988. Le métropolite-archevêque du patriarcat oecuménique de Constantinople fut confirmé en tant que représentant pour l'ensemble de l'église orthodoxe. [1]

L'église orthodoxe bénéficia de reconnaissance pour le Grand-Duché du Luxembourg par les protocoles entre l'Eglise et l'Etat convenus en 1997 et en 2004. Ils furent suivis par une reconnaissance officielle lors de la signature de la convention du 26 janvier 2015. Cette convention reconnaît quatre paroisses qui officient respectivement en langue grecque, russe, serbe et roumaine. Le métropolite de Belgique et exarche des Pays-Bas et du Grand-Duché représente l'église orthodoxe dans cette dernière.

En ce qui concerne les Pays-Bas, les évêques formant la conférence épiscopale du Benelux sont convenus que « le métropolite du patriarcat œcuménique de Constantinople et exarche pour les Pays-Bas, ou son vicaire, sera le représentant pour l'ensemble de l'église orthodoxe aux Pays-Bas ».

Litérature

  • Ignace PECKSTADT, De sterkte van Gods aanwezigheid. Wijsheid uit de orthodoxe spiritualiteit", Uitg. Averbode, 2001.
  • Ignace PECKSTADT, Een open venster op de Orthodoxe Kerk", Uitg. Averbode, 2005 & 2013.
  • Athenagoras PECKSTADT, De Orthodoxe Kerk en de Belgische Overheid, in: Levensbeschouwingen en de overheid in België – een toelichting door vertegenwoordigers van de erkende erediensten en de vrijzinnige niet-confessionele levensbeschouwing, Antwerpen, 2011.
  • Athenagoras PECKSTADT, De Orthodoxe Kerk in België, haar geschiedenis en organisatie, in: Jaarboek van de Vereniging van Orthodoxen H. Nikolaas van Myra 2011, Amsterdam, 2011.
  • Panagiotis YANNOPOULOS, Jubilé orthodoxe de l'archevêché orthodoxe de Belgique et l'exarchat pour les pays Bas et le Grand Duché du Luxembourg, Bruxelles, Ed. Orthobel, 2019.
  • 50 ans d'archevêché orthodoxe du Benelux, Bruxelles, Ed. Orthobel, 2019.

Note

  1. Arrêté royal du 15 mars 1988
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Archevêché orthodoxe de Belgique et exarchat des Pays-Bas et du Grand-Duché du Luxembourg
Listen to this article