Arthur Goss - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Arthur Goss.

Arthur Goss

Arthur Goss
Arthur Goss en 1922.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
TorontoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Arthur Scott Goss (1881-1940) est le premier photographe officiel de la ville de Toronto[1].

Biographie

William Arthur Scott Goss est né à London, en Ontario, le . Il déménage à Toronto en 1883, où son père, John Goss, travaille dans l'industrie de la presse écrite et de l'édition. À la mort de son père, Goss, alors âgé de 10 ans, commence à travailler comme garçon de bureau chez un ingénieur de la ville. Il est promu commis aux réfection des rues en 1899 et travaille comme commis et dessinateur pendant près de vingt ans. Puis, en 1911, il est promu à la tête de la section photographie et création de plans et devient le premier photographe officiel de la ville de Toronto[2],[3].

Vie professionnelle

Travaillant jusqu'à sa mort en 1940, Goss réalise des photographies pour divers services municipaux. Les plus connues ont été prises pour les services des travaux publics et de la santé. Pour le département des travaux, il a photographié le nettoyage des rues, la construction de nouvelles routes et les grands projets d'infrastructure, tels que le nouveau système hydroélectrique de la ville et le viaduc de Bloor (en). Ses photographies de nivellement et d'élargissement des rues, de construction de ponts, de passages souterrains et d'égouts, de nettoyage des rues et d'élimination des ordures ont été utilisées comme documents pour aider aux activités courantes du département des travaux qui, à l'époque, se concentrait sur l'amélioration de l'environnement physique de la ville[4].

Le médecin de la Santé Publique, le Dr Charles Hastings (en), a demandé l'aide de Goss dans sa croisade pour améliorer l'hygiène publique. Goss a photographié les conditions de vie insalubres et surpeuplées pour le département de la santé. Hastings a utilisé les photographies de Goss dans son rapport de 1911 comme preuve sur les conditions des bidonvilles. De nombreuses photographies de Goss pour le Département de la Santé n'ont jamais été publiées, mais elles ont été utilisées en interne pour identifier les problèmes, pour suivre l'avancement de projets particuliers ou pour rendre compte des nouvelles technologies et méthodes pour mener à bien les travaux. Avec Goss comme photographe de la ville, les photographies sont rapidement devenues une ressource importante dans de nombreux aspects du gouvernement municipal de Toronto[4].

Goss meurt le et est enterré au cimetière Mount Pleasant[5].

Intérêts artistiques

Goss était membre du Toronto Camera Club (en) et un membre actif du mouvement pictorialiste. Il a exploré les sujets pictorialistes habituels, tels que les portraits et les paysages, et a expérimenté le style caractéristique de flou artistique du pictorialisme. Comme d'autres associés au mouvement, Goss vise à produire des images esthétiquement agréables et considère sa pratique artistique comme une forme d'expression personnelle. Il organise des expositions de photographie d'art et remporte des prix pour ses photographies exposées au Canada et en Angleterre[4],[6].

Héritage

Il y a environ 26 000 négatifs dans la collection Arthur Goss aux Archives de la ville de Toronto (en). Ces négatifs ont été trouvés dans le grenier de l'ancien hôtel de ville et ont été catalogués par les archivistes de la ville dans les années 1960[2].

L'écrivain canadien Michael Ondaatje s'est appuyé sur les photographies de Goss lors de ses recherches sur les conditions de vie des immigrants et de la classe ouvrière au début du XXe siècle à Toronto pour son roman La Peau d'un lion (In the Skin of a Lion, 1987). Ondaatje a inclus Goss comme personnage dans ce roman[7]. Suite à l'intérêt porté à Goss, résultant de la publication du roman d'Ondaatje, les Archives de la ville de Toronto ont organisé une conférence et une visite spéciales, adaptées aux étudiants, sur le rôle des photos de Goss dans le livre d'Ondaatje[8].

Goss devait notamment fournir un relevé visuel des problèmes sanitaires et sociaux posés par la pauvreté en milieu urbain[9]. Les chercheurs ont comparé les photographies de Goss à celles de Jacob A. Riis et Lewis W. Hine.

Des décennies après sa mort, son travail est célébré dans plusieurs livres rassemblant ses photographies et dans des magazines[2],[10],[11].

  • Construction des égouts (1914)
    Construction des égouts (1914)
  • Construction du viaduc de Bloor (1915)
    Construction du viaduc de Bloor (1915)
  • Travaux sur Bathurst Street (1922)
    Travaux sur Bathurst Street (1922)
  • Travaux sur St Andrews Yard (1932)
    Travaux sur St Andrews Yard (1932)

Notes et références

  1. (en) Dennis Duffy, « Furnishing the Pictures: Arthur S. Goss, Michael Ondaatje and the Imag(in)ing of Toronto », Journal of Canadian Studies, vol. 36, no 2,‎ (ISSN 0021-9495, lire en ligne)
  2. a b et c (en) Victor Russell et Linda Price, Arthur S. Goss City Photographer : Works by Toronto's Official Photographer, 1911–1940, Toronto, City of Toronto Archives and the Market Gallery, , 28 p.
  3. City of Toronto Archives : Dossier du parcours professionnel d'Arthur Goss
  4. a b et c (en) Sarah Bassnett, Picturing Toronto : photography and the making of a modern city, Montréal, McGill-Queen's University Press, , 208 p. (ISBN 978-0-7735-4671-4, lire en ligne)
  5. MacKinnon 2010, p. 87
  6. (en) Lilly Kolton, Private Realms of Light : Amateur Photography in Canada, 1839-1940, Markham, ON, Fitzhenry and Whiteside, , 335 p. (lire en ligne)
  7. (en) Michael Ondaatje, In the Skin of a Lion, McClelland and Stewart, , 256 p. (ISBN 978-0-307-77663-1, lire en ligne)

    « In the tunnel under Lake Ontario two men shake hands on an incline of mud. Beside them a pickaxe and a lamp, their dirt-streaked faces pivoting to look towards the camera. For a moment, while the film receives the image, everything is still, the other tunnel workers silent. Then Arthur Goss, the city photographer, packs up his tripod and glass plates, unhooks the cord of lights that creates a vista of open tunnel behind the two men, walks with his equipment the fifty yards to the ladder, and climbs out into sunlight. »

  8. (en) « In the Skin of a Lion », sur toronto.ca, City of Toronto Archives (consulté le 26 janvier 2013) : « On a visit to the City of Toronto Archives, students will see archival photographs recording the construction of the Bloor Street Viaduct and the R. C. Harris filtration plant, the two major settings in In the Skin of a Lion »
  9. (en) Justin D. Edwards et Douglas Ivison, Downtown Canada : Writing Canadian Cities". . pp. 130–131. ISBN, University of Toronto Press, , 227 p. (ISBN 978-0-8020-8668-6, lire en ligne)

    « According to Ralph Greenhill and Andrew Birrell, the photographs of Jacob A. Riis in the slums of New York, and Lewis W. Hine's pictures of child labour in the United States are well known, but work of Goss in Toronto has received little recognition »

  10. (en) Derek Flack, « The Toronto photographs of Arthur Goss », sur blogto.com, (consulté le 30 septembre 2020)
  11. (en) Peter MacCallum et Rebecca Diederichs, Peter MacCallum : Material World : Photographs : Interiors, 1986-2004, Concrete Industries, 1998-2004, YYZ Books, , 159 p. (ISBN 978-0-920397-82-4, lire en ligne), p. 137–140, 142, 144, 157

Annexes

Articles connexes

Bibliographie

  • (en) Mike Filey, From Horse Power to Horsepower : Toronto : 1890-1930, Dundurn, , 112 p. (ISBN 978-1-4597-1773-2, lire en ligne), p. 18-19
  • [MacKinnon 2010] (en) Steve MacKinnon, Michele Dale et Karen Teeple, Toronto's Visual Legacy : Official City Photography from 1856 to the Present, James Lorimer & Company, , 192 p. (ISBN 978-1-55277-437-3, lire en ligne)

Liens externes

Ressource relative aux beaux-artsVoir et modifier les données sur Wikidata :
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Arthur Goss
Listen to this article