Assemblée des assemblées - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Assemblée des assemblées.

Assemblée des assemblées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Assemblée des assemblées des Gilets jaunes (ADA) est un rassemblement en assemblée générale dans le but de structurer le mouvement des Gilets jaunes grâce à une coordination nationale démocratique[1]. L'assemblée se tient à quatre reprises en 2019 et une fois en 2020, se déroule sur deux ou trois jours et voit se rassembler des Gilets jaunes venus de toute la France.

Objectifs

Cette organisation non-officielle est une expérimentation politique ayant pour but d'initier le plus grand nombre de citoyens à la politique, la démocratie directe, participative[2] et délibérative. Le style de fonctionnement de ces assemblées s'apparente à l'agora et l'écclésia de la Grèce antique. En cela, elles prétendent répondre aux principales critiques adressées au Gilets jaunes en général, qui sont l'absence d'organisation et le refus de tout mouvement politique ou syndical. Elles veulent aussi, à terme, apporter des solutions et des propositions aux principales revendications des Gilets jaunes : hausse des salaires, suppression des taxes sur les produits de première nécessité, développement des compétences politiques et des capacités du peuple à s'organiser lui-même[3].

Histoire

Origine

Dans une vidéo publiée sur YouTube[4] le , les Gilets jaunes de Commercy appellent à l'organisation partout en France des assemblées populaires afin que le mouvement se structure. Le suivant, la même chaîne Youtube publie une nouvelle vidéo intitulée « Deuxième appel des Gilets jaunes de Commercy : l'assemblée des assemblées ! »[5],[6][source insuffisante] appelant à la structuration du mouvement des Gilets jaunes.

La première ADA se déroule durant le week-end des 26 et à Sorcy-Saint-Martin, près de Commercy dans la Meuse, et réunit environ 400 personnes[3], dont 300 délégués[7], représentant 75 délégations.

Caractéristiques principales

Si l'une des caractéristiques principales des assemblées est de tenter de représenter les lieux emblématiques pour les Gilets jaunes que sont les rond-points, on constate sans surprise la présence d'un noyau de participants plus formés à la politique, et aussi plus à gauche que la moyenne des Gilets jaunes (participation à SUD, à la CGT, appartenance à une association ou à un parti politique, et de manière générale une forte habitude du fonctionnement associatif)[3].

Le mode de fonctionnement des ADA repose sur un mélange de démocratie directe stricte et rigoureuse et de délégation. En effet, la première Assemblée, celle de Commercy, comprend 300 délégués de Gilets jaunes venus de toute la France. L'Assemblée Générale issue des ronds-points de Lyon donne un exemple du protocole de délégation : après l'AG de est fait un appel à volontaires pour participer à l'ADA de Commercy. Parmi eux sont tirés au sort quatre mandataires, à qui l'on confie une tâche d'observation. Durant l'ADA, les quatre délégués font régulièrement part de l'avancement des travaux par des vidéos filmées sur place et postées sur les réseaux sociaux. Ce mode de fonctionnement coûteux en temps et en implication a l'avantage d'être strictement démocratique, mais a aussi le paradoxe d'être peu visible médiatiquement, étant très local. Il est donc possible qu'il ait aidé à la marginalisation du mouvement des Gilets jaunes[8]

Liste des ADA

Tableau récapitulatif des organisations par édition de l'ADA
Edition Dates Ville hôte Nombre de participants Faits notables
I 26 et [3] Commercy (Meuse) près de 400 dont 75 délégations[3] Première ADA. Appel à la reconduction de l'ADA.
II 5, 6 et [9],[10] Saint-Nazaire (Loire-Atlantique)[11] environ 700 pour 250 fédérations[3]
III 29 et [3] Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) environ 700[12] pour 232 fédérations[3] Quatre candidatures pour l'accueil de l'édition suivante. Montpellier (48 voix), Langon (44 voix), Fréjus (13 voix) et Aurillac (23 voix). Clermont-Ferrand propose sa candidature pour l'édition V (42 voix)[13].
IV 1er, 2 et [14],[15] Montpellier (Hérault)
V 6, 7 et [16],[17] Toulouse (Haute-Garonne)

Lors de chaque édition, les candidatures sont ouvertes à toutes les localités voulant accueillir l'événement. Un vote consultatif est organisé sans réelle valeur dans les faits. Le vote effectif se fait par le cumul des suffrages par candidature dans l'ensemble des localités participantes à l'ADA[13].

Déroulement

L'ADA se déroule généralement sur deux ou trois jours afin de permettre aux participants de faire plusieurs débats et ateliers[18].

Notes et références

  1. « A Commercy, comment réinventer la démocratie ? », sur L'Humanité, (consulté le 5 août 2020)
  2. Alexandre Billette, « À Commercy, la démocratie participative fait des émules », sur Libération, (consulté le 5 août 2020).
  3. a b c d e f g et h Ravelli et al. 2020.
  4. Gilets jaunes Commercy, « L'Appel des Gilets jaunes de Commercy à des assemblées populaires partout en France ! », sur YouTube, (consulté le 28 janvier 2020).
  5. « Appel de Commercy. Vers une grande Coordination nationale des Gilets Jaunes ? », sur Révolution Permanente (consulté le 17 novembre 2020)
  6. Gilets jaunes Commercy, « Deuxième appel des Gilets jaunes de Commercy : l'assemblée des assemblées ! », (consulté le 28 janvier 2020)
  7. Paul Morao et Eliane Le Floch, « Assemblée des assemblées de Commercy : un pas en avant pour le mouvement », sur Révolution permanente (consulté le 5 août 2020).
  8. Jean Baptiste Devaux, Marion Lang, Antoine Lévêque, Christophe Parnet et Valentin Thomas, « La banlieue jaune : Enquête sur les recompositions d’un mouvement », sur La Vie des idées, (consulté en août 2020).
  9. Sonia Kronlund des Pieds sur terre, « L'assemblée des « Gilets jaunes » : quelle suite pour le mouvement ? », sur France Culture, (consulté le 5 août 2020).
  10. « Gilets jaunes : l’appel de l’assemblée des assemblées de Saint-Nazaire », sur Le Média Presse, (consulté le 12 septembre 2020).
  11. « Acte XXI des « Gilets jaunes » : des interdictions de manifester et une « assemblée des assemblées » », sur Le Monde, (consulté le 5 août 2020).
  12. « Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes #4 à Montpellier », sur La mule du pape, (consulté le 21 janvier 2020)
  13. a et b Les Gilets Jaunes de Montceau-les-Mines, Compte rendu de la IIIe ADA, Montceau-les-Mines, , 18 p. (lire en ligne), p. 15-16.
  14. Solange de Fréminville, « Gilets jaunes : à Montpellier, intenses préparatifs pour une assemblée des assemblées », sur Libération, (consulté le 12 septembre 2020).
  15. Aurélie Kieffer et Mathieu Laurent du Journal de 18 h, « 4e « assemblée des assemblées » des Gilets jaunes : la métamorphose ? », sur France Culture, (consulté le 5 août 2020).
  16. Marie Martin, « Réunis en assemblée générale nationale à Toulouse, les Gilets jaunes préparent la suite de leur mouvement », sur France 3 Occitanie, (consulté le 12 septembre 2020).
  17. Diego Chauvet, « Comment les gilets jaunes comptent peser sur les élections municipales », sur L'Humanité, (consulté le 5 août 2020).
  18. Mélanie Mermoz et Clotilde Mathieu, « Assemblée des assemblées. Les Gilets jaunes se structurent », sur L'Humanité, (consulté le 12 septembre 2020).
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Assemblée des assemblées
Listen to this article