Association des écrivains mozambicains - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Association des écrivains mozambicains.

Association des écrivains mozambicains

L'Association des écrivains mozambicains (Associação dos Escritores Moçambicanos – AEMO), fondée le 31 août 1982, est une organisation qui a pour objectif de faire connaître les œuvres et les auteurs de la littérature mozambicaine[1]. Elle est toujours active[2]. Son siège se trouve à Maputo, la capitale[3].

Histoire

En 1982, le congrès fondateur réunit notamment des écrivains tels que Luís Bernardo Honwana, Marcelino dos Santos, Gabriel Makavi[4] ou José Craveirinha, ainsi que des journalistes, comme Aquino de Bragança (pt) et Carlos Cardoso[2].

Rui Nogar en fut un Secrétaire général influent[5].

Entre 1984 et 1986 l'AEMO publie la très influente revue littéraire Charrua[6].

Activités

Parmi d'autres activités, elle édite des collections d'ouvrages, Karingana pour la prose, Timbila pour la poésie et Início pour les premières œuvres[2].

Elle décerne également des prix littéraires, notamment le prix José Craveirinha de littérature, ainsi nommé en hommage à son premier président, le poète José Craveirinha. En 2003 les deux premiers lauréats (ex aequo) furent Mia Couto et Paulina Chiziane[7].

Notes et références

  1. (pt) Programa da Associacao dos Escritores Mocambicanos, Associacao dos Escritores Mocambicanos, 1988, 23 p.
  2. a b et c (en) Colin Darch, « Associação dos Escritores Moçambicanos », in Historical Dictionary of Mozambique, Rowman & Littlefield, 2018, p. 55 (ISBN 9781538111352)
  3. Data BnF [1]
  4. (en) « Gabriel Makavi, 1897-1982 », Mozambique History Net [2]
  5. (en) Colin Darch, « Nogar, Rui (1932-1993) », in Historical Dictionary of Mozambique, Rowman & Littlefield, 2018, p. 294 (ISBN 9781538111352)
  6. (en) « Charrua : revista literária », Stanford Libraries [3]
  7. (pt) Prémios Literários AEMO [4] (archive)

Annexes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Association des écrivains mozambicains
Listen to this article