Avant-garde Ouvrière (Italie) - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Avant-garde Ouvrière (Italie).

Avant-garde Ouvrière (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Logo d'Avanguardia Operaia
Logo d'Avanguardia Operaia

Avant-garde Ouvrière (Avanguardia operaia) était une organisation extra-parlementaire communiste italienne, active de 1968 à 1978, date de sa dissolution dans Démocratie Prolétarienne, alliance électorale dont elle faisait partie depuis 1975.

Histoire

L'organisation est née à Milan en 1968, rassemblant sur une plate-forme politique "ouvrière-léniniste", l'Avanguardia Operaia, de Milan, les cercles Rosa Luxemburg et Lénine de Venise, les Comités d'Unité de Base (CUB), les organismes de syndicalisme direct très forts dans les grandes usines de Milan (mais aussi présents à Rome, Trente et Pérouse), les collectifs d'étudiants-travailleurs de certaines facultés scientifiques et instituts techniques, des intellectuels liés aux expériences ouvrières (Vittorio Rieser de Turin) et quelques groupes du centre-sud.

En 1970, Gauche Léniniste (Sinistra Leninista), un groupe de Rome, a également rejoint AO. Ce n'est qu'en 1971 que l'organisation réussit à s'implanter dans le sud de l'Italie

Fondé sur une ligne idéologique typiquement léniniste et maoïste, l'organisation a toujours eu un caractère ouvrier marqué : dans le milieu scolaire et universitaire, l'action de l'Avanguardia operaia était souvent en contraste, et une alternative ouverte avec le Mouvement étudiant. Cependant, ce n'est qu'en 1974 que naissent les CUB (comités unitaires de base) étudiants, qui opèrent dans le milieu scolaire dans le but de donner vie à une action organiquement unitaire entre étudiants et travailleurs[1] ; à Bologne, l'un de leurs premiers fondateurs est Pier Luigi Bersani[2].

Entre la fin de 1967 et les premiers mois de 1968, le journal Avanguardia operaia paraît, comme une feuille "éditée par un groupe d'ouvriers du Sit-Siemens" de Milan, devenant bientôt le journal officiel de l'organisation du même nom, née de l'union des ouvriers du Sit-Siemens et de Pirelli, Sip et Borletti avec quelques militants trotskystes ayant quitté le PCI et les Groupes Communistes Révolutionnaires (GCR). Parmi ces derniers, les principaux représentants de l'AO : Massimo Gorla, Luigi Vinci et Silverio Corvisieri.

L'organisation, dont le centre opérationnel était toujours situé dans la région de Milan, disposait de plusieurs publications en plus d'Avanguardia operaia, comme Politica comunista (1972), Quaderni di Avanguardia operaia (1972) et le journal Quotidiano dei lavoratori (1974). Ce dernier, édité par Silviero Corvisieri, a connu une diffusion discrète dans les villes industrielles de l'Italie du Nord.

Le service d'ordre et les violences de Milan

A l'automne 1974, Avanguardia operaia disposait d'une structure de service d'ordre efficace, divisé en zones territoriales et coordonné au niveau de la ville de Milan[3]. Ce service d'ordre a rapidement commencé à mener des activités liées à l'"antifascisme militant", en réalisant des agressions contre ceux qui étaient considérés comme des ennemis et des assauts contre les repaires des fascistes. Le groupe utilisait fréquemment des clés " Hazet " de 36 mm[4] pour attaquer ses adversaires politiques, à tel point qu'ils étaient surnommés les Plombiers[5]. Généralement, les attaques étaient précédées de menaces à l'encontre de la personne concernée[6]. Ensuite, la victime désignée, attaquée seule, était encerclée et frappée à la tête avec les clés jusqu'à ce qu'elle tombe au sol, inconsciente[7].

Le 13 mars 1975, à Milan, les étudiants en médecine du service d'ordre d'Avanguardia operaia attaquent l'étudiant fasciste Sergio Ramelli, qui, à cause des coups qu'il a reçus avec une clé à molette, meurt 48 jours après. L'année suivante (31 mars 1976), un "assaut" est lancé contre le bar Porto di Classe, habituellement fréquenté par des militants de droite[8], où une personne est invalidée à vie à cause de blessures subies lors des affrontements. Certains militants de l'organisation ont été condamnés une dizaine d'années plus tard pour ces agressions.

En 1985, au cours des enquêtes des juges d'instruction Maurizio Grigo et Guido Salvini, qui découlaient des aveux de trois repentis liés à la branche de Bergame de Prima Linea, les enquêteurs ont trouvé dans un appartement de la rue Bligny un fichier contenant des données sur plus de 10 000 personnes considérées comme des militants néofascistes, des membres d'organisations rivales ou, en tout cas, des cibles potentielles d'attentats. On y trouve notamment de nombreuses photographies de personnes présentes aux funérailles de Sergio Ramelli, ainsi que des coordonnées de ses amis et des informations sur le bar Porto di Classe[9].

Le fichier, créé au début des années 1970 par Avanguardia operaia et transmis ensuite à d'autres organisations (dont Democrazia Proletaria), était en possession de Marco Costa et Giuseppe Ferrari Bravo (dont le nom figurait dans l'appartement), deux militants de la gauche extra-parlementaire, tous deux impliqués dans le meurtre de Sergio Ramelli et dans l'assaut du bar Porto di Classe[10].

L'abandon de la voie extra-parlementaire

Avanguardia operaia, dépassée, comme toutes les organisations de la nouvelle gauche au milieu des années 70, par la militarisation croissante de l'affrontement social et politique, fit le choix de suivre la voie de l'entrée dans les institutions, en adhérant, en 1975, au cartel électoral de Démocratie Prolétarienne (avec Lotta Continua et le Parti d'Unité Prolétarienne pour le Communisme) ; Gorla et Corvisieri sont élus à la Chambre des Députés.

La majorité d'AO, menée par Gorla, Corvisieri et Vinci (qui deviendra plus tard membre du Parlement européen de Refondation Communiste), fusionne dans Démocratie Prolétarienne quand cette coalition se transforme en véritable parti en 1978, tandis que la minorité d'Aurelio Campi entre dans le PdUP pour le communisme. Démocratie Prolétarienne se dissout en 1991, alors que le PdUP pour le communisme avait déjà fusionné avec le PCI. Edo Ronchi, membre d'Avanguardia operaia[11], avait déjà quitté Démocratie Prolétarienne pour fonder Les Verts Arc-en-ciel(Verdi Arcobaleno). En 1996, Edo Ronchi sera nommé par Romano Prodi ministre de l'environnement.

Notes et références

  1. (it) sergio ramelli, « La Matrice Maoista del Movimento », Article du Corriere della Sera d'avril 1975, sur http://www.cdrc.it, (consulté le 5 mai 2021)
  2. (it) « Discussion avec Pierluigi Bersani », sur http://vittoriozincone.it, (consulté le 5 mai 2021)
  3. Maurizio Grigo et Guido Salvini, dans le compte-rendu de leur renvoi en jugement : "La structure la plus forte du service d'ordre d'AO (divisé en zones territoriales et coordonné au niveau de la ville) était constituée par les escouades de Città Studi, une zone où la présence politique de l'organisation était traditionnellement plus visible, contrairement aux facultés de sciences humaines où le Mouvement étudiant prédominait. À Città Studi il y avait une équipe de service ordonné en Agriculture, active et nombreuse, une équipe en Physique, une équipe en Médecine et une équipe plus modeste en Ingénierie. Dès l'automne 1974, l'équipe de Médecine s'était renforcée, se dotant d'une structure stable de dix éléments, mais elle n'avait pas ou peu d'expérience en tant que telle en matière d'"antifascisme". Cette équipe était composée de Cavallari (qui en était le responsable), Costa (qui prit la relève de Cavallari dans les jours mêmes de l'attaque contre Ramelli), Ferrari Bravo, Castelli, Montinari, Claudio Scazza, Costantino, Colosio, Berlpiede et Cremonese."
  4. Guido Passalacqua, Quant à Milan la clé anglaise faisait de la politique contre les fascistes, article dans la Repubblica du 20 septembre 1985 : "Hazet 36, fasciste, où es-tu?". Le Hazet était la clé à molette préférée des services d'ordre des groupes milanais, un outil en acier aussi long qu'un avant-bras. Le slogan résonnait de façon obsessionnelle dans les défilés, épelé jusqu'à la nausée... Pour Milan, la clé à molette était le symbole de ce qu'on appelait, dans les années qui suivirent la mythique année 68, l'antifascisme militant.
  5. Luca Telese, Cœur noir, Sperling & Kupfer Editori, Milano, 2006, page. 292: lls les appellent "les plombiers". Non pas parce qu'ils sont habiles avec les tuyaux, les éviers ou les joints, mais parce qu'ils ont choisi comme arme de prédilection la Hazet 36, 40 centimètres de long, l'une des clés les plus lourdes...
  6. Maurizio Grigo et Guido Salvini, dans le mandat de dépôt : "Au cours de l'année 1974, le service de sécurité d'AO, jusqu'alors assez faible, a été restructuré et, avec les services de sécurité plus visibles des autres groupes, a promu une campagne d'"antifascisme militant" (c'est-à-dire l'agression, partout où cela était possible, des personnes adhérant ou sympathisant avec la droite politique et la destruction des locaux et des lieux de rencontre présumés fréquentés par ces personnes). Ces agressions étaient le plus souvent précédées de graffitis ou de pancartes menaçantes dans les différents quartiers, et d'intimidations ou d'expulsions des écoles fréquentées par les personnes identifiées."
  7. Luca Telese, Cœur noir, Sperling & Kupfer Editori, Milan, 2006, p. 293 : "Toutes les agressions suivent une pratique, un protocole, voire une sorte de "rituel" sacrificiel de la guérilla urbaine : la victime est attaquée lorsqu'elle est isolée, entourée en groupe, frappée à coups de Hazets jusqu'à ce qu'elle perde connaissance."
  8. Luca Telese, Cœur noir, Sperling & Kupfer Publishers, Milan 2006, page 314. Témoignage de Claudio Guarisco, un des membres du commando "Quelqu'un a expliqué qu'un lieu de rassemblement des fascistes avait été identifié. Ils se réorganisaient dans la région et il fallait s'y opposer. Le bar du Largo, Porto di Classe devait être frappé, les fenêtres brisées et l'endroit incendié. On nous a dit que nous devions rejoindre la zone en urgence".
  9. Maurizio Grigo et Guido Salvini, dans le procès-verbal : "En effet - on trouve de nombreuses photographies des funérailles de Sergio Ramelli avec des agrandissements des personnes présentes. Il y a des fiches et des informations sur les amis de Ramelli, à qui son journal avait été volé, et sur les recherches des étudiants de droite de Molinari par les amis des "agents de classement". -Il y a aussi des indications sur le bar Porto di Classe et ses visiteurs fréquents. Il est donc évident, et les dirigeants du service de sécurité de l'époque le savent bien, que ce qui se passait n'était pas aléatoire, mais faisait partie d'un fichage politique général et préétabli".
  10. Guido Giraudo, Andrea Arbizzoni, Giovanni Buttini, Francesco Grillo et Paolo Severgnini, Sergio Ramelli, una storia che fa ancora paura, publié par Lorien, 2001, p. 99 et suivantes : " Le 16 mai 1987, la deuxième cour d'assises prononce sa sentence : elle déclare tous les accusés (sauf Di Domenico, acquitté pour insuffisance de preuves et Cavallari, acquitté avec une formule large) coupables d'homicide involontaire, modifiant ainsi l'accusation initiale (l'accusation initiale était l'homicide volontaire)...la Cour, bien que ne considérant pas le caractère volontaire du crime, distribue des peines sévères : 15 ans et 6 mois à Costa, 15 ans à Ferrari Bravo et Colosio (y compris pour Porto di Classe), 13 à Belpiede, 12 à Colombelli, 11 à Castelli, Montinari et Scazza. Pour l'agression du bar et les dossiers de Viale Bligny, voici les peines infligées : 11 ans à Ferrari Bravo, 10 à Di Domenico, 9 à Tumminelli, 5 à Pais, 3 ans et 6 mois à Cremonese, Guarisco, Muddolon, Pasinelli et Bogni, 3 à Mazzarini. Le 2 mars 1989, la deuxième section de la cour d'assises d'appel, présidée par le docteur Renato Cavazzoni, aggrave les demandes de la partie civile et du ministère public, en déclarant les accusés coupables d'homicide volontaire ; en reconnaissant toutefois la circonstance atténuante (prévue par le code pénal) de la complicité dite "anormale" d'homicide des agresseurs et en réduisant par conséquent les peines (11 ans et 4 mois pour Costa, 10 ans et 10 mois pour Ferrari Bravo, 7 ans et 9 mois pour Colosio, 7 ans pour Belpiede, 6 ans et 3 mois pour Castelli, Colombelli, Montinari et Scazza). Aussi pour l'agression du bar de Largo Porto di Classe et le dépôt de la cachette de Viale Bligny, certaines peines sont réduites : 5 ans et 6 mois à Ferrari, 5 à Di Domenico, 4 et 6 mois à Tumminelli, 3 et 6 mois à Pais, 3 à Cremonese, Guarisco et Muddolon. Le 22 janvier 1990, la première section de la Cour de cassation, présidée par le juge Corrado Carnevale, confirme substantiellement la condamnation au second degré, rejetant les recours de la défense, mais excluant également la circonstance aggravante de préméditation demandée par la partie civile."
  11. (it) « Beffa Ronchi domenice spiese », Il Corriere della Sella,‎ (lire en ligne)

Articles connexes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Avant-garde Ouvrière (Italie)
Listen to this article