Botho zu Eulenburg - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Botho zu Eulenburg.

Botho zu Eulenburg

Botho zu Eulenburg
Fonctions
Ministre de l'Intérieur de Prusse (en)
Membre de la Chambre des seigneurs
Ministre-président de Prusse
Député
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Botho Wendt August zu EulenburgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
Botho Heinrich zu Eulenburg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
August zu Eulenburg (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Partis politiques
Membre de
Conflit
Vue de la sépulture.

Botho Wendt Augus, comte d'Eulenburg (né le à Wicken près de Bartenstein en province de Prusse, mort le (à 81 ans) à Berlin) fut ministre-président de Prusse et ministre de l'Intérieur sous l'Empire.

Biographie

Fils de Botho Heinrich (de), comte zu Eulenburg (de) (1804–1879) et de Thérèse, comtesse von Dönhoff (1806–1885), il étudie le droit à Königsberg, puis à Bonn.

Eulenburg a occupé différents postes de haut fonctionnaire dans l'administration prussienne dont administrateur de l'arrondissement de Deutsch Krone (de). Il est nommé président du district de Wiesbaden de 1869 à 1872. En 1872, il est nommé président du district de Lorraine à Metz[1] où travaille le futur chancelier Bernhard von Bülow, avant d’être nommé haut président de la province de Hanovre en 1873.

Le , il épouse Elisabeth von Alvensleben (, Brandebourg / Havel - , New Town), fille du général Gustav Hermann von Alvensleben (de), dont il aura un fils unique, Botho (, Berlin - , Berlin). En , Eulenburg devient ministre de l'Intérieur, dans le gouvernement de Bismarck. Il met en place une série de mesures répressives visant les socialistes. De 1881 à 1892, il assure la présidence de la province de Hesse-Nassau. En 1892, il est nommé Premier ministre de Prusse, pour succéder à Leo von Caprivi, chancelier de l'Allemagne. Écarté du pouvoir, il décèdera en 1912, à Berlin.

Eulenburg était le cousin germain du prince Philip d'Eulenburg, un ami proche de l’empereur Guillaume II. C'était un habitué du salon berlinois de la princesse Radziwill, née Castellane.

Bibliographie

  • Karl Erich Born: Eulenburg, Botho zu. In: Neue Deutsche Biographie (NDB). Tome 4, Duncker & Humblot, Berlin 1959 (p. 680).
  • Alain Chatriot, Dieter Gosewinkel (Hg.): Figurationen des Staates in Deutschland und Frankreich 1870–1945 / Les figures de l'État en Allemagne et en France, München (Oldenbourg) 2006, (Pariser Historische Studien, 72), (ISBN 3-486-57671-2). En ligne sur perspectivia.net

Références

  1. (de) Alain Chatriot & Dieter Gosewinkel, Figurationen des Staates in Deutschland und Frankreich: 1870-1945, Oldenbourg Verlag, 2006, p.155.

Voir aussi

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Botho zu Eulenburg
Listen to this article