Bruno Andreotti - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Bruno Andreotti.

Bruno Andreotti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bruno Andreotti
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de

Bruno Andreotti, est un physicien français, né le à Chenôve, en Côte d'Or[1]. Normalien, docteur en physique et professeur à l'Université de Paris, il fait preuve d'un engagement significatif dans la vie universitaire.

Biographie

En 1992, Bruno Andreotti entre à l'École normale supérieure. Agrégé de sciences physiques en 1994[2], il effectue par la suite son doctorat, qu'il obtient en 1999[3], au sein du laboratoire de physique statistique de l'ENS sous la direction d'Yves Couder. En 2004, il rejoint l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris. Il est habilité à diriger des recherches en 2006[1].

Spécialiste de mécanique des milieux continus, de physique non linéaire et de physique statistique, ses études sur les barkhanes[4], le chant des dunes[5],[6], les nervures de feuilles, la dynamique des grains dans les tas de sable, la dynamique des dunes[7],[8], les dunes extra-terrestres[9],[10] et la dynamique du mouillage des surfaces rigides et déformables[11] ont donné lieu à des articles dans la presse et à des conférences pour le grand public[12].

Professeur à l'Université Paris Diderot et chercheur au laboratoire de physique de l'ENS (LPENS), il a été également membre junior de l'Institut universitaire de France pendant dix ans[13].

Il a publié plusieurs ouvrages et plus de cent articles scientifiques sur la capillarité, les milieux granulaires, la physique des dunes, l'hydrodynamique ou la physique de surface des polymères réticulés. Il enseigne la méthode scientifique et les modalités de véridiction savantes à partir de projets de physique expérimentale[14].

Engagements

Engagement universitaire

Il est co-organisateur du séminaire Politique des Sciences[15] à l'EHESS, séminaire réflexif sur le métier d'universitaire retransmis en ligne[16].

Il s'est engagé en faveur de la création d’une unique université pluridisciplinaire à Paris[17], avec des formations exigeantes et une recherche reconnue mondialement. Il s'est engagé également pour un rapprochement des Grandes Écoles et de l'Université, de sorte à former les ingénieurs à la démarche scientifique plutôt qu'à l’entrepreneuriat et la gestion[18]. Il milite pour une Université fondée sur l'exigence et sur les libertés académiques [19]. Il prend part à la candidature collective de janvier 2020 de plus de 5000 universitaires[20] et chercheurs à la présidence du HCERES [21][Pas dans la source] pour réaffirmer ces fondements de la recherche scientifique: l'autonomie et la responsabilité du monde savant. Il défend la création d'établissements universitaires à taille humaine, structurés en petites entités autonomes selon un principe confédéral[22],[23].

Il contribue au « Groupe Jean-Pierre Vernant »[24], un lobby rassemblant des universitaires des établissements franciliens opposés aux projets de regroupements prévus en Ile-de-France[25],[26] et créé en réaction à un autre groupe proche de la gauche, le « groupe Marc Bloch »[27]. Les « Vernant » reprochent aux « Marc Bloch » « d’accaparer les postes clés et d’orchestrer les réformes »[25],[26].

Tête de liste « Nous sommes l'université », Bruno Andreotti a été élu en mars 2015[28] administrateur de la ComUE Université Sorbonne Paris Cité au suffrage indirect, comme représentant des enseignants-chercheurs et des chercheurs. Il a été candidat à la présidence de cette ComUE face au conseiller élyséen Jean-Yves Mérindol, administrateur nommé par les représentants des établissements de la ComUE, qui fut élu[29].

Engagement citoyen

Dans une démarche de sciences citoyennes, il prend part à une critique constructive des méthodes de comptage de manifestants par la presse [30].

Il s'est aussi engagé contre la désinformation, la réinformation et la falsification scientifique dans un éditorial intitulé : Contre l’imposture et le pseudo-rationalisme. Renouer avec l’éthique de la disputatio et le savoir comme horizon commun[31].

Bibliographie

  • Andreotti B. et al., Dix problèmes corrigés de Physique, Ed. Vuibert, 1994.
  • Les milieux granulaires : entre fluide et solide, O. Pouliquen, Y. Forterre, B. Andreotti (Savoirs Actuels, 2011) (ISBN 9782759800971) [trad. angl. Granular Material : between Fluid and Solid, Cambridge Texts in Applied Mathematics, 2013]

Références

  1. a et b « Curriculum Vitæ de Bruno Andreotti », sur Université Sorbonne Paris Cité
  2. « AGRÉGATIONS (par ordre alphabétique) », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  3. Bruno Andreotti, « Action et réaction entre étirement et rotation, du laminaire au turbulent », sur Theses.fr, .
  4. Communiqué de presse du CNRS, « L'instabilité en vagues des dunes », .
  5. « Le chant des dunes », sur ENS, .
  6. « L'énigme des dunes chantantes », Pour la Science, .
  7. « Qu’est-ce qui détermine la taille des dunes ? », Reflets de la physique no 42, .
  8. « Exposition grain de sciences - Les dunes », sur CNRS, .
  9. « Mars, des dunes insolites », Pour la Science, .
  10. « De surprenantes dunes sur la comète Tchouri », sur CNRS, .
  11. « Le décollement du ruban adhésif décrypté », sur Le Monde, (consulté le 8 septembre 2019).
  12. « Des airs de désert: les mystères du chant des dunes », sur www.dailymotion.com.
  13. « Les membres de l'IUF », sur Institut universitaire de France.
  14. « The charmed string: self-supporting loops through air drag »
  15. « Séminaire Politique des Sciences »
  16. « Politique Des Sciences », sur YouTube (consulté le 4 février 2020)
  17. Bruno Andreotti, Etienne Parizot et Frédéric van Wijland, « Unissons le potentiel scientifique de Paris », sur Le Monde
  18. « Les grandes écoles d’ingénieurs n’ont pas vocation à imiter les grandes écoles commerciales », sur Le Monde
  19. « Ne bradons pas les diplômes de la licence ! », sur Le Monde
  20. « Candidatures HCERES », sur RogueESR, (consulté le 26 janvier 2020)
  21. « « Nous, chercheurs, voulons défendre l’autonomie de la recherche et des formations » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2020)
  22. « Trop de Sorbonne nuit à la recherche », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 octobre 2020) Texte intégral: http://sauvonslarecherche.fr/sites/sauvonslarecherche.fr/IMG/pdf/Tribune_Confederale.pdf}
  23. « « Nous avons besoin d’établissements universitaires à taille humaine, structurés en petites entités autonomes » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 octobre 2020)
  24. « Remaniement: Thierry Mandon, un "bosseur" à l'Enseignement supérieur », sur LExpress.fr, (consulté le 10 février 2021)
  25. a et b Véronique Soulé, «Les communautés d’établissements se rajoutent au millefeuille existant», sur Libération.fr, (consulté le 21 septembre 2020)
  26. a et b « Au coeur de la fronde contre Mme Fioraso, les communautés d'universités », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2021)
  27. « Geneviève Fioraso affronte une inquiétante cabale », sur L'Obs, (consulté le 10 février 2021)
  28. http://www.sauvonsluniversite.fr/spip.php?article7435
  29. « Deux candidats aux antipodes pour l'université Sorbonne Paris Cité », sur www.letudiant.fr, (consulté le 21 novembre 2019)
  30. « Le cabinet Occurrence et la science fragile du comptage des manifestants », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 janvier 2020)
  31. Bruno Andreotti et Camille Noûs, « Contre l’imposture et le pseudo-rationalisme: Renouer avec l’éthique de la disputatio et le savoir comme horizon commun », Zilsel, vol. N°7, no 2,‎ , p. 15 (ISSN 2551-8313 et 2553-6133, DOI 10.3917/zil.007.0015, lire en ligne, consulté le 3 octobre 2020)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Bruno Andreotti
Listen to this article