For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Chartreuse Saint-Ambroise de Garegnano.

Chartreuse Saint-Ambroise de Garegnano

Chartreuse Saint-Ambroise de Garegnano
Notre-Dame-de-L’Agnus-Dei
Agnus Dei Mediolani
Chartreuse de Garegnano.

Chartreuse de Garegnano.

Identité du monastère
Nom local Certosa di Garegnano
Certosa di Milano
Diocèse Diocèse de Milan
Présentation du monastère
Type Chartreuse d'hommes
Province cartusienne Lombardie
Culte Catholique
Patronage Notre-Dame
Date de la fondation 1349
Armes du fondateur
Image illustrative de l’article Chartreuse Saint-Ambroise de Garegnano
Blasonnement D'argent au serpent en pal ondoyant d'azur engloutissant un maure de carnation
Armoiries du monastère
Historique
Fermeture 1779
Architecture
Architecte Vincenzo Seregni (restauration du XVe siècle)
Dates de la construction 1352
Protection Bien culturel
Localisation
Pays
Drapeau de l
Italie
Région
Drapeau de la Lombardie
Lombardie
Ville métropolitaine Milan
Commune Garegnano
Coordonnées 45° 30′ 08″ nord, 9° 07′ 46″ est
Géolocalisation sur la carte : Italie
(Voir situation sur carte : Italie)
Chartreuse Saint-Ambroise de Garegnano Notre-Dame-de-L’Agnus-Dei Agnus Dei Mediolani

La chartreuse Saint-Ambroise de Garegnano, en italien : Certosa di Garegnano, également appelée chartreuse de Milan ou Notre-Dame-de-L’Agnus-Dei, en latin : Agnus Dei Mediolani, est un ancien monastère chartreux situé à Garegnano, à la périphérie nord-ouest de Milan en Italie. Un des principales établissements ecclésiastiques de la Renaissance, du classicisme et du baroque milanais.

Histoire

La chartreuse de Saint-Ambroise est fondée en 1349 par Jean Visconti, archevêque et souverain de Milan qui lui fourni de vastes propriétés foncières et immobilières, des champs, des vignobles et des bois à Trenno (it), dont les revenus peuvent garantir la subsistance des moines, et il l'exonére de tous les impôts et taxes[1]. Les membres de sa famille se montrent aussi de grands bienfaiteurs. Luchino Visconti fait des dons substantiels à la chartreuse pour l'agrandir et y construire de nouveaux autels.

Le Barco ducale que l'on commence à aménager au nord du Castello de Porta Giovia, édifié par Galéas II Visconti, relie la résidence princière à la chartreuse de Milan[2].

Le monastère est situé dans le bois Bosco della Merlata (it), une zone très fréquentée par les brigands et bandits qui, dans la nuit du 23 avril 1449, sont entrés dans la chartreuse et ont volé de l'or et des pierres précieuses.

La chartreuse est presque entièrement reconstruite sous la direction de l'architecte Vincenzo Seregni, chef de la Fabbrica del Duomo de Milan, à partir des années 1470, clairement divisée en deux zones, l'une destinée aux moines, l'autre aux convers.

En 1629, le peintre Daniele Crespi décore l’église.

Fresque de Daniele Crespi.
Fresque de Daniele Crespi.

La chartreuse est supprimée par Joseph II en 1779, et l’église devient l'église paroissiale Notre-Dame de l'Assomption, en 1782. La cloison divisant l'église en deux est supprimée, les stalles sont enlevées. Les bâtiments conventuels adjacents sont profondément modifiés après la suppression de 1782.

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Biagio Bellotti (it) intervient dans la salle capitulaire et dans la chapelle de l'Annonciation. Ce qui rapproche la chapelle des créations du rococo.

Elle est utilisée comme caserne pendant l'occupation napoléonienne; le grand cloître est détruit. L'église est redonné au culte avec la restauration autrichienne.

Au cours du XIXe siècle, Lord Byron la visite et est particulièrement impressionné par ses fresques qu'il décrit dans l'une de ses lettres.

Le maître-autel de l'église est construit dans les années 1930.

Prieurs

Le prieur est le supérieur d'une chartreuse, élu par ses comprofès ou désigné par les supérieurs majeurs

  • 1389 : Étienne Maconi (1346-1424)[3], profès de la chartreuse de Pontiniano, prieur en 1383, visiteur de la province de Lombardie en 1385, prieur de Milan en 1389, de Žiče puis général des chartreux « urbanistes », ami de sainte Catherine de Sienne. Il travaille également pour réunir l'ordre des chartreux divisé[4]. Il abdique en faveur de la réunification de l'ordre en 1410. Il suggère au duc Jean-Galéas la fondation de la chartreuse de Pavie. Il est béatifié.
  • ...
  • 1563 : Jean de Libra ou Delibra (le Vieux), né à Montauban, il étudie à l'Université de Cahors, y occupe une chaire pendant quelques années, se fait moine à la Chartreuse de Cahors en 1533, prieur de Glandier, puis de Castres en 1545, de Glandier (1557-1563), visiteur commissaire des trois provinces italiennes et prieur de Milan, revient d'Italie en 1563, nommé, pour la deuxième fois, prieur de Castres[5], visiteur d'Aquitaine[6].
  • ...
  • 1581 : Andreu ou André Capella (†1609), né à Valence en 1529, entre chez les jésuites, maître des novices et recteur du collège de sa ville natale. Il fait profession à la chartreuse de Scala Dei en 1570. Il est prieur de Porta Cœli en 1574, de Scala Dei en 1575, du Paular en 1576, de Naples en 1579, de Milan en 1581, et à nouveau de Scala Dei en 1584. Chargé par le roi de la réforme des bénédictins et des chanoines réguliers d’Espagne, il est nommé évêque d’Urgell en 1588.
  • ..
  • 1717: Raimundo ou Raymond Robi (†1729), né en 1665 de famille noble, page de Charles II en 1680, capitaine de cavalerie en 1685, il fait profession à Montalègre en novembre 1687. Hôte à Majorque, puis à Pavie par hostilité à Philippe V, il est nommé en 1717 prieur de Milan et convisiteur de Lombardie. En 1727, il est nommé évêque de Catane.
  • ...
  • ? : Supriès, en religion Thaddée[7].

Visiteurs notables

La nef de la chartreuse.
La nef de la chartreuse.

La chartreuse a accueilli des personnalités célèbres de la vie politique et religieuse de l'époque telles que Pétrarque, Bernardin de Sienne, Charles Borromée ou Philippe IV, roi d'Espagne.

Aujourd'hui

De l'immense monastère, il reste très peu de choses aujourd'hui, l'église, la cour d'Almsina, la Cordile d'Onore et certaines parties des bâtiments de la chartreuse autour du cloître de la maison d'hôtes, accès à l'ancien réfectoire monastique, aujourd'hui chapelle des religieuses missionnaires franciscaines. Il reste quelques fragments du grand-cloître chartreux, situé derrière l'église, et le portail sur le côté vers l'entrée de l'autoroute A8.

Notes et références

  1. (it) Palestra, « La certosa di Garegnano », Archivio Ambrosiano, XXIX, 1976, p. 40-126.
  2. « Le pouvoir de bâtir. Urbanisme et politique édilitaire à Milan (XIVe-XVe siècles) », Rome : École Française de Rome, 1998. 710 p. (Publications de l'École française de Rome, 239)
  3. Notice d'Etienne Maconi sur le site beauchesne.immanens.com
  4. Saint Bruno, fondateur de l'ordre des Chartreux : son action et son œuvre, par l'abbé M.-M. Gorse,1902 sur Gallica
  5. Bulletin de la Société archéologique du Midi de la France, 31 août 1897 sur Gallica
  6. Auriol, A., « Fondation de la chartreuse de Toulouse », Revue des Pyrénées et de la France méridionale : organe de l'Association pyrénéenne et de l'Union des sociétés savantes du Midi,‎ , p. 433-453 (lire en ligne, consulté le ).
  7. Bulletin de la Société d'études scientifiques et archéologiques de la ville de Draguignan, 1900 sur Gallica.

Voir aussi

Bibliographie

  • Lefebvre, F.A., Saint Bruno et l’Ordre des chartreux, t. 2, Paris, Librairie catholique internationale, , 682 p. (lire en ligne), p. 264.
  • Jean-Pierre Aniel, Les maisons de chartreux : des origines à la chartreuse de Pavie, Librairie Droz, 1983, 167 pages - Lire en ligne sur Google Books
  • (it) Canobbio, Elisabetta, « Aspetti della presenza certosina e cistercense nel dominio visconteo-sforzesco », Certosini e Cistercensi in Italia (secoli XII-XV),‎ , pp. 475-505 (lire en ligne, consulté le ).
  • Devaux, Augustin et Van Dijck, Gabriel, Nouvelle Bibliographie Cartusienne : Cartusiana, Grande Chartreuse, 2005, Maisons de l'Ordre, , 785 p..

Article connexe

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Chartreuse Saint-Ambroise de Garegnano
Listen to this article

This browser is not supported by Wikiwand :(
Wikiwand requires a browser with modern capabilities in order to provide you with the best reading experience.
Please download and use one of the following browsers:

This article was just edited, click to reload
This article has been deleted on Wikipedia (Why?)

Back to homepage

Please click Add in the dialog above
Please click Allow in the top-left corner,
then click Install Now in the dialog
Please click Open in the download dialog,
then click Install
Please click the "Downloads" icon in the Safari toolbar, open the first download in the list,
then click Install
{{::$root.activation.text}}

Install Wikiwand

Install on Chrome Install on Firefox
Don't forget to rate us

Tell your friends about Wikiwand!

Gmail Facebook Twitter Link

Enjoying Wikiwand?

Tell your friends and spread the love:
Share on Gmail Share on Facebook Share on Twitter Share on Buffer

Our magic isn't perfect

You can help our automatic cover photo selection by reporting an unsuitable photo.

This photo is visually disturbing This photo is not a good choice

Thank you for helping!


Your input will affect cover photo selection, along with input from other users.