Classe Soldati - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Classe Soldati.

Classe Soldati

Classe Soldati

L’Artigliere
Caractéristiques techniques
Type destroyer
Longueur 106,7 m
Maître-bau 10,15 m
Tirant d'eau 3,15 m
Déplacement 1 650 tonnes (standard)
Port en lourd 2 590 tonnes (pleine charge)
Propulsion 2 turbines à vapeur Belluzzo ou Parsons
3 chaudières Yarrow
Puissance 48 000 ch
Vitesse 38 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement Origine:
  • 2 × 2 canons de 120 mm
  • 1 canon de 120 mm (obus éclairant)
  • 6 × 2 mitrailleuses de 13,2 mm
  • 2 × 3 tubes lance-torpilles de 533 mm
  • 2 lanceurs latéraux (48-52 mines)
Rayon d’action 2 200 nautiques à 20 nœuds
(516 tonnes de mazout)
Autres caractéristiques
Équipage 206
Histoire
A servi dans
 
Regia Marina
 
Marina Militare
 
Marine soviétique
 
Marine nationale
Période de
construction
1938 - 1943
Période de service 1939 - 1965
Navires construits 17
Navires prévus 19
Navires annulés 2
Navires perdus 10
Navires démolis 7

La classe Soldati est une classe de destroyers italiens construite pour la Regia Marina par des chantiers navals italiens pendant la Seconde Guerre mondiale. Une première série de 12 navires a été réalisée en 1938-1939, et une deuxième série de 7 navires en 1942, dont 5 seulement ont été achevés. Les navires ont été baptisés d'après les spécialités militaires.

Histoire

Dix destroyers ont été perdus pendant la guerre. Deux navires furent transférés à la marine soviétique, et trois navires à la marine nationale française au titre des dommages de guerre : Duchaffault (ex-Legionario), Jurien de la Gravière (ex-Mitragliere), Duperré (ex-Velite). Les deux autres survivants servirent dans la nouvelle Marine italienne comme escorteurs anti-sous-marins. Les tubes lance-torpilles furent supprimés et six canons antiaériens de 40 mm remplacèrent les mitrailleuses.

Conception

En 1936, la Regia Marina italienne a passé une commande de douze exemplaires d'un nouveau modèle de destroyer, la classe Soldati. Il s'agissait essentiellement d'une reprise du modèle précédent de destroyer de la classe Oriani, qui était lui-même une évolution de la classe Maestrale. La conception comprenait un armement principal identique de quatre canons de 120 mm de calibre 50 dans deux tourelles jumelles, une à l'avant et une à l'arrière, tandis que l'armement de torpilles était constitué de deux triples tubes lance-torpilles de 533 mm. Un canon court (calibre 15) de 120 mm[1] était monté sur un piédestal entre les rangées de tubes lance-torpilles pour tirer des obus à étoiles, tandis que l'armement anti-aérien était constitué de douze mitrailleuses de 13,2 mm. Un seul navire (Carabinier) a été équipé d'un cinquième canon de 120 mm de calibre 50 remplaçant le canon à obus étoilé[1].

L'installation motrice des navires, composée de deux turbines à vapeur à engrenages Belluzzo/Parsons entraînant deux arbres et générant 48 000 chevaux-vapeur d'arbre (36 000 kW), et d'une grande cheminée, était similaire à celle de la classe Oriani et suffisait à propulser les destroyers à 38 nœuds (70 km/h)[2],[3].

Les commandes pour un deuxième lot de sept destroyers ont été passées en 1940. Tous ces navires, à l'exception d'un seul, devaient porter l'armement de cinq canons principaux du Carabiniere[3].[nb 1]

Construction et modifications

Le premier lot de navires a été construit en 1937 et achevé entre 1938 et 1939[2]. Le deuxième lot a été construit en 1940-1941 et cinq navires ont été achevés en 1942[4].

Quatre autres navires de la première série (Ascari, Camicia Nera, Geniere et Lanciere) ont été modifiés en 1941-42 en remplaçant le canon à étoiles par un canon de 120 mm à pleine puissance[3]. Les mitrailleuses anti-aériennes ont été progressivement remplacées par des canons de 20 mm, dont 10 à 12 ont été équipés en 1943. Cinq navires (Carabiniere, Granatiere, Fuciliere, Legionario et Velite) ont vu leurs tubes lance-torpilles arrière remplacés par deux canons de 37 mm de calibre 54, tandis que le Fuciliere et le Velite ont également vu leurs canons à étrier remplacés par une autre paire de canons de 37 mm[3],[5]. Le Fuciliere et le Velite ont été équipés d'un radar italien, tandis que le Legionario a été équipé d'un radar allemand[5].

Les Allemands ont capturé le Squadrista incomplet en septembre 1943, et ont transféré le navire, rebaptisé TA33, à Gênes pour l'achever en tant que navire de direction de chasse portant un radar Freya à longue portée et des canons allemands de 105 mm et 20 mm, mais il a été coulé par un bombardement allié en 1944[6].

Les deux destroyers restés au service de l'Italie après la guerre ont été reconstruits en tant qu'escorteurs anti-sous-marins en 1953-1954, avec leurs tubes lance-torpilles retirés et l'armement anti-aérien changé pour six canons pom-pom de 40 mm/39[7].

Unités

1re série

Regia Marina - Classe Soldati - 1re série
N° coque Nom Chantier Lancement Service effectif Fin de service Destination Photo
AP Alpino Cantieri Navale Riuniti (CNR) à Ancône[8] bombardé par l’US Air Force dans port de La Spezia
AR Artigliere Odero-Terni-Orlando (OTO) à Livourne torpillé par le HMS York (bataille du cap Passero)
AI Ascari OTO à Livourne coulé sur mine flottante
AV Aviere OTO à Livourne coulé par le sous-marin britannique HMS Splendid
BG Bersagliere Cantiere navale di Palermo (CNR) à Palerme coulé lors du bombardement du port de Palerme
CN
AR
Camicia Nera
renommé Artigliere (1943)
OTO à Livourne 1960 transfert à l'Union soviétique (1949)
CB
D551 (1953)
Carabiniere Cantieri del Tirreno (CT Riva Trigoso) à Gênes démoli
CR
CZ
Corazziere OTO à Livourne démoli
FC Fuciliere CNR à Ancône 1960 transfert à l'Union soviétique (1950)
GE Geniere OTO à Livourne coulé lors du bombardement du port de Palerme
GN
D550(1953)
Granatiere CNR à Palerme retiré du service
LN Lanciere CT Riva Trigoso à Gênes chaviré et coulé lors d'une tempête

2e série

Regia Marina - Classe Soldati - 2e série
N° coque Nom Chantier Lancement Service effectif Fin de service Destination Photo
BR Bombardiere Cantieri Navale Riuniti (CNR) à Ancône[8] torpillé par un sous-marin britannique
CR Carrista OTO à Livourne capturé par l'Allemagne (1943) détruit
CA Corsaro OTO à Livourne coulé sur mine flottante par le HMS Abdiel
LG Legionario OTO à Livourne transfert à la Marine française (1948)
Duchaffault
MT Mitragliere CNR à Ancône transfert à la Marine française (1948)
Jurien de la Gravière
SQ Squadrista OTO à Livourne capturé par l'Allemagne (1943) coulé par bombardement en
VL Velite OTO à Livourne 1961 transfert à la Marine française (1948)
Duperré

Notes et références

Notes

  1. Velite a été complété par un canon à obus d'étoile[4].

Références

  1. a et b Campbell, p. 335–338
  2. a et b Whitley 1988, p. 169.
  3. a b c et d Gardiner and Chesneau 1980, p. 301.
  4. a et b Whitley 1988, p. 171.
  5. a et b Whitley 1988, p. 170–171.
  6. Whitley 1988, p. 80.
  7. Gardiner and Chumbley 1995, p. 200.
  8. a et b CNR Ancona

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Bibliographie

  • Maurizio Brescia, Mussolini's Navy: A Reference Guide to the Regina Marina 1930–45, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 978-1-59114-544-8)
  • John Campbell, Naval Weapons of World War Two, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-459-4)
  • Aldo Fraccaroli, Italian Warships of World War II, Shepperton, UK, Ian Allan, (ISBN 0-7110-0002-6)
  • Robert Gardiner et Roger Chesneau, Conway's All The World's Fighting Ships 1922–1946, London, Conway Maritime Press, (ISBN 0-85177-146-7)
  • Robert Gardiner et Stephen Chumbley, Conway's All The World's Fighting Ships 1947–1995, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 1-55750-132-7)
  • Jürgen Rohwer, Chronology of the War at Sea 1939–1945: The Naval History of World War Two, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, , Third Revised éd. (ISBN 1-59114-119-2)
  • M. J. Whitley, Destroyers of World War 2: An International Encyclopedia, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 1-85409-521-8)

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Classe Soldati
Listen to this article