De Klassieker - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for De Klassieker.

De Klassieker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rivalité entre
l'Ajax et Feyenoord

Duel aérien lors du Klassieker de 1966 à Rotterdam.
Généralités
Sport Football
Pays
Pays-Bas
Villes ou région Amsterdam et Rotterdam
Rivalité De Klassieker
(Le Classique)
Statistiques
AjaxNulsFeyenoordTotal

Total884556189
Situation actuelle
Eredivisie Ajax Amsterdam
Feyenoord Rotterdam
Localisation des clubs
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas

De Klassieker (« Le Classique » en néerlandais) est une rivalité sportive opposant deux des principaux clubs de football néerlandais : l'Ajax Amsterdam et le Feyenoord Rotterdam. Elle est considérée comme l'une des rivalités les plus importantes du football néerlandais depuis la seconde moitié du XXe siècle.

À l'origine les deux clubs entretiennent surtout des rivalités locales qui s'expriment lors de différents derbys, avant que la rivalité autour du Klassieker ne les supplante totalement. Celle-ci se construit lors de l'hégémonie sportive qu'exercent ces deux clubs sur le football néerlandais dans les années 1960 et 1970. La rivalité repose alors sur plusieurs facteurs, aussi bien sportifs que sociaux-culturels, et sert de vecteur à une opposition culturelle entre Amsterdam, capitale du pays, et Rotterdam, grande ville portuaire industrielle ; mais aussi à une opposition sociologique entre la classe moyenne, dont est issue l'Ajax, et la classe ouvrière, dont est originaire Feyenoord.

Ce match est marqué depuis les années 1980 par une forte animosité entre supporters des deux camps qui s'est exprimée par différents affrontement ayant trait au hooliganisme, l'un d'eux menant à la mort d'un supporter de l'Ajax en 1997.

Histoire

Rivalité entre les villes

La rivalité entre l'Ajax et Feyenoord tire son origine dans un premier temps de la rivalité qui existe entre les deux villes dont sont originaires les clubs : Amsterdam et Rotterdam. Au début du XIXe siècle Amsterdam est la capitale historique des Pays-Bas et l'une des villes les plus développée des Pays-Bas. Rotterdam est quant à elle une ville marchande de moindre importance, et ce jusqu'au début de l'ère industrielle.

C'est avec l'industrialisation du pays au cours du XIXe siècle que Rotterdam commence à se développer et à véritablement concurrencer Amsterdam. Ce développement repose dans un premier temps sur le développement du chemin de fer, les deux villes étant dans un premier temps reliées ensemble par la première liaison ferroviaire des Pays-Bas, la Oude Lijn, en 1847. Puis, une ligne venant d'Allemagne et prenant terminus à Rotterdam va accélérer le développement commercial du port de Rotterdam[1].

Mais c'est un projet de ligne reliant Anvers à Amsterdam en passant par Rotterdam qui marque le début d'une certaine hostilité entre les deux villes. Puisque ce projet irrite le conseil municipal amstellodamois qui fait pression, en vain, pour que cette voie ferrée évite Rotterdam et passe plutôt par Utrecht, afin de freiner le développement de Rotterdam[2].

Finalement, avec la mise en service de ces liaisons ferroviaires ainsi que par la construction de la Nieuwe Waterweg en 1872, Rotterdam devient un des nouveaux épicentres des Pays-Bas aux côtés d'Amsterdam[1]. Dès lors, une concurrence existe entre les deux villes qui partagent des points communs, étant toutes les deux des villes portuaires fortement industrialisées, mais aussi des différences puisque Amsterdam est la capitale du pays alors que Rotterdam n'est qu'une ville portuaire fortement industrialisée.

  • Un ancien canal de Rotterdam en 1910.
    Un ancien canal de Rotterdam en 1910.
  • Un canal d'Amsterdam en 1912.
    Un canal d'Amsterdam en 1912.
  • Rotterdam est aujourd'hui une ville moderne.
    Rotterdam est aujourd'hui une ville moderne.
  • Amsterdam a quant à elle peu changée.
    Amsterdam a quant à elle peu changée.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le centre historique de Rotterdam est presque intégralement détruit suite au bombardement de la ville par l'aviation allemande le . Cet événement va profondément marquer la ville qui prend le pari après la guerre de devenir une ville de « tous les possibles »[3]. Rotterdam devient alors une ville à l'architecture moderne et la première des Pays-Bas à avoir un métro. Si ce développement se construit sur la puissance du port et sur la mise en premier plan de la classe ouvrière[3], ce modèle est mis à mal par la désindustrialisation des années 1980.

Aujourd'hui Amsterdam est donc une ville ayant une plus grande continuité historique sur les plans culturels et architecturaux, avec une classe moyenne plus développée, quand Rotterdam est une ville meurtrie par la guerre, avec un fort passé industriel et une culture ouvrière très forte. Ces différences cristallisent un antagonisme qui se retrouve dans un poème d'un poète rotterdamois écrit au sujet de l'argent aux Pays-Bas :

« À Rotterdam ils le gagnent, à La Haye ils le distribuent, à Amsterdam ils le jettent par la fenêtre. »

— Extrait d'un poème de Jules Deelder[4].

Premières rencontres

L'Ajax est fondée en 1900 par des jeunes de la classe moyenne de l'est d'Amsterdam. Alors que Feyenoord est fondé quelques années plus tard, en 1908, par des jeunes travailleurs des quartiers sud de Rotterdam.

L'Ajax débute dans l'AVB, la fédération amstellodamoise, avant de rejoindre les championnats nationaux de la NVB en 1902. Le club accède en 1911 à la 1e Klasse, la première division du championnat des Pays-Bas, où quelques années plus tard, en 1918, l'Ajax est sacrée championne pour la première fois de son histoire. C'est ce premier titre de champion qui permet au club d'être de plus en plus populaire et suivi dans tout Amsterdam[5].

Feyenoord prend part en 1909 aux championnats de la RVB, la fédération rotterdamoise, avant de rejoindre les championnats de la NVB en 1912. Le club obtient sa promotion au sein de la 1e Klasse pour la première fois à l'issue de la saison 1916-1917.

À cette époque, devant le nombre croissant d'équipes originaires de l'ouest des Pays-Bas qui s'inscrivent dans la fédération, la NVB décide pour la saison 1917-1918 d'élargir le nombre de participants à la 1e Klasse en créant un second groupe destiné aux clubs de l'ouest. Cependant cette extension du championnat ne plaît aux clubs du groupe historique de l'ouest, dont l'Ajax fait partie. Ces clubs élitistes vont alors faire pression pour l'arrêt du deuxième groupe car ils ne souhaitent pas affronter des équipes qu'ils considèrent d'un niveau médiocre et dont les installations ne seraient pas de qualité suffisante[6]. En 1919, le deuxième groupe, auquel Feyenoord participe, devient la Overgangsklasse, une division intermédiaire entre le groupe ouest de la 1e Klasse et le groupe ouest de la 2e Klasse. Feyenoord est champion de l’Overgangklasse en 1921 et monte à nouveau en 1e Klasse.

Les premières rencontres entre les deux clubs datent de cette époque. D'abord le où les équipes réserves s'affrontent à Rotterdam sur le terrain de Xerxes à Rotterdam, puis le où a lieu la première rencontre officielle entre les deux équipes premières[7]. Ce match se joue au Kromme Zandweg et se finit sur le score nul de 2-2, comme le match entre les deux réserves 4 ans plus tôt[Note 1].

Affrontement sportif amateur

À partir des années 1920, l'Ajax et Feyenoord se rencontrent donc régulièrement en championnat, si la composition des deux groupes de l'ouest, qui ont à nouveau court à partir de 1923, le permet. L'affrontement entre les deux clubs est alors apprécié de part et d'autre car il est gageur d'un match de bon niveau, et les deux clubs entretiennent des relations cordiales[8].

Feyenoord est sacré champion pour la première fois en 1924, après avoir remporté le groupe lors d'un match face à l'Ajax à Amsterdam[5].

Cet engouement autour de la rencontre entre les deux clubs se retrouve par exemple lors du match décisif pour le titre de champion de groupe de 1935 qui doit se jouer au Kromme Zandweg. Devant le nombre important de personnes souhaitant assister à la rencontre, la direction de Feyenoord fait ériger en une semaine une nouvelle tribune pouvant accueillir 10 000 spectateurs spécialement pour l'occasion[9]. Les supporters de l'Ajax se rendent au match à l'aide d'un train spécialement afreté pour l'occasion par la NS, baptisé l’Ajax-Express[10].

Les principales rivalités qui occupent les deux clubs sont alors avant tout locales et se trouvent dans les divers derbys de Rotterdam ou d'Amsterdam. L'opposition entre les deux clubs étant plutôt perçu comme un spectacle divertissant où le fair-play est de mise. Lors du match entre les deux clubs en 1942 une bagarre débute entre différents joueurs et l'un des responsables de cet incident du côté de Feyenoord, Jan Bens, est exclu du terrain par le capitaine de Feyenoord, Bas Paauwe, qui trouve le comportement inapproprié[8].

Naissance d'une rivalité

La professionnalisation du football néerlandais à partir de 1954 va permettre l'émergence d'une véritable rivalité entre les deux équipes. Puisque les deux clubs profitent de la professionnalisation pour s'enrichir et s'imposer comme des clubs incontournables dans leurs villes et aux Pays-Bas.

Il y a d'abord Feyenoord qui est une bonne équipe à la fin des années 1940 et dans le début des années 1950, dont le président Cor Kieboom est avec ses homologues rotterdamois l'un des plus ardents défenseur du football professionnel. Puis il y a l'Ajax qui remporte le titre de 1946 avant de connaître une période de disette jusqu'au professionnalisme et la mise en place de l'Eredivisie.

L'Eredivisie débute officiellement avec la saison 1956-1957, édition remportée par l'Ajax. Feyenoord remporte deux titres consécutifs en 1961 et 1962, succédant à l'Ajax qui avait remporté le titre de 1960. C'est à cette époque, en 1957, que la première attestation du terme De Klassieker pour qualifier cette rencontre apparaît dans un média[8].

C'est aussi en parallèle de leurs succès nationaux que les deux clubs deviennent les clubs majeures de leurs villes et s'imposent comme les ambassadeurs de celles-ci, remportant 4 des 6 premières éditions de l'Eredivisie . Les deux derniers autres clubs d'Amsterdam et de Rotterdam à avoir réussi à remporter un titre national étant le Sparta en 1959, puis DWS en 1964[S 1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les deux équipes qui avaient donc l'habitude de s'affronter régulièrement dans les poules ouest du championnat lors de la période amateure vont exercer une domination totale sur le football néerlandais à partir de 1965, se partageant tous les titres jusqu'en 1974. À ce moment, les deux clubs commencent à affirmer leur identité et leurs antagonismes. Feyenoord est un club riche qui recrute les meilleurs joueurs, essayant même de recruter Johan Cruijff en 1964[11], pratiquant un jeu attractif mais rugueux symbolisé par la paire défensive Israël - Laseroms ; alors que l'Ajax est une équipe relativement plus modeste financièrement mais plus technique[à vérifier].

Et en plus de l'opposition de style et celle entre les villes que les clubs incarnent, une opposition de classe se créée : jusqu'alors ces luttes avaient lieu avant tout lors des derbys, où Sparta était le club élitiste de Rotterdam et DWS le club des travailleurs d'Amsterdam par exemple, mais avec la mise au second plan de ces confrontations, c'est le match entre l'Ajax et Feyenoord qui va endosser cet affrontement social, où l'Ajax est le club élitiste et Feyenoord celui des travailleurs[S 2].

Sur le plan européen les deux clubs s'imposent aussi parmi les plus grandes équipes du moment. Si l'Ajax atteint la finale de la Coupe des clubs champions en 1969, c'est Feyenoord qui est le premier club néerlandais à remporter cette compétition l'année suivante. L'Ajax enchaîne ensuite 3 victoires consécutives et Feyenoord remporte la Coupe UEFA en 1974.

Affirmation d'une rivalité

Après avoir dominés le football néerlandais jusqu'en 1974, Feyenoord commence à connaître des problèmes structurels et des soucis financiers récurrents, ce qui fait que le club décroche et laisse plus de place pour l'Ajax. Le PSV Eindhoven prend alors la place vacante et s'installe comme le troisième grand du pays.

Avec les années 1980, c'est le début du hooliganisme aux Pays-Bas et le début de nombreux affrontements entre supporters des deux clubs, ce qui cristallise l'opposition en tribunes.

Dans les années 1990, l'équipe de l'Ajax est souvent présentée comme « une équipe d'artistes », à laquelle on oppose l'équipe de Feyenoord comme une équipe composées de joueurs atypiques, qu'on baptise affectueusement Appie Happie-elftal, du nom des personnages de bande-dessinée du dessinateur Dick Bruijnesteijn[12].

Statistiques

Historique des confrontations

Bilan des confrontations

Bilan des confrontations
Matchs Victoires Ajax Matchs nuls Victoires Feyenoord Buts Ajax Buts Feyenoord
Championnat[Note 2] 167 76 44 47 352 263
Coupe KNVB 17 8 1 8 31 21
Johan Cruijf Schaal 4 3 0 1 11 4
Coupe Intertoto 1 1 0 0 4 2
Total 189 88 45 56 398 290
Mis à jour le .

Palmarès des équipes

L'Ajax et Feyenoord font partie des équipes les plus titrées des Pays-Bas. Au niveau national, l'Ajax est le club ayant remporté le plus de championnats et le plus de coupes.

Si Feyenoord est le premier à avoir remporté une coupe d'Europe avec la Coupe des champions en 1970, puis le premier club néerlandais à remporter la Coupe intercontinentale la même année et la coupe UEFA en 1974, ce qui fait que les supporters utilisent souvent l'expression de « À jamais les premiers »[13], l'Ajax est quant à elle l'équipe néerlandaise la plus titrée en Europe. Étant d'ailleurs l'une des rares équipes en Europe à avoir gagné les trois coupes d'Europe.

Palmarès des équipes
Équipe Championnat des Pays-Bas Coupe KNVB Johan Cruijff Schaal C1 C2 C3 Supercoupe d'Europe Coupe intercontinentale
Ajax 34 19 9 4 1 1 2 2
Feyenoord 15 13 4 1 0 2 0 1
Mis à jour à l'issue de la saison 2019-2020.

Matchs notables

Les rencontres entre les deux équipes sont généralement synonymes de matchs riches en buts. Voetbal International indique en 2013 qu'un Klassieker produit en moyenne 3,72 buts par match, et le match le plus prolifique en buts est une victoire 9 à 5 de Feyenoord en 1960[14].

Différents organes de presse, à l'instar de l’Algemeen Dagblad, Goal ou So Foot, ont pu proposer une liste de Klassiekers emblématiques[15],[16],[17].

Premières rencontres

  • 1921 - Feyenoord 2-2 Ajax :
  • 1922 - Ajax 2-0 Feyenoord :
  • 1931 - Feyenoord 5-2 Ajax :
  • 1933 - Ajax 7-1 Feyenoord :

Duels au sommet

  • 1956 - Feyenoord 7-3 Ajax :
  • 1960 - Ajax 5-1 Feyenoord :
  • 1960 - Feyenoord 9-5 Ajax :
  • 1964 - Feyenoord 9-4 Ajax :
  • 1970 - Ajax 3-3 Feyenoord :
  • 1972 - Feyenoord 1-5 Ajax :
  • 1975 - Ajax 6-0 Feyenoord :
  • 1978 - Ajax 0-0 Feyenoord :

Une grande rivalité

  • 1980 - Feyenoord 4-2 Ajax :
  • 1983 - Ajax 8-2 Feyenoord :
  • 1988 - Feyenoord 1-2 Ajax :
  • 1995 - Ajax 1-2 Feyenoord :
  • 1995 - Feyenoord 0-5 Ajax :
  • 2001 - Ajax 3-4 Feyenoord :
  • 2003 - Ajax 2-0 Feyenoord :
  • 2005 - Feyenoord 2-3 Ajax :

Domination de l'Ajax

  • 2010 - Ajax 2-0 Feyenoord, 2010 - Feyenoord 1-4 Ajax :
  • 2012 - Feyenoord 4-2 Ajax :
  • 2017 - Feyenoord 1-4 Ajax :
  • 2019 - Feyenoord 6-2 Ajax :
  • 2019 - Feyenoord 0-3 Ajax :

D'un club à l'autre

Eddy Pieters Graafland est le premier joueur à jouer pour les deux clubs.
Eddy Pieters Graafland est le premier joueur à jouer pour les deux clubs.

Malgré la rivalité entre les deux clubs, de nombreux joueurs ont joué pour les deux équipes au cours de leur carrière. La trahison a d'ailleurs pu se passer de différentes manières : transfert, joueur en fin de contrat ou intermède dans un autre club.

Parmi tous ces joueurs qui ont joué pour l'un et l'autre club, on peut citer le premier à l'avoir fait, Eddy Pieters Graafland qui devient un joueur de légende à Feyenoord. Il y a ensuite Henk Groot, qui signe à Feyenoord en 1963 pour 250,000 florins. Il quitte l'Ajax en raison d'un désaccord sur le montant de son salaire et revient deux saisons plus tard à l'Ajax pour un transfert à 350,000 florins[18].

C'est aussi en raison d'un désaccord contractuel avec la direction de l'Ajax que Johan Cruijff signe, pour se venger, à Feyenoord en 1983. Il y finit sa carrière de footballeur en remportant un doublé coupe-championnat. Ce transfert est extrêmement commenté et provoque d'importante contestation et indignation parmi les supporters de Feyenoord[11].

Ronald Graafland a été formé à Feyenoord puis a été gardien remplaçant aussi bien dans son club formateur qu'à l'Ajax, sans jamais y jouer un seul match. Il jouera un quart d'heure lors de son dernier match avec Feyenoord en 2014[19].

Joueurs

Mis à jour le

Ajax vers Feyenoord[modifier | modifier le code]

Nom Ajax Feyenoord
Carrière Apps Buts Carrière Apps Buts
Eddy Pieters Graafland
1950-1958 154 0 1958-1970 356 0
Henk Groot
1959-1963 124 116 1963-1965 54 34
Theo van Duivenbode
1964-1969 135 6 1969-1973 83 1
René Notten
1974-1977 83 7 1977-1981 113 17
Johan Cruijff
1964-1973
1981-1983
277 204 1983-1984 33 11
Johnny Rep
1971-1975 97 41 1984-1986 43 5
Simon Tahamata
1976-1980 109 14 1984-1987 87 29
Tscheu La Ling
1975-1982 172 54 1985-1986 18 1
Keje Molenaar
1980-1984 81 16 1985-1988 99 11
Martin van Geel
1979-1981 22 9 1988-1989 33 13
Arnold Scholten
1986-1990 70 5 1990-1995 165 20
Rob Witschge
1985-1989 92 13 1991-1996 160 25
John van Loen
1991-1993 37 11 1993-1995 54 17
Ronald Koeman
1983-1986 94 23 1995-1997 61 19
Peter van Vossen
1993-1995 41 6 1998-2001 73 10
Henk Timmer
2002-2003 2 0 2006-2009 94 0
Angelos Charisteas
2005-2006 31 12 2006-2007 28 9
Tim de Cler
1997-2002 75 2 2007-2011 87 1
Ronald Graafland
2010-2011 0 0 2011-2015 1 0
Kenneth Vermeer
2005-2014 103 0 2014-2020 99 0
Jan-Arie van der Heijden
2007-2011 2 0 2015-2020 97 4

Feyenoord vers Ajax[modifier | modifier le code]

Nom Feyenoord Ajax
Carrière Apps Buts Carrière Apps Buts
Henk Groot
1963-1965 54 34 1965-1969 101 46
Jan Everse
1972-1977 46 2 1977-1980 69 0
Ruud Geels
1966-1970 89 46 1978-1979 28 25
Wim Jansen
1965-1980 422 34 1980-1982 49 0
Jan Sørensen
1985-1986 25 9 1987 5 0
Arnold Scholten
1990-1995 165 20 1995-1997 44 3
Dean Gorré
1992-1995 42 6 1997-2000 36 4
Henk Timmer
2001-2002 2 0 2002-2003 2 0
Leonardo
2000-2005 55 4 2007-2009 40 5
Evander Sno
2005-2006 12 1 2008-2011 19 4
Ronald Graafland
1998-2000 0 0 2010-2011 0 0
Kostas Lamprou
2009-2015 14 0 2017-2019 3 0

D'un club à l'autre, puis retour dans le premier

Nom Ajax Feyenoord Ajax Feyenoord
Carrière Apps Buts Carrière Apps Buts Carrière Apps Buts Carrière Apps Buts
Henk Groot
1959-1963 124 116 1963-1965 54 34 1965-1969 101 46
Arnold Scholten
1986-1990 70 5 1990-1995 165 20 1995-1997 44 3
Henk Timmer
2001-2002 2 0 2002-2003 2 0 2006-2009 94 0
Ronald Graafland
1998-2000 0 0 2010-2011 0 0 2011-2015 1 0

Formés dans les équipes jeunes de l'autre club

Richard Knopper, Anwar El Ghazi et Noa Lang ont joué chez les jeunes de Feyenoord avant de jouer à l'Ajax.

Bilal Başacıkoğlu, Diego Biseswar, Eljero Elia, Harvey Esajas, John Goossens, Kostas Lamprou, Marko Vejinović ont joué chez les jeunes de l'Ajax avant de jouer à Feyenoord. Warner Hahn a été formé à l'Ajax, a signé à Feyenoord mais n'y a jamais joué.

Evander Sno a joué chez les jeunes de l'Ajax avant de rejoindre les jeunes de Feyenoord, puis l'équipe première où il n'a jamais joué. Il joue ensuite plus tard dans sa carrière à l'Ajax.

Entraîneurs

Hans Kraay a entraîné l'Ajax en 1974-1975 et Feyenoord une fois en 1982-1983 et été directeur technique en 1988-1989. Leo Beenhakker a plusieurs fois été actifs dans les deux clubs. Ronald Koeman a entraîné les deux clubs. Peter Bosz qui a joué à Feyenoord, a été directeur technique de Feyenoord avant de devenir entraîneur de l'Ajax.

Traitement médiatique

Images du match du 1er octobre 1943 au Kromme Zandweg.
Images du match du au Kromme Zandweg.

De Klassieker est une des rencontres les plus médiatisées d'Eredivisie.

Les plus vieilles images vidéos connues qui existent d'un Klassieker datent du . Il s'agit d'un reportage d'actualité filmé sur l'opposition qui a alors lieu à Amsterdam entre les deux clubs à l'occasion du mini-championnat final pour déterminer le champion des Pays-Bas[20].

Le match du , qui a lieu au stade olympique d'Amsterdam, est le premier match de football retransmis en couleur à la télévision néerlandaise[21].

Incidents

À partir des années 1980 différents incidents et affrontements entre les supporters des deux clubs ont lieu[22]. Ces affrontements coïncidents avec le développement du hooliganisme aux Pays-Bas dans ces années.

Un des premiers incidents marquant arrive le lorsque des hooligans de Feyenoord lancent deux bombes remplies de clous dans une tribune remplie de supporters de l'Ajax au Stade De Meer. L'explosion de ces bombes fait de nombreux blessés, dont 4 graves[23].

Le , l'Ajax et Feyenoord jouent tout deux à l'extérieur dans le cadre de l'Eredivisie. De retour de leurs matchs respectifs les hooligans se retrouvent sur l'autoroute A9, aux alentours de Beverwijk, pour en découdre. Au cours de cet affrontement qui ne dure que quelques minutes et qui oppose 150 hooligans de l'Ajax à un nombre plus important de hooligans de Feyenoord, un supporter et hooligan de l'Ajax, Carlo Picornie, est tué[24].

La KNVB prend des mesures pour endiguer ces phénomènes de violence et interdit aux supporters de l'Ajax et de Feyenoord de se déplacer à l'extérieur à l'occasion des deux Klassiekers de la saison 1997-1998[24].

Le , des hooligans de l'Ajax envahissent la pelouse du De Toekomst à la fin d'un match entre la réserve des deux clubs. Ils attaquent les joueurs et frappent notamment Robin van Persie, qui reçoit de l'aide de Jorge Acuña pour se réfugier aux vestiaires. Ce dernier sera transporté à l'hôpital à cause des blessures contractées suite à cet événement[25]. Cet incident scandalise même jusqu'aux hooligans qui considèrent que les « codes et règles » du milieu n'ont pas été respectées[26].

Avant le Klassieker du divers incidents éclatent en rapport à deux trains spéciaux transportant des supporters et hooligans de l'Ajax. À Capelle aan den IJssel, 800 supporters et hooligans quittent leur train et cherchent à affronter les forces anti-émeute. Au stade Feijenoord, un train de supporters est caillassé[27]. Ces événements poussent le bourgmestre, Ivo Opstelten, à interdire l'accès au stade aux supporters l'Ajax[27]. Après le match différents incidents éclatent à nouveau entre partisans de Feyenoord et supporters restés confinés dans la station du stade pendant le match[27].

Après des incidents lors du match du à l'Amsterdam ArenA, où des hooligans de l'Ajax attaquent des supporters de Feyenoord, les bourgmestres d'Amsterdam et de Rotterdam décident en accord avec la KNVB d'interdire les supporters visiteurs pour les cinq saisons suivante afin d'endiguer la violence[28]. Depuis, cette mesure d'exception est sans cesse renouvelée, et deux incidents ayant eu lieu entre supporters des deux camps lors de matchs des équipes jeunes font que Feyenoord ne veut plus travailler à accueillir à nouveau des supporters visiteurs lors des Klassiekers[29].

Annexe

Bibliographie

  • (nl) Albert Dogger et Bas van der Wel, 010 - 020. Over voetbal & clubliefde, Fontaine Uitgevers, , 176 p. (ISBN 9789059565258)
  • (nl) Mik Schots, Feyenoord-Ajax, Singel Uitgeverijen, , 256 p. (ISBN 9789029587983)

Notes et références

Notes

  1. Le premier match entre les deux équipes connaît deux scores différents (2-3 et 2-2), voir la section Matchs notables
  2. Sont comptés dans « Championnat » les matchs de saison régulière, les matchs du championnat final ayant eu lieu jusqu'en 1956, ainsi que les matchs d'appui et play-offs pour départager les équipes au classement ou attribuer une place européenne.

Références bibliographiques

  1. Schots 2013, p. 15
  2. Schots 2013, p. 14

Références

  1. a et b (nl) Jacques Börger et Anne Jongstra, « Historische besluiten: luidruchtig luchtspoor dwars door de stad », sur versbeton.nl, site sur Rotterdam (consulté le 9 juin 2020)
  2. (nl) « '7 Minuten' staat stil bij emoties rond Klassieker », Intervention de l'historien Jacques Börger des Archives de Rotterdam [vidéo], sur youtube.com, par RTV Rijnmond (consulté le 9 juin 2020)
  3. a et b (nl) « Amsterdam - Rotterdam: altijd die vete », sur parool.nl, site de Het Parool (consulté le 9 juin 2020)
  4. (nl) « Jules Deelder (1944-2019) in negen gevleugelde uitspraken », sur focus.knack.be (consulté le 9 juin 2020)
  5. a et b (nl) Jurryt van de Vooren, « Door de Europa Cup 1 van Feyenoord veranderde de Nederlandse voetbalcultuur », sur sportgeschiedenis (consulté le 11 juin 2020)
  6. (nl) Jan Oudenaarden, De geschiedenis van Feyenoord : De Oertijd (1908-1921), vol. 1, Trichis Publishing, (ISBN 978-94-92077-06-6), p. 265-266
  7. (nl) Jurryt van de Vooren, « Honderd jaar Ajax – Feyenoord », sur sportgeschiedenis (consulté le 11 juin 2020)
  8. a b et c (nl) « De geschiedenis verliest altijd », sur nrc.nl, site de NRC Handelsblad (consulté le 11 juin 2020)
  9. (nl) Jan Oudenaarden, De geschiedenis van Feyenoord : Het Interbellum (1921-1940), vol. 2, Trichis Publishing, (ISBN 978-94-92077-29-5), p. 313
  10. (nl) « Extra trein voor Feyenoord-Ajax », De Telegraaf,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  11. a et b (nl) « Cruijff gaat vreemd in 1983/1984 », sur nos.nl, site de la NOS (consulté le 11 juin 2020)
  12. (nl) « Kuyt is Appie Happie zelf », sur ad.nl, site de l'Algemeen Dagblad (consulté le 13 juin 2020)
  13. (nl) « Feyenoord schrijft geschiedenis: 'Voor Altijd De Eerste' », sur rijnmond.nl, site de RTV Rijnmond (consulté le 10 juin 2020)
  14. (nl) « Klassiekers doorgaans spektakel met veel doelpunten », sur vi.nl, site de Voetbal International (consulté le 25 juin 2020)
  15. (nl) « De zeven mooiste Klassiekers in De Kuip », sur ad.nl, site de l'Algemeen Dagblad (consulté le 25 juin 2020)
  16. (nl) « De meest opmerkelijke resultaten in de geschiedenis van de Klassieker », sur goal.com, site de Goal (consulté le 25 juin 2020)
  17. « Top 10 : les Klassieker historiques », sur sofoot.com, site de So Foot (consulté le 25 juin 2020)
  18. (nl) « Ajax Dossier: De angst voor degradatie », sur parool.nl, site de Het Parool (consulté le 24 mai 2020)
  19. (nl) « Graafland: ‘Invalbeurt is mooie waardering’ », sur feyenoord.nl (consulté le 11 juin 2020)
  20. (nl) Jurryt van de Vooren, « De oudste beelden van Ajax – Feyenoord », sur sportgeschiedenis.nl (consulté le 10 juin 2020)
  21. (nl) Jurryt van de Vooren, « De eerste voetbalwedstrijd in kleur op tv », sur sportgeschiedenis.nl (consulté le 10 juin 2020)
  22. (nl) Ramón Spaaij, Hooligans, fans & fanatisme, Amsterdam University Press, (lire en ligne), p. 103
  23. (nl) « Voetbalstadion is veiliger dan ooit », sur volkskrant.nl, site de De Volkskrant (consulté le 11 juin 2020)
  24. a et b « La bataille de Beverwijk, le cauchemar du football néerlandais », sur vice.com, site de Vice (consulté le 11 juin 2020)
  25. (nl) « Feyenoord-spelers belaagd bij duel Jong Ajax », sur vi.nl, site de Voetbal International (consulté le 11 juin 2020)
  26. (nl) Ramón Spaaij, Hooligans, fans & fanatisme, Amsterdam University Press, (lire en ligne), p. 105
  27. a b et c (nl) « Rellen Kuip ergste sinds jaren », sur trouw.nl, site de Trouw (consulté le 11 juin 2020)
  28. (nl) « Rellen reden voor verbod op uitpubliek bij Ajax-Feyenoord », sur rtlnieuws.nl (consulté le 11 juin 2020)
  29. (nl) « Ook komend seizoen geen uitsupporters welkom bij Klassieker », sur nos.nl, site de la NOS (consulté le 11 juin 2020)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
De Klassieker
Listen to this article