Discussion:Théorie cinétique des gaz - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Discussion:Théorie cinétique des gaz.

Discussion:Théorie cinétique des gaz

Température de rotation et de vibration

--Guerinsylvie (discuter) 4 avril 2015 à 18:14 (CEST) : Bonjour, je comprends que l'article est pour débutants. Mais, comment comprendre que H2 soit "monoatomique" puis "diatomique". Et pourquoi le "gel" du troisième degré de rotation ?

Puis de m^me, la vibration n'est excitée que pour kT > hbar.ωo , où ωo désigne la pulsation de vibration.

Je comprends la restriction au gaz de "Laplace" pour avoir très vite la loi de Laplace à disposition et entamer les calculs de moteur de Carnot, etc ;

mais néanmoins, qq précaution oratoire ou mieux, écrite, ne serait-elle pas bienvenue ? --Guerinsylvie (discuter) 4 avril 2015 à 18:14 (CEST)

J'ai modifié le début du texte. H2 est une molécule diatomique (deux atomes) mononucléaire (un seul type de noyau). J'ai modifié le texte en spécifiant mélange d'atomes ou de molécules. --Meitnerium (discuter) 17 octobre 2015 à 19:50 (CEST)

Définition de T

--Guerinsylvie (discuter) 6 avril 2015 à 19:22 (CEST) : Bonjour, le paragraphe Enérgie est vide, car la définition de T est 3/2 N kT = E .

Feynman a aussi choisi de traiter d'abord la pression cinétique , PUIS kT : au § 39.4 , il dit : à dessein, j'ai évité de parler de kT, car c'est délicat. Si délicat qu'il n'arrive pas à montrer simplement que Ec1 = Ec2 à l'équilibre, et qu'il est obligé de tricher : V(CM).w = 0 en moyenne, dira-t-il, mais je ne sais pas le démontrer sans escroquerie.

Qq livres essaient de dire que, en moyenne, la différence | Ec1-Ec2| diminue à chaque choc , et que cela donne l'évolution irréversible vers l'équilibre maxwellien. Mais en réalité, c'est un pb délicat, comme le montrent bcp de livres spécialisés dans l'éq de Boltzmann ( par exemple Cercignani ). Je ne connais pas de solution simple à cette difficulté.

De même, la pseudo-démonstration de la loi de Maxwell par indépendance des proba et donc factorisation est évidemment la même escroqueire . Bah ! oui, c'est joli.

Demande de modification-paragraphe "Impact de toutes les molécules"

Bonjour,

Le paragraphe susmentionné est malheureusement à mon avis incorrect. On y spécifie que "l'ensemble des molécules qui vont frapper la surface dS est nécessairement contenu dans un cylindre de base dS [...]".

Mais heu en fait je crois pas. On peut fort bien imaginer les atomes qui viennent d'à côté de ce cylindre et qui ont la vitesse orientée juste comme il faut pour taper sur dS. Non ? Ou pire, les molécules qui vont frapper le mur d'en face à grande vitesse et revenir taper la paroi dS !

Il faudrait à mon avis se débarrasser de toutes les intégrales qui embrouillent plus qu'autre chose dans ce cas-ci, et supposer dès le départ, comme la version anglophone de l'article que dans un cube fermé d'arête L, chaque molécule qui a une vitesse va aller taper une paroi en particulier tous les .

J'aurais bien fait la modification moi-même, mais je préfère demander aux contributeurs précédents si ce n'est pas plutôt moi qui me suis planté quelque part...

Merci de votre attention. — Le message qui précède, non signé, a été déposé par un utilisateur sous l’IP 62.235.104.108 (discuter), le 26 novembre 2017 à 18:37‎.

Non, le raisonnement est correct, à part l'intégration sur (de 0 à ) qui embrouille un peu, car il n'est pas dit que est lui-même infinitésimal (le problème « les molécules qui vont frapper le mur d'en face à grande vitesse et revenir taper la paroi dS » ne se pose alors pas). Quand on considère les molécules qui ont une vitesse infiniment proche de près) avec , si l'on s'intéresse à la pression exercée sur une paroi par un milieu situé à sa droite (en imaginant la paroi en ), ces molécules sont comprises dans un cylindre de génératrice parallèle à et de base . Effectivement, celles qui ont le temps de frapper la paroi pendant le temps sont à l'instant 0 comprises dans la portion de hauteur du cylindre précédent. En considérant toutes les vitesses possibles (avec ) on compte bien toutes les molécules qui vont frapper la paroi pendant le temps et rien qu'elles. — Ariel (discuter) 4 décembre 2017 à 22:48 (CET)
P.S. Le raisonnement tenu dans l'article en anglais ne vaut que pour un fluide enfermé dans un parallélépipède rectangle.
L'utilisateur à qui vous répondez a raison et je vous invite à reconsidérer votre réponse ; l'article fait comme si seule la vitesse v1 était à envisager, or, c'est faux. Il y a des questions d'angle, de cosinus, etc., le volume infinitésimal d'intérêt est en fait (vdt.n)dS où n est le vecteur normal à dS, orientée comme il se doit, et l'on trouve le préfacteur numérique en évaluant une intégrale dont l'intégrande est du genre cos(thêta)sin(thêta)cos(phi).dthêta.dphi. — Le message qui précède, non signé, a été déposé par un utilisateur sous l’IP 2a01:cb00:688:9a00:4dff:c9e8:8b39:1c80 (discuter), le 2 juin 2018 à 15:22‎.
Non. J'ai relu le paragraphe en question et celui qui le précède : ils sont fondamentalement corrects mais pas très bien rédigés, j'essaierai de faire mieux quand j'aurai un moment. Pour répondre directement au point que vous soulevez, le volume infinitésimal en question est, avec vos propres notations, (volume d'un cylindre dont la génératrice n'est pas nécessairement perpendiculaire à sa base), et . — Ariel (discuter) 2 juin 2018 à 17:54 (CEST)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Discussion:Théorie cinétique des gaz
Listen to this article