Dissidence française - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Dissidence française.

Dissidence française

Dissidence française

Logotype officiel.
Présentation
Président Vincent Vauclin
Fondation 2011 (association de fait)
(association)
(parti)
Disparition 2020
Positionnement Extrême droite
Idéologie Identitaire
Ultranationalisme
Anti-islam
Anti-mondialisme
Antimaçonnisme
Affiliation européenne Alliance pour la paix et la liberté
Couleurs Noir, blanc et rouge
Site web la-dissidence.org
Représentation
Conseillers régionaux
1  /  1757

La Dissidence française (DF) est un parti politique français d'extrême droite. Fondée par Vincent Vauclin en tant qu'association, la DF est active de 2011 à 2020.

Dans un premier temps, l’organisation appelle à un coup d'État militaire et mène une campagne antimaçonnique virulente, placardant et manifestant devant plusieurs sièges de loges. Elle participe également aux manifestations de La Manif pour tous, Jour de colère et du mouvement des Gilets jaunes.

L'association devient un parti politique en 2018. La Dissidence française est alors rejointe par deux conseillers municipaux du Havre, élus sur la liste du Rassemblement national. Elle se présente aux élections européennes, où elle rassemble 5 000 voix. Elle s'auto-dissout en 2020 pour devenir le Mouvement national-démocrate.

Historique

Lancée en 2011 comme association de fait et devenue association loi de 1901 en 2013, la Dissidence française est dirigée dès sa création par Vincent Vauclin[1].

Actions

Le groupuscule appelle au coup d'État militaire[2] afin de faire « tomber le régime »[3]. Dans le cadre de sa campagne « La France contre la République » à volonté putschiste[4], la Dissidence française organise plusieurs actions antimaçonniques : deux placardages par la « Brigade d'Angers » à Angers puis au Temple maçonnique du Grand Orient de France (GDOF) à Nantes en et [5],[6], deux manifestations devant le siège du GODF[7],[8] puis de la Grande Loge nationale française (GLNF) les 2 et [9],[10], deux autres actions en contre une loge pictocharentaise[11] et le siège de la GLNF[11],[12], ainsi qu'une manifestation réunissant une douzaine de personnes devant le siège du GDOF à Paris le [4]. Ces différentes actions sont filmées et publiées sur Dailymotion[11].

La Dissidence français réitère sa volonté d'un coup d'État lors de sa participation à la manifestation Jour de colère le [3],[13], puis à celle de La Manif pour tous contre le mariage homosexuel du [14],[15].

Le mouvement cible en mars 2015 le musée de l'Histoire de l'immigration, sur lequel ses militants collent des affiches dénonçant le multiculturalisme. Cette action s'inscrit dans le cadre d'une campagne appelant à la remigration[16]. Les Inrocks indique que la Dissidence française — comme Les Identitaires — utilise la provocation et les réseaux sociaux pour accroître son audience et sa visibilité[17]. Pour Nicolas Lebourg, la Dissidence française « a franchi un palier » à l'occasion de cette action, qui est selon lui « l'expression du fossé qui s'est créé depuis les années 1990 entre l'extrême droite et le monde de la culture »[18].

En décembre 2018, Vincent Vauclin, à l'instar de différents groupes d'extrême droite, participe à la mobilisation des Gilets jaunes et se filme notamment en direct d'un blocage en Normandie[19].

Constitution en parti politique

La Dissidence française se constitue en tant que parti politique en 2018[1],[2].

Le conseiller municipal du Havre Baptiste Gueudin quitte en octobre 2018 le Rassemblement national pour devenir le premier élu de la Dissidence française[20],[21]. Le 18 octobre 2018, Damien Lenoir, conseiller régional de Normandie et conseiller municipal du Havre, annonce à son tour quitter le Rassemblement national pour rejoindre la Dissidence française[22].

Dissidence française, présente une liste aux élections européennes de 2019, intitulée « liste de la Reconquête »[23]. Les candidats figurant en premières positions sont Vincent Vauclin, président du parti, Nicole Mina, conseillère régionale d'Occitanie, Damien Lenoir, conseiller régional de Normandie ex-RN[24] ; la liste compte également plusieurs militants normands du Parti de la France[25]. Elle est l'une des deux listes identitaires[26]. Elle obtient 5 000 suffrages, soit 0,02 % des voix, arrivant en 28e position sur 34 listes, devant la liste Ligne claire, conduite par l'écrivain Renaud Camus (qui avait cependant annoncé son retrait), et la liste de l'Alliance royale menée par Robert de Prévoisin[27].

Le , la Dissidence française s'auto-dissout[28]. Vincent Vauclin lance le lancement du Mouvement national-démocrate pour lui succéder[29].

Programme

Dans son programme pour les élections européennes, la Dissidence française met l'accent la sécurité et l'opposition à l'accueil des réfugiés[2]. Elle souhaite ainsi une législation favorable aux « Gaulois »[26], supprimer le droit du sol, le droit d'asile ainsi que le regroupement familial ainsi que le rétablissement des frontières. Promouvant « des racines chrétiennes » de l'Europe[30], elle accuse le multiculturalisme et les migrants d'avoir « bouleversé sa physionomie millénaire »[31]. Elle propose également de « suspendre la participation de la France à l'Union européenne, à la Zone euro et à l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord »[32]. Anti-mondialiste[21], identitaire[2],[33], ultranationaliste, raciste[2],[21], elle adhère aux thèses anti-islam[26],[34], à la théorie du grand remplacement ainsi qu'à la « remigration »[35].

Vincent Vauclin et la Dissidence française analysent une « crise identitaire » dont les respoonsables seraient, sans être explicitement nommés, les Juifs et les francs-maçons[21],[3].

Dans le journal Présent, en août 2015, Vincent Vauclin explique que le mouvement italien Casapound est l'une de ses références[36],[37]. Vincent Vauclin entretient également des relations avec plusieurs personnalités d'extrême-droite telle que Gabriele Adinolfi, Yvan Benedetti, Serge Ayoub, Roland Hélie ou encore Alexandre Gabriac[1]. Dans son ouvrage Sur un nouveau moment antisémite paru en 2015 aux éditions Fayard, Pierre Birnbaum explique le programme de la Dissidence française « se réfère aux écrits du penseur italien Julius Evola et semble sortir tout droit des années trente tant il se réfère explicitement à la tradition fasciste du « sang et du sol », au serment, au culte des « hommes debout au milieu des ruines », au « refus de la mentalité bourgeoise », à la lutte contre les francs-maçons et, dans le vocabulaire d’aujourd’hui, aux « lobbies » »[38].

Pour Jean-Yves Camus, « la Dissidence française s'apparente à une forme de nationalisme-révolutionnaire […] s'approchant d'un fascisme de gauche en mettant l'accent sur les aspects anticapitaliste, populaires ou encore l'amélioration du sort de la classe ouvrière »[39] et « peut être rattachée au courant Völkisch mais sans oblitérer les références à l’aristrocratisme évolien »[40].

Résultats électoraux

Année Élections Tête de liste Voix % Rang Sièges
2019 Européennes Vincent Vauclin 4 569 0,02 28e (sur 34)
0  /  74

Affiliation européenne

Le parti annonce durant l'été 2019 son affiliation au mouvement européen Alliance pour la paix et la liberté, dont sont notamment membres le Parti national-démocrate d'Allemagne, le Mouvement Nation et Forza Nuova[41].

Notes et références

  1. a b et c Laurent de Boissieu, « Dissidence française (DF) », sur france-politique.fr, (consulté le 26 septembre 2019)
  2. a b c d et e Pierre Plottu et Maxime Macé, « Le « plan » de l'extrême droite radicale pour conquérir des communes », sur Libération, (consulté le 22 février 2021).
  3. a b et c Sylvain Mouillard, Margaux Velikonia et Patxi Berhouet, « « Jour de colère », le grand fourre‑tout de l'anti‑hollandisme », sur Libération, (consulté le 22 février 2021).
  4. a et b A. S., « Appel à la vigilance du GODF face à « La France contre la République » », sur Gadlu.info, (consulté le 22 février 2021).
  5. Jiri Pragman, « Nouvelle « opération » de La Dissidence française, à Nantes cette fois », sur Hiram.be, (consulté le 22 février 2021).
  6. A. S., « Le GODF à Nantes visité par La Dissidence française », sur Gadlu.info, (consulté le 22 février 2021).
  7. A. S., « Dissidence française défie le GODF », sur Gadlu.info, (consulté le 22 février 2021).
  8. Jiri Pragman, « La Dissidence française défie (!) le GODF et son « pouvoir apatride et nocif » », sur Hiram.be, (consulté le 22 février 2021).
  9. A. S., « Action anti-maçonnique : Dissidence française devant la GLNF », sur Gadlu.info, (consulté le 22 février 2021).
  10. Jiri Pragman, « La Dissidence Française en Poitou-Charente », sur Hiram.be, (consulté le 22 février 2021).
  11. a b et c A. S., « Les dernières actions anti-maçonnique de Dissidence française », sur Gadlu.info, (consulté le 22 février 2021).
  12. Jiri Pragman, « Le retour des « Dissidents » devant la GLNF », sur Hiram.be, (consulté le 22 février 2021).
  13. Sylvain Mouillard et Dominique Albertini, « 250 interpellations lors la manifestation du « Jour de colère » », sur Libération, (consulté le 22 février 2021).
  14. Elise Godeau, « Manif pour tous : «Nous reviendrons !» », sur liberation.fr, (consulté le 29 octobre 2018)
  15. Franck Genauzeau et Vivien Roussel pour France 2, « En marge de la Manif pour tous, les actions choc des anti-Hollande », sur France Info, (consulté le 22 février 2021).
  16. Claire Courbet, « Le Musée de l'immigration, cible de l'extrême droite », sur LeFigaro.fr, (consulté le 29 octobre 2018)
  17. Mathieu Dejean, « Un groupuscule cible le musée de l’Histoire de l’immigration pour prôner la "remigration" », sur lesinrocks.com, (consulté le 29 octobre 2018)
  18. Nicolas Lebourg, « Musée de l'immigration : « L'extrême-droite a franchi un palier » », sur LeFigaro.fr, (consulté le 29 octobre 2018)
  19. Elise Lamber et Margaux Duguet, « Pourquoi l'ultradroite a-t-elle embrassé la cause des "gilets jaunes" ? », sur francetvinfo.fr, (consulté le 22 septembre 2019)
  20. Maxime Malfoy, « Baptiste Gueudin rejoint la Dissidence Française », sur seinomedia.fr, (consulté le 29 octobre 2018)
  21. a b c et d Pierre-Simon Assouline, « Avec B. Gueudin, la « dissidence » est-elle entrée au conseil municipal du Havre ? », sur fr.timesofisrael.com, (consulté le 29 octobre 2018)
  22. Christophe Preteux, « L’élu havrais Damien Lenoir quitte le RN et rejoint Dissidence française », sur paris-normandie.fr, (consulté le 29 octobre 2018)
  23. Olivier Biffaud, « Trente-trois nuances de politique française aux élections européennes », sur slate.fr, (consulté le 31 mai 2019)
  24. France Info, « Principaux candidats, programmes : on vous en dit plus sur les 33 listes en lice pour les européennes », sur francetvinfo.fr, (consulté le 30 mai 2019)
  25. Paris-Normandie, « Européennes 2019 : liste par liste, qui sont les 75 candidats de Normandie ? », sur Paris-Normandie.fr, (consulté le 30 mai 2019)
  26. a b et c Maxence Lambrecq, « Du jamais vu : deux listes anti-islam pour les élections européennes en France », sur France Inter, (consulté le 31 mai 2019)
  27. « Résultats des élections européennes 2019 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 30 mai 2019).
  28. « La Dissidence française cesse l’ensemble de ses activités », sur Dissidence française, (consulté le 1er août 2020).
  29. Jacques Munier, « La nébuleuse frontiste », sur France Culture, (consulté le 21 février 2021).
  30. Alexandre Boudet, « Le programme pour les européennes de chaque liste en cinq points », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 31 mai 2019)
  31. Vincent Michelon, « Européennes : pirates, écologistes, animalistes, identitaires, fédéralistes... à chaque cause sa petite liste », sur lci.fr, (consulté le 31 mai 2019)
  32. Damien Cottin, « Européennes : comment le Rassemblement national a abandonné l’idée du Frexit », sur LeMonde.fr, (consulté le 31 mai 2019)
  33. David Henry, « Bruyères. Le leader d'un parti d'ultra-droite invité discrètement à une conférence-débat », sur Vosges Matin (consulté le 8 mai 2020)
  34. Cédric Nithard, « Montpellier : mobilisation antifasciste contre le rassemblement de la Ligue du Midi », sur Métropolitain, Actu.fr, (consulté le 22 février 2021).
  35. François Vercelletto, « Ils sont candidats aux élections européennes : nationalistes, identitaires... et divisés », sur Ouest-France, (consulté le 31 mai 2019).
  36. Jean-Paul Gautier, « Les extrêmes droites en France: De 1945 à nos jours », sur books.google.fr, (consulté le 31 mai 2019)
  37. Présent, « Un été dans la réacosphère : entretien avec Vincent Vauclin », sur Present.fr, (consulté le 31 mai 2019)
  38. Pierre Birnbaum, « Sur un nouveau moment antisémite - Jour de colère », sur fayard.fr, (consulté le 29 octobre 2018)
  39. Jean-Yves Camus, « La ligne claire et Dissidence Française : mais que veulent vraiment les listes d’extrême droite aux européennes ? », sur atlantico.fr, (consulté le 31 mai 2019)
  40. Jean-Yves Camus, « L’EXTRÊME DROITE AUX ÉLECTIONS EUROPÉENNES : LE JEU DES SEPT FAMILLES », sur jean-jaures.org, (consulté le 31 mai 2019)
  41. « La Dissidence Française rejoint l'APF », sur la-dissidence.org (consulté le 6 septembre 2019)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Dissidence française
Listen to this article