Efstáthios Tavlarídis - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Efstáthios Tavlarídis.

Efstáthios Tavlarídis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Státhis Tavlarídis
Biographie
Nom Efstáthios Tavlarídis
Nationalité
Grec
Naissance (40 ans)
Lieu Serrès (Grèce)
Taille 1,86 m (6 1)
Période pro. 1997-2017
Poste Défenseur central
Pied fort Droit
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1997-2001
Iraklis Thessalonique
064 0(1)
2001-2004
Arsenal FC
008 0(0)
2003
Portsmouth
006 0(0)
2004
LOSC Lille
017 0(0)
2004-2007
LOSC Lille
107 0(3)
2007-2010
AS Saint-Étienne
074 0(0)
2010-2011
AEL Larissa
026 0(0)
2011-2012
OFI Crète
029 0(1)
2012-2014
Atromitos FC
072 0(7)
2014-2016
Panathinaïkos
048 0(4)
2016-2017
Aris Salonique FC
015 0(1)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1996
Grèce -17 ans
2001-2002
Grèce espoirs
2005-2015
Grèce
003 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).
Dernière mise à jour : 3 janvier 2019

Efstáthios Tavlarídis (en grec : Ευστάθιος Ταυλαρίδης), souvent appelé Státhis Tavlarídis (Στάθης Ταυλαρίδης), né le 25 janvier 1980 à Serrès (Macédoine-Centrale), est un footballeur international grec.

Biographie

Jeunesse et formation

En mai 1996, Tavlarídis participe au Championnat d'Europe des moins de 16 ans[1] dont la Grèce termine quatrième.

Espoir grec de l'Iraklis (1997-2001)

À 17 ans, Tavlarídis débute en professionnel à l'Iraklis Thessalonique.

Aligné dès ses 17 ans avec son club formateur de l'Iraklis Thessalonique, Stathis Tavlarídis tape dans l'œil d'Arsène Wenger alors qu'il n'a que 21 ans, lors d'un match entre les équipes nationales espoirs de Grèce et d'Angleterre. Dix jours de mise à l'essai avec les Gunners où il impressionne tout le monde, et voilà la première recrue grecque des Canonniers, avec un contrat de quatre ans à la clef[2].

Départ précoce pour Arsenal (2001-2004)

Mais le jeune Grec ne peut exprimer son talent que durant huit rencontres durant son passage à Londres, dont la majorité en Coupes. Évincé de la défense centrale par Kolo Touré et Sol Campbell, il joue son premier match avec les Gunners à Blackburn et une défaite 4-0[3] en cinquième tour de Coupe de la Ligue, le 11 décembre 2001[2].

En mai 2002, Efstáthios Tavlarídis participe au Championnat d'Europe espoirs avec la Grèce et est titulaire ors de deux des trois matchs de l'équipe[4].

Tavlarídis joue son seul match de Premier League le 1er mai 2003. Ce jour-là, Arsenal affronte Southampton pour le compte de la 37e journée. À la 75e minute de jeu, Arsène Wenger jette Efstáthios dans le grand bain en remplacement d'Oleg Luzhny. Les Gunners sont d'ores et déjà assurés de finir deuxième du championnat et mènent 6-1 depuis bientôt trente minutes. En quinze minutes, le Grec n'a rien à faire sauf quelques passes à Igor Stepanovs, son coéquipier de la défense centrale. Il reprend ensuite sa place dans les tribunes pour le dernier match de championnat[2].

Lors de la saison 2003-2004, il part en prêt au LOSC Lille pour gagner du temps de jeu et se refaire une place dans les plans d'Otto Rehhagel en sélection nationale. Pendant ce temps-là, Arsenal remporte la Premier League sans perdre aucun match. Le Grec ne fait donc pas partie des Invincibles et laisse filer un titre de champion d'Angleterre. De plus, Stathis n'a pas convaincu le sélectionneur de la Grèce, qui part gagner l'Euro 2004 sans lui[2].

Coupe d'Europe et international avec Lille (2004-2007)

Prêté à Portsmouth pour six mois, il est ensuite prêté au LOSC Lille. Son premier match contre le PSG, le 10 janvier 2004, n'est pas facile pour lui puisque malgré un bon travail défensif il marque un but contre son camp.

En juillet 2004, Stathis Tavlaridis ne peut participer à la Coupe Intertoto 2004, retenu par des obligations militaires[5].

En mai 2005, pour pallier l'absence de Traianos Dellas, le sélectionneur Otto Rehhagel fait appel au défenseur du LOSC pour la première fois[6]. Tavlarídis fête sa première sélection le 19 juin 2005. Il prend part à la défaite de la Grèce face au Japon, 0-1 à Francfort, lors de la Coupe des confédérations 2005[7].

À la fin de la saison 2006-2007, Efstáthios Tavlarídis souhaite changer d'air et l'Olympique de Marseille pense à lui[8]. Il dispute au total 93 matches en Ligue 1 et marque deux buts avec les Dogues.

Poursuite à Saint-Étienne (2007-2010)

Efstathios Tavlaridis, en contact avec plusieurs clubs européens, s'engage finalement avec l'AS Saint-Etienne pour trois saisons. « J'ai pris la décision de quitter Lille, déclare-t-il sur le site officiel de l'ASSE. Pour moi, rejoindre Saint-Etienne représente une progression. J'estime que l'ASSE est un plus grand club que le LOSC. L'ASSE est une grosse bête endormie et je veux participer à son réveil ». Le joueur, après trois saisons et demies dans le Nord, retrouve Laurent Roussey, qui était l'adjoint de Claude Puel à Lille au moment de son arrivée en France, « un argument déterminant » d'après le joueur[9]. Il reconnaît peu après son arrivée que l'influence de son père a beaucoup compté. En effet, ce dernier, fan de Michel Platini a toujours rêvé que son fils, revête le même maillot. Les présences conjuguées de Roussey, Geoffrey Dernis et Christophe Landrin furent également très importante dans sa décision finale.

Lors de la saison 2007-2008, il est titulaire indiscutable au sein de la défense forézienne et forme une charnière redoutée avec le Sénégalais Bayal Sall. Le club termine à la cinquième place et se qualifie pour la Coupe de l'UEFA. Státhis aura joué pas moins de 34 matchs en championnat cette saison-là.

En 2008-2009, les Verts connaissent un début de saison plus compliqué et Státhis est souvent victime de petites blessures qui le freinent dans l'optique de retrouver son meilleur niveau. Laurent Roussey, débarqué fin 2008, Alain Perrin le remplace. Loïc Perrin, le capitaine officiel, est blessé, et Alain Perrin décide de faire de Státhis son vice-capitaine.

En décembre 2009 et l'arrivée de Christophe Galtier sur le banc stéphanois, Tavlaridis, en qui Alain Perrin ne croyait plus, est relancé par le nouveau coach mais se fait exclure au bout de sept minutes de jeu[10]. Le mois suivant, lors du mercato hivernal, Roland Romeyer, le président du directoire de l'AS Saint-Étienne, déclare qu'une porte de sortie est également cherchée pour le défenseur grec[11]. Longtemps annoncé partant, le défenseur grec reste finalement dans le Forez. Galtier déclare : « Il ne veut plus partir, donc il fait partie intégrante du groupe »[12].

En avril 2010, aligné à seulement six reprises en Ligue 1, Stathis Tavlaridis décide de quitter l'AS Saint-Étienne à la fin de saison. À 30 ans, le défenseur grec s'engage pour les quatre prochaines saisons avec l'AEL Larissa[13].

Retour en Grèce puis en sélection (depuis 2010)

Il signe le 26 août 2011 à l'OFI Crète[14].

En décembre 2014, Tavlaridis rejoint le Panathinaïkos pour un an et demi[15]. Il a alors joué 55 matches (4 buts) lors des deux dernières saisons pour l'Atromitos FC[16].

Style de jeu

Il joue au poste de défenseur et il est considéré comme un arrière central fort et robuste.

En décembre 2007, Tavlarídis figure dans le trio de tête des « bad boys » de Ligue 1 désignés par soixante joueurs professionnels consultés par le quotidien Le Parisien, avec les défenseurs niçois Cyril Rool et bordelais Franck Jurietti[17].

Statistiques

Le tableau ci-dessous illustre les statistiques de la carrière professionnelle d'Efstáthios Tavlarídis[7],[18],[19],[20].

Statistiques de Efstáthios Tavlarídis au 30 juin 2016
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Compétition(s)
continentale(s)
Grèce
Total
Division M B M B M B C M B M B M B
1997-1998
Iraklis Thessalonique
D1 2 0 - - - - - - - - - 2 0
1998-1999
Iraklis Thessalonique
D1 12 1 - - - - - - - - - 12 1
1999-2000
Iraklis Thessalonique
D1 23 0 - - - - - - - - - 23 0
2000-2001
Iraklis Thessalonique
D1 27 0 - - - - - - - - - 27 0
Sous-total 64 1 0 0 0 0 - 0 0 0 0 64 1
2001-2002
Arsenal FC
PL - - 3 0 - - - - - - - 3 0
2002-2003
Arsenal FC
PL - - 1 0 - - - - - - - 1 0
janv-mai 2003
Portsmouth FC
(prêt)
D2 5 0 1 0 - - - - - - - 6 0
mai 2003
Arsenal FC
PL 1 0 - - - - - - - - - 1 0
2003-2004
Arsenal FC
PL - - - - 3 0 - - - - - 3 0
Sous-total 1 0 4 0 3 0 - 0 0 0 0 8 0
2004
LOSC Lille
(prêt)
Ligue 1 16 0 1 0 - - - - - - - 17 0
2004-2005
LOSC Lille
Ligue 1 30 0 2 0 - - C3 9 0 2 0 43 0
2005-2006
LOSC Lille
Ligue 1 26 1 1 1 1 0 C1+C3 4+3 0 - - 35 2
2006-2007
LOSC Lille
Ligue 1 21 1 2 0 1 0 C1 7 0 - - 31 1
Sous-total 93 2 6 1 2 0 - 23 0 2 0 126 3
2007-2008
AS Saint-Étienne
Ligue 1 34 0 1 0 1 0 - - - - - 36 0
2008-2009
AS Saint-Étienne
Ligue 1 24 0 - - - - C3 7 0 - - 31 0
2009-2010
AS Saint-Étienne
Ligue 1 6 0 - - 1 0 - - - - - 7 0
Sous-total 64 0 1 0 2 0 - 7 0 0 0 74 0
2010-2011
AEL Larissa
D1 24 0 2 0 - - - - - - - 26 0
2011-2012
OFI Crète
D1 25 0 4 1 - - - - - - - 29 1
2012-2013
Atromitos FC
D1 21 1 1 0 - - - - - - - 22 1
2013-2014
Atromitos FC
D1 30 3 6 2 - - C3 1 0 - - 37 5
2014-2015
Atromitos FC
D1 10 0 1 0 - - C3 2 1 - - 13 1
Sous-total 61 4 8 2 0 0 - 3 1 0 0 72 7
2015
Panathinaïkos
D1 15 1 7 1 - - - - - 1 0 23 2
2015-2016
Panathinaïkos
D1 16 1 6 1 - - C3 4 0 - - 26 2
Sous-total 31 2 13 2 0 0 - 4 0 1 0 49 4
Total sur la carrière 368 9 39 6 7 0 - 37 1 3 0 454 16

Palmarès

Notes et références

  1. « Fiche d’Efstáthios Tavlarídis », sur UEFA.com
  2. a b c et d « Le jour où Tavlarídis a joué pour Arsenal », sur sofoot.com, (consulté le 15 octobre 2015)
  3. (en) « Stathis Tavlaridis », sur arsenal.com (consulté le 13 octobre 2015)
  4. (en) « European U-21 Championship 2002 - Final Tournament Details », sur rsssf.com, (consulté le 15 octobre 2015)
  5. « Vitakic enfin au LOSC », sur uefa.com, (consulté le 15 octobre 2015)
  6. « Dellas forfait, Tavlaridis retenu », sur uefa.com, (consulté le 15 octobre 2015)
  7. a et b « Fiche d’Efstáthios Tavlarídis », sur L'Équipe.fr
  8. « L'OM tenté par Yepes ? », sur lequipe.fr, (consulté le 15 octobre 2015)
  9. « Tavlaridis à Saint-Etienne », sur lequipe.fr, (consulté le 15 octobre 2015)
  10. « Bordeaux, l'automne avant le printemps ? », sur lequipe.fr, (consulté le 15 octobre 2015)
  11. « Romeyer fait le point », sur lequipe.fr, (consulté le 15 octobre 2015)
  12. « Galtier : «Bocanegra ou rien» », sur lequipe.fr, (consulté le 15 octobre 2015)
  13. « Tavlaridis va rentrer au pays », sur lequipe.fr, (consulté le 15 octobre 2015)
  14. Et revoilà Efstáthios Tavlarídis !
  15. « Atromitos: Katsouranis in, Tavlaridis out », sur lequipe.fr, (consulté le 15 octobre 2015)
  16. « Tavlaridis rejoint le Panathinaikos », sur fifa.com, (consulté le 15 octobre 2015)
  17. « Cyril Rool : «Trop de chichis» », sur lequipe.fr, (consulté le 15 octobre 2015)
  18. « Fiche d’Efstáthios Tavlarídis », sur footballdatabase.eu
  19. « Efstáthios Tavlarídis », sur lfp.fr (consulté le 13 octobre 2015)
  20. (en) « Státhis Tavlarídis », sur superleaguegreece.net (consulté le 15 octobre 2015)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Efstáthios Tavlarídis
Listen to this article