Eva Rechel-Mertens - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Eva Rechel-Mertens.

Eva Rechel-Mertens

Eva Rechel-Mertens
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
HeidelbergVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Eva MertensVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Georg Rechel (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Directeur de thèse
Distinctions
Archives conservées par

Eva Rechel-Mertens (née Eva Mertens le à Perleberg et décédée le à Heidelberg) est une philologue et traductrice allemande.

Biographie

Eva Rechel-Mertens a grandi à Francfort-sur-l'Oder[1] et a étudié la philologie romane, l'allemand et l'anglais[2] dans les universités de Berlin et de Marbourg. En 1925, elle prépare sa thèse de philosophie sous la direction de Ernst Robert Curtius[3] à Marbourg, thèse qui a pour titre Balzac et les beaux-arts. De 1930 à 1955, elle travaille comme assistante de Curtius au séminaire d'études romanes à l'Université de Bonn ainsi que parfois en tant que lectrice à l'Université de Heidelberg. En parallèle elle publie des traductions du français depuis la fin des années 1920. En 1938, elle épouse l'ingénieur Georg Rechel.

Eva Rechel-Mertens s'est surtout distinguée par ses traductions d'œuvres de Balzac, Roger Martin du Gard, Julien Green, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir. Elle traduit des œuvres de Federico Fellini de l'italien. Son œuvre majeure est la traduction de À la recherche du temps perdu de Proust, commencée en 1953, achevée en seulement quatre ans et publiée par la maison d'édition Suhrkamp en 1957. Les précédentes traductions allemandes du roman de Proust n'avaient pu être conduites à leur terme. Une première traduction de Rudolf Schottlaender en 1926 par la maison d'édition Schmiede a été violemment critiquée par Curtius, ce qui - sous la pression de l'éditeur français ainsi que celle de l'ambassadeur de France - a poussé les éditions Schmiede, puis par la suite les éditions Piper qui avaient repris les droits de traduction de Schmiede, à engager d'autres traducteurs (Walter Benjamin, Franz Hessel). Les premiers tomes paraissent, mais le projet de traduction est interrompu par l'exil de Benjamin à la suite de l'accession des nationaux-socialistes au pouvoir. Ce n'est qu'en 1953 que l'éditeur Suhrkamp fait une nouvelle tentative et choisit l'étudiante de Curtius Eva Rechel-Mertens. Sa traduction a été largement saluée[4], également par Curtius, qui a pu suivre pour la majeure partie la publication avant son décès.

Eva Rechel-Mertens a reçu le Prix de la critique allemande (Deutscher Kritikerpreis) en 1957 et le Prix Johann-Heinrich-Voß pour la traduction en 1966. Ses œuvres sont conservées aux Archives littéraires allemandes de Marbach.

Publications

  • Balzac et les beaux-arts, Marbourg, 1925 (sous le nom d'Eva Rechel, thèse)
Traductions
  • Honoré de Balzac : Eine dunkle Affäre (Une ténébreuse affaire), Zurich 1968 (sous le nom d'Eva Rechel)
  • Honoré de Balzac : Meisternovellen, Zurich 1953
  • François-Régis Bastide : Mariannosch (Flora d'Amsterdam), Wurtzbourg 1958
  • Simone de Beauvoir : Alle Menschen sind sterblich (Tous les hommes sont mortels), Stuttgart 1949
  • Simone de Beauvoir : Alles in allem (Tout compte fait), Reinbek 1974
  • Simone de Beauvoir : Das andere Geschlecht (Le deuxième Sexe), Hambourg 1951 (traduit avec Fritz Montfort)
  • Simone de Beauvoir : Memoiren einer Tochter aus gutem Hause (Mémoires d'une jeune fille rangée), Reinbek 1960
  • Simone de Beauvoir : Sie kam und blieb (L'invitée), Hambourg 1953
  • Marthe Bibesco : Begegnung mit Marcel Proust (Rencontre avec Marcel Proust), Francfort-sur-le-Main 1972
  • Albert Camus : Der glückliche Tod (La mort heureuse), Reinbek 1972
  • Benjamin Constant : Benjamin Constant, Berlin
  • Gustave Flaubert : Drei Erzählungen (Trois Contes), Zürich 1966
  • Marie Gevers : Das Blumenjahr (L'herbier légendaire), Bamberg 1955
  • Marie Gevers : Die Deichgräfin (La Comtesse des digues), Leipzig 1936 (sous le nom de Eva Mertens)
  • Marie Gevers : Die glückhafte Reise (Le voyage de frère Jean), Leipzig 1937 (sous le nom de Eva Mertens)
  • Marie Gevers : Hohe Düne (Château de l'Ouest), Bamberg 1951
  • Marie Gevers : Die Lebenslinie (La Ligne de vie), Leipzig 1938 (sous le nom de Eva Mertens)
  • Marie Gevers : Versöhnung (Paix sur les champs), Leipzig 1943
  • Arthur de Gobineau : Die Plejaden (Les Pléiades), Zürich 1964
  • Pierre Goubert : Ludwig XIV. und zwanzig Millionen Franzosen (Louis quatorze et vingt millions de français), Berlin 1973
  • Julien Green : Adrienne Mesurat, Köln 1965
  • Julien Green : Aufbruch vor Tag (Partir avant le jour), Köln 1964
  • Julien Green : Fernes Land (Terre lointaine), Köln 1966
  • Julien Green : Junge Jahre (Jeunes années), Köln 1986
  • Julien Green : Leviathan, Köln 1963
  • Julien Green : Mont-Cinère, Köln 1972
  • Julien Green : Die Nacht der Phantome (La nuit des fantômes), München 1975
  • Julien Green : Tausend offene Wege (Mille Chemins ouverts), Köln 1965
  • Julien Green : Treibgut (Epaves), Köln 1967
  • Jean-Edern Hallier : Der zuerst schläft, weckt den anderen (Le premier qui dort réveille l'autre), Frankfurt am Main 1980
  • Roger Hauert : Carl Schuricht, Genf 1955
  • Roger Hauert : Edwin Fischer, Genf 1955
  • Roger Hauert : Walter Gieseking, Genf 1954
  • Roger Hauert : Wilhelm Furtwängler, Genf 1954
  • Roger Hauert : Wilhelm Kempff, Genf 1954
  • Alfred Kern : Der Clown (Le clown), Reinbek 1962
  • Alfred Kern : Das zerbrechliche Glück (Le bonheur fragile), Reinbek 1964
  • Eugène Labiche : Ein Florentinerhut (Un chapeau de paille d'Italie), Reinbek 1968
  • Roger Martin du Gard : Enge Verhältnisse (contient 2 nouvelles : La confidence africaine et Vieille France), Wien 1963 (avec la collaboration de Christoph Schwerin)
  • Roger Martin du Gard : Jean Barois, Wien 1930 (sous le nom de Eva Mertens)
  • Roger Martin du Gard : Kleine Welt (Vieille France), Berlin 1935 (sous le nom de Eva Mertens)
  • Roger Martin du Gard : Die Thibaults (Les Thibault), Wien (sous le nom de Eva Mertens)
  • Claude Mauriac : Marcel Proust in Selbstzeugnissen und Bilddokumenten (Marcel Proust par lui-même), Hamburg 1958
  • François Mauriac : De Gaulle, Berlin 1965
  • Gérard de Nerval : Aurelia und andere Erzählungen, Zürich 1960 (sous le nom de Eva Rechel)
  • Marcel Proust : Auf der Suche nach der verlorenen Zeit (À la recherche du temps perdu), Frankfurt
    1. In Swanns Welt (Du côté de chez Swann), 1953
    2. Im Schatten junger Mädchenblüte (À l'ombre des jeunes filles en fleur), 1954
    3. Die Welt der Guermantes (Le côté de Guermantes), 1955
    4. Sodom und Gomorra (Sodome et Gomorrhe), 1955
    5. Die Gefangene (La prisonnière), 1956
    6. Die Entflohene (Albertine disparue), 1957
    7. Die wiedergefundene Zeit (Le temps retrouvé), 1957
  • Marcel Proust : Jean Santeuil, 2 Bde. Frankfurt 1965
  • Yves Régnier : Besuch bei Jeanne, Würzburg 1962
  • Luce Rigaux : Spiegelspiele, Würzburg 1959
  • Angelo Rinaldi : Les dames de France, Frankfurt am Main 1979
  • Jean-Paul Sartre : Die Fliegen. Die schmutzigen Hände, Reinbek 1961 (avec la collaboration de Gritta Baerlocher)
  • Jean-Paul Sartre : Der Teufel und der liebe Gott, Hamburg 1951
  • Claude Simon : Der Wind, München 1959
  • Stendhal : Die Cenci und andere Erzählungen, Zürich 1961
  • Stendhal : Novellen, Leipzig 1975 (avec la collaboration de Reinhard Kilbel)
  • Über Molière, Zürich 1973
  • Jules Verne : Das erstaunliche Abenteuer der Expedition Barsac, Zürich 1978
  • Pierre Viénot : Ungewisses Deutschland, Frankfurt 1931 (sous le nom de Eva Mertens)
  • Francis Walder : Die Unterhändler, Würzburg 1959
  • Émile Zola : Madame Sourdis, Berlin 1960 (sous le nom de Eva Rechel)

Notes et références

  1. Eta Harich-Schneider, Charaktere und Katastrophen, Ullstein 1978
  2. Kurzbiografie in Lebende Sprachen, Band 11/12, 1966, S. 136
  3. Der Spiegel 4/1958 Proust. Aus dem Gedächtnis, zum Erscheinen der Proust Übersetzung von Rechel-Mertens
  4. Aber auch kritisiert, so von Walter Boehlich und Peter Szondi. Friedmar Apel Der wasserdichte Abendanzug, FAZ, 8. Februar 1997, zu dem Erscheinen einer auf Rechel-Mertens beruhenden Neubearbeitung von Luzius Keller, und von Nathalie Mälzer Proust oder ähnlich. Proust-Übersetzung in Deutschland, Verlag Das Arsenal, Berlin 1996
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Eva Rechel-Mertens
Listen to this article