Festival de Cannes 1997 - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Festival de Cannes 1997.

Festival de Cannes 1997

Festival de Cannes 1997

Isabelle Adjani, présidente du jury 1997.
50e Festival de Cannes
Détails
Dates du
au
Lieu Palais des festivals, Cannes
France
Président du jury Isabelle Adjani
Film d'ouverture Le Cinquième Élément
Film de clôture Les Pleins Pouvoirs
Site web http://www.festival-cannes.com
Résumé
Palme d’or L'Anguille (ex æquo)
Le Goût de la cerise (ex æquo)
Grand prix De beaux lendemains
Prix du jury Western
Chronologie

La 50e édition du Festival de Cannes a lieu du 7 au . La maîtresse de cérémonie fut l'actrice française Jeanne Moreau. Exceptionnellement, une Palme des Palmes a été décernée par tous les réalisateurs palmés vivants lors de la soirée d'ouverture. Ingmar Bergman en fut le récipiendaire.

Déroulement et faits marquants

Délibérations du jury

Dans le chapitre qu'il consacre à la 50e édition dans ses mémoires, La Vie passera comme un rêve, Gilles Jacob, à l'époque délégué général du Festival de Cannes, explique l'influence déterminante de Nanni Moretti sur le choix de la Palme d'or[1]. Cette année-là, Isabelle Adjani souhaite que son jury assiste groupé aux projections afin d'éviter les clans[2]. Elle exige par ailleurs une délibération après chaque séance et désire rester la maîtresse de l'emploi du temps collectif, également pour l'horaire et le choix des repas[2]. En conséquence, elle rencontre l'hostilité des autres jurés nonobstant un excellent discernement sur les films, selon l'avis de Gilles Jacob[3]. Pour l'ultime délibération, à la villa Domergue, Nanni Moretti soutient avec insistance Le Goût de la cerise d'Abbas Kiarostami[1]. Cependant, le vote préliminaire est clairement en faveur d'une Palme indiscutable à L'Anguille de Shōhei Imamura, déjà lauréat de cette récompense pour La Ballade de Narayama. Par le biais d'une argumentation efficace, Moretti convainc progressivement les autres jurés d'accepter le principe d'égalité pour le film iranien[4]. Au second vote indicatif, Le Goût de la cerise passe de la seule voix de Moretti à cinq voix. D'autre part, tous les jurés savent qu'Isabelle Adjani souhaite que la Palme aille à De beaux lendemains du Canadien Atom Egoyan. Moretti et elle s'entendent pour faire accepter l'idée d'une Palme d'or ex-æquo ce qu'interdit le règlement. Gilles Jacob accorde alors une dérogation exceptionnelle, pensant que le film d'Imamura n'est « pas son meilleur » et que donner la Palme à ce seul long métrage serait mal vu par la presse[1]. Jacob explique plus tard que c'est paradoxalement ce choix qui lui sera reproché car « couper la Palme en deux affaiblit sa portée »[1].

Adjani pense, en faisant cette demande, que l'autre demi-palme ira à Atom Egoyan et que Moretti l'appuiera[1]. Mais une fois que la Palme est acquise pour Le Goût de la cerise, le cinéaste porte son second vote sur L'Anguille qui l'emporte très largement. Devant ce résultat incontestable, De beaux lendemains ne reçoit que le Grand prix du jury ce qui déclenche la colère de la présidente[4]. Adjani, dans les interviews qui suivent le festival, qualifie Moretti de « Machiavel[1] ». Cette année-là, la comédienne est aussi en conflit ouvert avec Mike Leigh[1]. Ils s'entendent néanmoins pour faire attribuer le Prix d'interprétation féminine à Kathy Burke pour Ne pas avaler de Gary Oldman[2]. Dans un entretien accordé au Journal du dimanche, Adjani le traite de « nain de jardin »[2]. Moretti est également en profond désaccord avec Leigh[1]. À noter que Tim Burton, juré cette année-là, présidera le jury de la 63e édition cannoise et Moretti, celui du 65e Festival. Alors que le cinéaste italien avait affirmé qu'il ne serrerait jamais la main de l'auteur de Funny Games (en compétition) qui l'avait profondément choqué, il attribue avec ses jurés la Palme d'or à Amour du même réalisateur[5]. Ironie de l'histoire, Kiarostami, en compétition la même année qu'Amour avec Like Someone in Love, repartira bredouille.

Remise la Palme d'or

Abbas Kiarostami scandalise les autorités iraniennes pour s'être laissé embrasser par une femme en public, Catherine Deneuve, qui lui remettait la Palme d'or.

Palme des palmes

À l'occasion du cinquantenaire du festival, en ouverture, une Palme des palmes est décernée au cinéaste suédois Ingmar Bergman par tous les lauréats de la Palme d'or présents à Cannes. Sa fille, Linn Ullmann, vient chercher le prix qui lui est remis par sa mère, l'actrice Liv Ullmann[6].

Jurys

Constitution

Alors qu'elle avait décliné la proposition de présider le jury en 1990, ne s'estimant pas prête, Isabelle Adjani accepte d'être la présidente de la 50e édition. Elle demande néanmoins au Festival d'être consultée sur la composition du jury. Elle exprime aussi le souhait que le jury soit « jeune » et constitué uniquement d'artistes. Elle donne son accord pour que Patrice Chéreau soit écarté d'emblée, jugé par la direction trop proche d'elle depuis La Reine Margot. Comme metteur en scène de théâtre et d'opéra et réalisateur de films, le Suisse Luc Bondy est choisi à sa place. Plusieurs artistes envisagés ne peuvent participer à l'édition, car indisponibles à l'instar d'Emma Thompson et Ralph Fiennes. Kristin Scott-Thomas donne un accord de principe mais souhaite tenir le premier rôle de L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux de Robert Redford pour lequel elle est pressentie (Elle sera néanmoins membre du jury en 2000). Elle fait part de la proposition du Festival au réalisateur qui décide de l'engager. Arnaud Desplechin accepte puis se désiste[7] (Il sera néanmoins membre du jury en 2016). Jodie Foster refuse, souhaitant uniquement présider le jury[7] (poste qu'elle acceptera un temps en 2001 avant de se désister de nouveau pour participer à Panic Room de David Fincher). Paul Auster suggère la participation de Michael Ondaatje, l'auteur de L'Homme flambé dont Le Patient anglais est adapté. Tim Burton, Mike Leigh, Gong Li et Nanni Moretti se rendent disponibles. Comme il manque un nom français, le danseur étoile Patrick Dupond est sollicité. Mira Sorvino termine un film le jour de l'ouverture du festival. Mais elle souhaite vivement participer au jury et accepte la proposition qui lui est faite[7].

Compétition

Caméra d'or

Sélection

Sélection officielle

Compétition

La sélection officielle en compétition se compose de 20 films[8] :

Titre Réalisation Pays Distribution
Assassin(s) Mathieu Kassovitz
France
Michel Serrault, Mathieu Kassovitz
Funny Games Michael Haneke
Autriche
Susanne Lothar, Ulrich Mühe, Arno Frisch, Frank Giering
Happy Together Wong Kar-wai
Hong Kong
Leslie Cheung, Tony Leung Chiu-wai
Le Prince de Hombourg Marco Bellocchio
Italie
Andrea Di Stefano, Barbora Bobulova, Toni Bertorelli
Kini et Adams Idrissa Ouedraogo
Burkina Faso
Vusi Kunene, David Mohloki
L.A. Confidential Curtis Hanson
États-Unis
Kevin Spacey, Russell Crowe, Guy Pearce, Kim Basinger
La Femme défendue Philippe Harel
France
Isabelle Carré, Philippe Harel
La Trêve Francesco Rosi
Italie
John Turturro, Rade Serbedzija
Ne pas avaler (en compétition pour la Caméra d'or) Gary Oldman
Royaume-Uni
Ray Winstone, Kathy Burke
She's So Lovely Nick Cassavetes
États-Unis
Sean Penn, Robin Wright, John Travolta, James Gandolfini
Le Goût de la cerise Abbas Kiarostami
Iran
Homayun Ershadi, Abdolrahman Bagheri
The Brave (en compétition pour la Caméra d'or) Johnny Depp
États-Unis
Johnny Depp, Marlon Brando
The End of Violence Wim Wenders
États-Unis
Bill Pullman, Andie MacDowell, Gabriel Byrne
Ice Storm Ang Lee
États-Unis
Kevin Kline, Joan Allen, Sigourney Weaver, Henry Czerny
Le Baiser du serpent (en compétition pour la Caméra d'or) Philippe Rousselot
Royaume-Uni
Ewan McGregor, Greta Scacchi, Pete Postlethwaite, Richard E. Grant
De beaux lendemains Atom Egoyan
Canada
Ian Holm, Caerthan Banks, Sarah Polley
Le Puits (en compétition pour la Caméra d'or) Samantha Lang
Australie
Pamela Rabe, Miranda Otto
L'Anguille Shōhei Imamura
Japon
Kôji Yakusho, Misa Shimizu
Bienvenue à Sarajevo Michael Winterbottom
Royaume-Uni
Stephen Dillane, Woody Harrelson, Marisa Tomei
Western Manuel Poirier
France
Sergi López, Sacha Bourdo, Élisabeth Vitali

Un certain regard

La section Un certain regard comprend 22 films[9] :

Film Réalisateur Pays
12 Storeys (Shier lou) Eric Khoo
Singapour
A,B,C… Manhattan Amir Naderi
Iran
Le Voyage d'une montre (Akrebin Yolculuğu) Ömer Kavur
Turquie
Américain impekable (American Perfekt) Paul Chart
États-Unis
Le Frère (Брат, Brat) Alekseï Balabanov
Russie
Derrière la cité interdite (东宫西宫, Dōng gōng xī gōng) Zhang Yuan
Chine
Entretiens privés (Enskilda samtal) Liv Ullmann
Suède
Gudia Goutam Ghose
Inde
Histoire(s) du cinéma Jean-Luc Godard
France
En compagnie des hommes (In the Company of Men) Neil LaBute
États-Unis
/
Canada
Inside/Out Rob Tregenza
États-Unis
L'Écho du vent en moi (court-métrage) Jeon Soo-il
Corée du Sud
La Bonne Étoile (La Buena Estrella) Ricardo Franco
Espagne
La Cruz Alejandro Agresti
Argentine
Amour et mort à Long Island (Love and Death on Long Island) Richard Kwietniowski
Royaume-Uni
/
Canada
Marcello Mastroianni: mi ricordo, sì, io mi ricordo Anna Maria Tatò
Italie
Marius et Jeannette Robert Guédiguian
France
La Dame de Windsor (Mrs. Brown) John Madden
Royaume-Uni
/
États-Unis
Post coïtum animal triste Brigitte Roüan
France
Sunday Jonathan Nossiter
États-Unis
A Casa Šarūnas Bartas
Lituanie
Witman Fiuk János Szász
Hongrie

Hors compétition

Séances spéciales

Film Réalisateur Pays
Ghosts Stan Winston
États-Unis
Hamlet Kenneth Branagh
États-Unis
Royaume-Uni
Nirvana Gabriele Salvatores
Italie
The Blackout Abel Ferrara
États-Unis

Courts métrages

Film Réalisateur Pays
Birdhouse Richard C. Zimmerman
Camera Obscura Stefano Arduino
Final Cut Justin Case
Is It the Design on the Wrapper? (Est-ce à cause du dessin sur l'emballage ?) Tessa Sheridan
Joe Sasha Wolf
Leonie Lieven Debrauwer
Les Vacances Emmanuelle Bercot
Makom Tov (Le Bon Endroit) Ayelet Bargur
Over the Rainbow Alexandre Aja
Quasi niente (Presque rien) Ursula Ferrara
Rubicon Gil Alkabetz

Quinzaine des réalisateurs

Film Réalisateur Pays
Buud Yam Gaston Jean-Marie Kaboré
Burkina Faso
Cosmos Film à sketchs[10]
Canada
Dakan Mohamed Camara
Guinée
France
Il bagno turco - Hamam (Hammam, le bain turc) Ferzan Ozpetek
Italie
Turquie
J'ai horreur de l'amour Laurence Ferreira Barbosa
France
Kicked In The Head (en) Matthew Harrison
États-Unis
Kisses Lynne Stopkewich
Irlande
L'Autre Côté de la mer Dominique Cabrera
France
La Buena vida David Trueba
Espagne
La Vie de Jésus Bruno Dumont
France
Courts métrages
Liberté chérie Jean-Luc Gaget
France
Ma 6-T va crack-er Jean-François Richet
France
Ma vie en rose Alain Berliner
Belgique
Suzaku (Moe No Suzaku) Naomi Kawase
Japon
Murmur of Youth Lin Cheng-sheng
Taïwan
My Son the Fanatic Udayan Prasad
États-Unis
Priatiel Pakoinika Viatcheslav Krichtofovitch
Ukraine
Savrseni Krug (Le Cercle parfait) Ademir Kenović
Bosnie-Herzégovine
Sinon, oui Claire Simon
France
Soyons amis ! Thomas Bardinet
France
Taafe Fanga (Le pouvoir du pagne) Adama Drabo
Mali
Taxi de nuit Marco Castilla
France

Semaine de la critique

Film Réalisateur Pays
Longs-métrages
Junk Mail (Budbringeren) Pål Sletaune
Norvège
Faraw ! Abdoulaye Ascofaré
Mali
Liens secrets (This World, Then the Fireworks) Michael Oblowitz
États-Unis
Mains fortes (Le Mani forti) Franco Bernini
Italie
Karakter Mike van Diem
Pays-Bas
Bent Sean Mathias
Royaume-Uni
Insomnia Erik Skjoldbjærg
Norvège
Courts-métrages
Le Signaleur Benoît Mariage
Belgique
Marylou Todd Kurtzman et Danny Shorago
États-Unis
Adios Mama Ariel Gordon
Mexique
Tunnel of Love Robert Milton Wallace
Royaume-Uni
Muerto de amor Ramón Barea
Espagne
O Prego João Matias
Portugal
Le Voleur de diagonale Jean Darrigol
France

Sélection ACID

Film Réalisateur Pays
C'est la tangente que je préfère Charlotte Silvera
Cour interdite Djamel Ouahab
Demain et encore demain Dominique Cabrera
Faire kiffer les anges Jean-Pierre Thorn
Familles, je vous hais Bruno Bontzolakis
Kaïrat Darejan Omirbaev
L'Amitié Serge Bozon
Mes dix-sept ans Philippe Faucon
La Vie sauve Alain Raoust
Le Silence de Rak Christophe Loizillon
Sur la plage de Belfast Henri-François Imbert
Courts métrages présentés en avant-programme
  • 1 garçon, 1 fille 1 garçon, 1 fille de Luc Leclerc de Sablon
  • Betty de Jessica Villasenor
  • Dimanche Soir de Solange Martin
  • Dounia de Zaïda Ghorba-Volta
  • Les Jumeaux de Catherine Klein
  • Pourvu qu'on ait l'ivresse de Jean-Daniel Pollet
  • Tout doit disparaître de Jean-Marc Moutout

Palmarès

Prix[11] Attribué à Pays
Palme d'or (ex-æquo) L'Anguille de Shohei Imamura
Japon
Le Goût de la cerise d'Abbas Kiarostami
Iran
Grand prix De beaux lendemains d'Atom Egoyan
Canada
Prix du cinquantième anniversaire du Festival Youssef Chahine pour Le Destin
Égypte
Prix d'interprétation masculine Sean Penn dans She's So Lovely
États-Unis
Prix d'interprétation féminine Kathy Burke dans Ne pas avaler
Royaume-Uni
Prix de la mise en scène Wong Kar-wai pour Happy Together
Hong Kong
Prix du scénario James Schamus pour The Ice Storm
États-Unis
Prix du jury Western de Manuel Poirier
France

Notes et références

  1. a b c d e f g et h Gilles Jacob, La Vie passera comme un rêve, Robert Laffont, , 385 p., p. 205-209
  2. a b c et d Jérémie Couston, « Présidents de Cannes : notre palmarès des plus dépensiers, machiavéliques, sévères, capricieux… », Télérama,‎ (lire en ligne).
  3. (fr) Allociné « 65e Festival de Cannes : Nanni Moretti Président du Jury ! », consulté le 24 novembre 2012.
  4. a et b (fr) Paris Match « Les goûts de Nanni Moretti », consulté le 22 novembre 2012.
  5. Frédéric Mercier, « Cannes 2012, le bilan », TCM,‎ (lire en ligne).
  6. Le Festival en dates sur le site du Festival de Cannes.
  7. a b et c Gilles Jacob, La Vie passera comme un rêve, Robert Laffont, , 385 p., p. 199-200.
  8. La Sélection - 1997 - Compétition, site officiel du Festival de Cannes.
  9. La Sélection - 1997 - Un certain regard, site officiel du Festival de Cannes.
  10. André Turpin, Arto Paragamian, Denis Villeneuve, Jennifer Alleyn, Marie-Julie Dallaire et Marion Briand
  11. « Tout le Palmarès du 67e Festival de Cannes », Festival de Cannes, (consulté le 25 mai 2014)

Lien externe

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Festival de Cannes 1997
Listen to this article