Giovanni da Verrazzano (destroyer) - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Giovanni da Verrazzano (destroyer).

Giovanni da Verrazzano (destroyer)

Giovanni da Verrazzano

Le Giovanni da Verrazzano, photographié par une unité jumelle, en mer dans les premiers mois de la guerre
Type Croiseur éclaireur (1930-1938)
Destroyer (1938-1942)
Classe Navigatori
Histoire
A servi dans
 
Regia Marina
Commanditaire
Royaume d'Italie
Constructeur Orlando
Chantier naval Cantieri del Quarnaro - Fiume - Croatie
Quille posée 17 août 1927
Lancement 15 décembre 1928
Commission 25 juillet 1930
Statut Torpillé et coulé par le sous-marin HMS Unbending (P37) le 19 octobre 1942
Équipage
Équipage 15 officiers, 215 sous-officiers et marins.
Caractéristiques techniques
Longueur 106,7 mètres
Maître-bau 11,5 mètres
Tirant d'eau 4,5 mètres
Déplacement 2 125 tonnes en standard
2 880 tonnes en pleine charge
Propulsion 4 chaudières Yarrow
2 turbines à vapeur Parsons
2 hélices
Puissance 55 000 cv (41 000 kW)
Vitesse 32 nœuds (59,3 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement
Rayon d'action 3 800 milles nautiques à 18 nœuds
Carrière
Indicatif DV

Le Giovanni da Verrazzano (fanion « DV ») était un destroyer italien de la classe Navigatori lancé en 1928 pour la Marine royale italienne (en italien : Regia Marina).

Conception et description

Commandés en 1926, ces navires ont été construits pour la Regia Marina en réponse aux grands contre-torpilleurs des classes Jaguar et Guépard construits pour la Marine française. Ces navires étaient nettement plus grands que les autres destroyers italiens contemporains et étaient initialement classés comme croiseur éclaireur, la reconnaissance aérienne prenant alors de l'ampleur. Ils ont été reclassés dans la catégorie des destroyers en 1938.

Les navires de la classe Navigatori avaient une longueur totale de 107,3 mètres, une largeur de 10,2 mètres et un tirant d'eau moyen de 3,5 mètres[1]. Ils déplaçaient 1 900 tonnes à charge normale et 2 580 tonnes à charge profonde. Leur effectif en temps de guerre était de 222-225 officiers et hommes de troupe[2].

Les Navigatori étaient propulsés par deux turbines à vapeur Belluzzo, chacune entraînant un arbre d'hélice et utilisant la vapeur fournie par quatre chaudières Yarrow. Les turbines étaient conçues pour produire 55 000 chevaux-vapeur (41 000 kW)[2] et une vitesse de 32 nœuds (59 km/h) en service, bien que les navires aient atteint des vitesses de 38-41 nœuds (70-76 km/h) pendant leurs essais en mer alors qu'ils étaient légèrement chargés[3].Ils transportaient suffisamment de mazout qui devait leur donner une autonomie de 3 800 milles nautiques (7 000 km) à une vitesse de 18 nœuds (33 km/h)[2].

Leur batterie principale était composée de six canons de 120 millimètres dans trois tourelles jumelées, une à l'avant et à l'arrière de la superstructure et la troisième au milieu du navire[4]. La défense antiaérienne (AA) des navires de la classe Navigatori était assurée par une paire de canons AA de 40 millimètres dans des supports simples situés à l'avant de la cheminée et une paire de supports jumelés pour des mitrailleuses de 13,2 millimètres. Ils étaient équipés de six tubes lance-torpilles de 533 millimètres dans deux supports triples au milieu du navire. Le Navigatori pouvait transporter de 86 à 104 mines[3].

Les navires étaient rapides, mais manquaient de stabilité et ont été reconstruits avec des étraves en forme de clipper, une largeur accrue et une superstructure réduite à la fin des années 1930.

Pendant la guerre, les torpilles ont été remplacées par des tubes triples de 533 mm et des canons anti-aériens supplémentaires ont été ajoutés.

Construction et mise en service

Le Giovanni da Verrazzano est construit par le chantier naval Cantieri del Quarnaro de Fiume en Croatie, et mis sur cale le . Il est lancé le et est achevé et mis en service le . Il est commissionné le même jour dans la Regia Marina.

Histoire du service

Nom et devise

Le Giovanni da Verrazzano est nommé en l'honneur du grand navigateur italien Giovanni da Verrazzano, qui a vécu entre le 15e et le 16e siècle et qui a été le premier à explorer en profondeur la côte est de l'Amérique du Nord, de la Floride à Terre-Neuve.

La devise du navire, Ultra terminos ausus (audacieux au-delà des limites), est tirée du monument dédié au navigateur dans la ville de Greve in Chianti, sa terre natale.

Les années 30

Dès le début, le Giovanni da Verrazzano a eu une vie difficile. En fait, il est entré en service tardivement, le , en raison de problèmes majeurs liés au système de propulsion. Peu après, il doit retourner au chantier naval pour subir les premières modifications visant à améliorer sa stabilité (allègement et abaissement de la superstructure), ainsi que le remplacement du gouvernail (1932) et des tubes lance-torpilles[5].

Sa véritable vie opérationnelle ne commence donc que quelques mois plus tard, en . En 1933-1934, il est commandé par le capitaine de frégate (Capitano di Fregata) Carlo Daviso di Charvensod. Pendant la période d'avant-guerre, il mène l'activité normale d'une escadrille, participant également aux opérations de soutien naval pendant la guerre civile espagnole.

Au début de 1940, il subit de nouvelles modifications, telles que l'agrandissement de la coque, la reconstruction de la proue et l'augmentation de l'armement[5].

La deuxième guerre mondiale

Lorsque l'Italie entre dans la Seconde Guerre mondiale, il se trouve encore dans le chantier naval pour les modifications. Une fois les travaux terminés, il est affecté au XVe escadron de destroyers, qui comprend ses navires-jumeaux (sister ships) Pigafetta, da Mosto et Zeno. Jusqu'à la mi-1941, il est employé principalement en Basse Adriatique, puis il est affecté aux escortes sur les routes d'Afrique du Nord et aux missions de pose de mines.

Du 19 au , avec la VIIe division de croiseurs (Eugenio di Savoia, Duca d’Aosta, Attendolo et Montecuccoli) et avec ses navires-jumeaux Da Recco, Da Mosto, Pessagno, Pigafetta et Zeno, il effectue la pose des champs de mines "S 11", "S 12" et "S 13" (avec l'utilisation de 321 mines et 492 flotteurs explosifs) à l'est du Cap Bon[6].

Entre le 23 et le , les unités répètent l'opération en posant 740 autres mines[6].

Le 1er mai, il pose à nouveau des mines au nord-est de Tripoli, avec ses navires-jumeaux Pigafetta, Da Mosto, Da Recco, Zeno et Pessagno et les croiseurs Eugenio di Savoia, Duca d'Aosta et Attendolo[7].

Le , il pose deux champs de mines au nord-est de Tripoli, avec les destroyers Pigafetta, Da Mosto, Da Recco, Gioberti, Scirocco et Usodimare et les IVe division (croiseurs légers Bande Nere et Di Giussano) et VIIe division (croiseurs légers Eugenio di Savoia, Duca d'Aosta ed Attendolo)[8].

Le , il pose le champ de mines " S 2 " dans le canal de Sicile avec les croiseurs Attendolo et Duca d'Aosta et les destroyers Pigafetta, Da Mosto, Da Recco et Pessagno[9].

Le , avec la IVe division de croiseurs (Bande Nere et Di Giussano) et la VIIe division de croiseurs (Attendolo et Duca d'Aosta) et les destroyers Pigafetta, Da Mosto, Da Recco, Pessagno, Maestrale, Grecale et Scirocco, il effectue une mission de pose de mines dans le canal de Sicile[10].

Dans la nuit du 12 au , il devait poser un autre champ de mines, avec les destroyers Vivaldi, Malocello, Pigafetta, Camicia Nera et Aviere et les croiseurs légers Eugenio di Savoia, Montecuccoli et Duca d'Aosta, mais l'opération est annulée en raison de la sortie de la Mediterranean Fleet (flotte méditerranéenne)[11].

Du 14 au , il escorte de Tarente à Benghazi, avec le Pigafetta, les transports Città di Genova et Città di Napoli[12].

Le 1er décembre, il récupère 66 survivants du croiseur auxiliaire Adriatico, coulé par la Force K britannique le matin de ce même jour[13].

De janvier à , il subit des travaux de modification: le complexe de tubes lance-torpilles arrière et les mitrailleuses de 13,2 mm sont remplacés respectivement par 2 mitrailleuses de 37 mm et 7 mitrailleuses de 20 mm, et un échogoniomètre est également embarqué[5].

Au début du mois d', sous le commandement du capitaine de frégate Carlo Rossi, il effectue - avec son navire-jumeau Da Recco - une mission de transport de provisions à Pýlos et continue ensuite jusqu'à Benghazi, où il transporte des troupes (le Da Recco effectue une mission similaire à Tobrouk). Pendant le voyage de retour, il assiste le Da Recco, qui a subi une panne de moteur[14].

Le , il escorte un convoi de Brindisi à Benghazi quand, à 16h40, le sous-marin britannique HMS Umbra (P35) torpille le grand et moderne navire à moteur Francesco Barbaro. Incendié, le navire marchand, malgré les tentatives de remorquage, coule, à la suite d'une explosion, à h 41 le , à la position géographique de 37° 15′ N, 19° 55′ E[15],[16].

Le , il appareille de Naples, avec cinq autres destroyers et trois torpilleurs, pour escorter un convoi de quatre navires marchands vers Tripoli[16],[17],[18]. Peu avant une heure le , le convoi est attaqué par le sous-marin britannique HMS Unbending (P37) entre l'île de Lampedusa et Pantelleria. A 12h58, le vapeur Beppe est touché (qui coule à 13h45 à la position géographique de 35° 52′ N, 12° 05′ E), et un peu plus tard le Da Verrazzano, après avoir manœuvré pour échapper à une première torpille, est à son tour touché par une seconde. L'explosion provoque l'enlèvement de la poupe[16],[17],[18]. L'équipage tente de maintenir le navire à flot, mais tout est inutile: le destroyer doit être abandonné et coule à 14h50, à la position géographique de 35° 52′ N, 12° 02′ E[16],[17],[18]. Il y a 20 victimes sur un équipage de 275 hommes.

Le Da Verrazzano avait effectué 148 missions de guerre, couvrant un total de plus de 42 000 milles nautiques (77 784 km).

Commandement

Commandants
  • Capitaine de frégate (Capitano di fregata) Remo Polacchini (né à La Spezia le ) ( - )
  • Capitaine de frégate (Capitano di fregata) Ugo Avelardi (né à Livourne le ) ( - )
  • Capitaine de frégate (Capitano di fregata) Carlo Rossi (né à Campo Ligure le ) ( - )

Notes et références

  1. Whitley, p. 162
  2. a b et c Ando, p. 16
  3. a et b Gardiner & Chesneau, p. 299
  4. Fraccaroli, p. 49
  5. a b et c Ct classe Navigatori
  6. a et b 1 April, Tuesday
  7. World War 2 at Sea, May 1941
  8. 1 June, Sunday
  9. 1 June, Sunday
  10. Malta Convoys, 1941
  11. 1 October, Wednesday
  12. KMS Kormoran and HMAS Sydney, KMS Atlantis and HMS Dunedin lost, November 1941
  13. Notarangelo Pagano, p. XV.
  14. « Cocchia ».
  15. Notarangelo Pagano, p. 193.
  16. a b c et d Trentoincina
  17. a b et c « Notarangelo Pagano ».
  18. a b et c Le Operazioni Navali nel Mediterraneo

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) Maurizio Brescia, Mussolini's Navy: A Reference Guide to the Regina Marina 1930–45, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 978-1-59114-544-8)
  • (en) Aldo Fraccaroli, Italian Warships of World War II, Shepperton, UK, Ian Allan, (ISBN 0-7110-0002-6)
  • (en) Robert Gardiner et Roger Chesneau, Conway's All The World's Fighting Ships 1922–1946, London, Conway Maritime Press, (ISBN 0-85177-146-7)
  • (en) Robert Gardiner et Stephen Chumbley, Conway's All The World's Fighting Ships 1947–1995, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 1-55750-132-7)
  • (en) Jürgen Rohwer, Chronology of the War at Sea 1939–1945: The Naval History of World War Two, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, , Third Revised éd. (ISBN 1-59114-119-2)
  • (en) M. J. Whitley, Destroyers of World War 2: An International Encyclopedia, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 1-85409-521-8)
  • (it) Giorgio Giorgerini, La guerra italiana sul mare. La Marina tra vittoria e sconfitta, 1940-1943, Mondadori, 2002, (ISBN 978-88-04-50150-3).

Liens externes


{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Giovanni da Verrazzano (destroyer)
Listen to this article