HMS Beagle - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for HMS Beagle.

HMS Beagle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes » (janvier 2016). Vous pouvez améliorer la vérifiabilité en associant ces informations à des références à l'aide d'appels de notes.

HMS Beagle

HMS Beagle (au centre) par Owen Stanley - 1841.
Type Brick-sloop
Classe Cherokee
Histoire
A servi dans
 
Royal Navy
Commanditaire Royal Navy
Chantier naval Tamise
Commandé
Lancement
Mise en service
Équipage
Commandant Pringle Stokes, Robert Fitz Roy
Caractéristiques techniques
Longueur 27,5 m
Maître-bau 7,5 m
Tirant d'eau 3,8 m
Propulsion Voile
Caractéristiques militaires
Armement 10 canons réduit à 6 pour la mission de recherche.
Carrière
Port d'attache Woolwich
Détail en coupe longitudinale du HMS Beagle - 1832.
Détail en coupe longitudinale du HMS Beagle - 1832.

Le HMS Beagle était un navire de la Royal Navy de la classe Cherokee. Il est lancé le du port de Woolwich, sur la Tamise. Au mois de juillet de cette même année, le Beagle prit part à la célébration du couronnement du roi Georges IV. Le navire n'eut ensuite plus d'utilité jusqu'à ce qu'il soit réhabilité en navire de recherche. Il prit alors part à trois expéditions. Il fut célèbre pour avoir eu à son bord le naturaliste Charles Darwin, lors de la deuxième mission, de 1831 à 1836. Le récit de ce voyage est raconté dans le livre de Darwin, Le Voyage du Beagle, publié en 1839.

Le premier voyage

Le , le Beagle accoste à Woolwich pour des réparations et des travaux visant à réhabiliter le navire pour ses nouvelles fonctions. Son artillerie fut réduite de 10 à 6 canons et un troisième mât fut ajouté pour augmenter sa manœuvrabilité.

Le , le Beagle quitte Plymouth pour son premier voyage, sous le commandement du capitaine Pringle Stokes. Sa mission était d'escorter un plus grand navire, le HMS Adventure, pour une mission hydrographique en Patagonie et Terre de Feu. L'expédition entière est sous l'autorité du capitaine australien Phillip Parker King.

Suite aux difficultés de la campagne menée dans les eaux sombres de la Terre de Feu, le capitaine Stokes, peut-être en carence de vitamines, éprouve une sévère dépression : à Port Famine, dans le détroit de Magellan, il s'isole dans sa cabine pendant 14 jours. Lorsqu'il en émerge, il semble euphorique, fait part de son enthousiasme et évoque la préparation d'une nouvelle mission, puis il tente de se suicider, le . Après 4 jours de délire, Stokes paraît remis, mais finalement son état se détériore et il meurt le . Le capitaine Parker King remplace alors Stokes par l'officier exécutif du Beagle, le lieutenant W.G Skyring. Ils naviguent ensuite vers Rio de Janeiro où, le , l'amiral Sir Robert Otway, commandant en chef de la flotte d'Amérique du Sud, nomme le lieutenant Robert FitzRoy comme capitaine (temporaire) du Beagle.

Le jeune aristocrate de 23 ans se révèle être un commandant compétent. C'est durant cette expédition que l'on nomma « canal du Beagle » le détroit séparant des îles de l'archipel de la Terre de Feu, à l'extrémité méridionale de l'Amérique du Sud.

Pendant cette mission, les habitants aborigènes de la Terre de Feu se sont emparés de l'une des chaloupes : dans leurs usages coutumiers, c'était en échange des fruits de mer qu'ils apportaient, mais dans l'esprit des britanniques, c'était un vol, et FitzRoy prit leurs familles en otages. Quatre de ces otages, deux hommes, une fille et un garçon auquel on donna le nom de Jemmy Button, furent gardés sur le Beagle qui les ramena en Angleterre le .

Le deuxième voyage

Le second voyage du HMS Beagle, 27 décembre 1831 - 2 octobre 1836.
Le second voyage du HMS Beagle, - 2 octobre 1836.

Lors du deuxième voyage, le commandant FitzRoy emmena à bord le naturaliste Charles Darwin[1], qui eut ainsi l'occasion d'observer l'environnement et ses habitants, d'en faire le récit et de collecter et envoyer à Londres lors des escales, d'innombrables pièces de collection d'histoire naturelle, géologiques, paléontologiques, botaniques, zoologiques et anthropologiques[2]. Bien plus tard, lorsque Darwin publia son Origine des espèces mettant en cause le dogme créationniste auquel FitzRoy resta attaché, ce dernier déclara « pendant cinq ans, j'ai réchauffé un serpent en mon sein »[3].

Le troisième voyage

En 1837, le Beagle partit pour étudier une grande partie de la côte australienne sous les ordres du commandant John Clements Wickham, qui avait été le lieutenant durant le second voyage, avec l'assistance du lieutenant John Lort Stokes. Ils débutèrent par la côte occidentale entre le fleuve Swan (qui traverse de nos jours la ville de Perth (Australie-Occidentale)) et le Fitzroy (fleuve du Queensland). Ensuite l'équipage étudia le Détroit de Bass, qui se situe au nord de la Tasmanie. En , ils naviguèrent vers le nord pour examiner les rives de la Mer d'Arafura face à Timor. Le commandant Wickham tomba malade et fut remplacé en par le Lieutenant Stokes qui termina le périple. Le troisième voyage s’acheva en 1843.

De nombreux endroits sur la côte ont été nommés par Wicklam puis par Stokes, souvent en l'honneur de personnes éminentes ou de membres d'équipage. Ainsi le , Port Darwin a été nommé en souvenir de leur ancien compagnon. La ville fut renommée Palmerston en 1839, puis Darwin en 1911. Durant ce voyage, le Beagle Gulf, qui est le golfe à l'entrée de la ville Darwin, fut nommé en l'honneur du navire.

Les dernières années

En 1845, le Beagle a été réaménagé en navire de surveillance statique et transféré à l'administration des douanes et accises de Sa Majesté, et devait contrôler la contrebande dans les voies navigables au-delà de la rive nord de la Tamise. En 1851, le bateau fut renommé W.V-7 et en 1870 fut vendu pour le démantèlement.

Réplique

Le , le Musée Nao Victoria, situé à Punta Arenas au Chili, annonce la construction de la première réplique 1:1 du Beagle à l'échelle réelle. La construction débuta le , et la presse nationale commença à s’intéresser au projet en travaux.

Sources

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Bibliographie

  • Charles Darwin, Journal de bord (Diary) du Beagle, trad. Marie-Thérèse Blanchon et Christiane Bernard sous la direction de P. Tort, coord. par M. Prum. Précédé de Patrick Tort, avec la collaboration de Claude Rouquette, « Un voilier nommé Désir ». Paris, Champion Classiques, 2012.

Liens externes

Notes et références

  1. L. Gallois, « État de nos connaissances sur l'Amérique du sud », dans Annales de Géographie, vol. 2, 1893, no 7, p. 368
  2. Charles Darwin, Voyage d'un naturaliste autour du monde fait à bord du navire Le Beagle de 1831 à 1836, traduction originale par Edmond Barbier, C. Reinwald et Cie, libraires-éditeurs, Paris 1875
  3. Commentaires du Journal de bord du Beagle, par Patrick Tort et Claude Rouquette, éd. Champion Classiques, Paris 2012, Voyage d’un naturaliste autour du monde (Wikisource).
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
HMS Beagle
Listen to this article