HMS Valiant (02) - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for HMS Valiant (02).

HMS Valiant (02)

HMS Valiant

Le Valiant au lancement des années 1930.
Type Cuirassé
Classe Queen Elizabeth
Histoire
A servi dans
 
Royal Navy
Chantier naval Fairfield Shipbuilding
Quille posée [1]
Lancement
Armé février 1916
Statut 1945 : retiré du service
1948 : vendu pour démolition
Équipage
Équipage De 925[2] à 1 016 marins[3]
Caractéristiques techniques
Longueur 196,8 m
Maître-bau 27,6 m
Tirant d'eau 8,8 m
Déplacement 27 940 t
À pleine charge 32 004 t
Propulsion Turbines à vapeur Brown-Curtis
24 chaudières Yarrow
4 arbres
Puissance 56 000 ch
Vitesse 23 nœuds (43 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage Ceinture : 330 - 102 mm
Renflements : 152 - 102 mm
Casemates : 152 mm
Pont principal : 76 - 25 mm
Pont supérieur: 51 - 32 mm
Barbettes: 254 - 102 mm
Tourelles :
  • Toit : 127 mm
  • Devant : 330 mm
  • Côtés : 279 mm
Armement 4 × 2 canons de 381 mm
0014 canons de 152 mm
0002 canons de 76 mm AA
0004 canons de 47 mm
0004 TLT de 533 mm
Rayon d'action 4 500 milles marins (8 300 km) à 10 nœuds (19 km/h)
3 400 t de mazout
Carrière
Indicatif Pennant number : 02

Le HMS Valiant est un cuirassé de classe Queen Elizabeth en service dans la Royal Navy de 1916 à 1945. Il traverse ainsi les deux conflits mondiaux du XXe siècle, participant notamment à la bataille du Jutland, à la campagne de Méditerranée et aux opérations dans le Pacifique .

Conception

La classe Queen Elizabeth est à l'origine prévue pour être basée sur la classe précédente, la classe Iron Duke, munie de canons de 13,5 pouces (343 mm). Cependant, les grandes nations maritimes de l'époque, telles le Japon, les États-Unis ou l'Allemagne équipant leurs cuirassés de canons de calibre 356 mm, l'Amirauté décide d'équiper ces nouveaux navires de canons de 15 pouces (381 mm). La conception des cuirassés de la classe est alors entièrement revue ; de nouveaux plans sont dessinés dans l'urgence pour des navires de cinq tourelles filant 21 nœuds (39 km/h). Une tourelle est finalement retirée, la puissance de feu restant conséquente malgré cela, et ce retrait permet d'installer des chaudières supplémentaires. Grâce aux accords pétroliers avec l'Iran, l'utilisation de fioul à la place du charbon est adoptée, permettant au navire d'atteindre 24 à 25 nœuds (46 km/h)[4].

Finalement, le Valiant est muni de huit canons de marine de 15 pouces BL Mark I répartis en quatre tourelles. L'armement secondaire est composé de 14 canons de 6 pouces BL Mk XII, de 2 canons antiaériens de 3 pouces QF 20 cwt et de 4 tubes lance-torpilles. Les machines développent une puissance de 56 000 chevaux qui peut atteindre les 74 000 chevaux à marche forcée, pour des vitesses respectives de 23 et 24 nœuds (44 km/h)[4]. Le blindage de la ceinture principale est épais de 6 à 13 pouces (330 mm), celui des barbettes varie de 4 à 10 pouces (254 mm), celui du château est de 11 pouces (279 mm) et celui des bulbes anti-torpilles varie de 4 à 6 pouces (152 mm). Les tourelles de la batterie principale ont une protection frontale de 13 pouces (330 mm) ; l'arrière et les côtés sont protégés par 11 pouces (279 mm) pouces de blindage, et celui du toit est épais de 5 pouces (127 mm)[5].

Histoire

Le contrat pour la construction du Valiant a été attribué à la Fairfield Shipbuilding and Engineering Company, Limited. Il était placé dans la même câle où le croiseur de bataille HMS Indomitable avait été construit. La quille a été posée à la Fairfield Shipbuilding and Engineering Company, Govan le 31 janvier 1913 et lancée le 4 novembre 1914. Il a été achevé en février 1916. Lors de la construction de Valiant par contrat de l'Amirauté, Fairfields a perdu 78 836 £. Ses turbines ont été fabriquées par Fairfields et son blindage a été fourni par William Beardmore and Company.

Première Guerre mondiale

Une fois terminé le 19 février 1916, sous le commandement du capitaine Maurice Woollcombe, il rejoint le cinquième escadron de combat de la Grande Flotte, récemment formé. Lors de la bataille du Jutland, il a tiré 288 obus de 15 pouces sur la flotte allemande de haute mer. Malgré la gravité des dommages subis par ses sister-ships (sauf le HMS Queen Elizabeth qui n'a pas pris part à la bataille), il n'a subi aucun dommage. L'un de ses canons de 15 pouces, utilisé dans le Jutland, a ensuite été retiré et est devenu l'un des trois canons de la batterie de Johore à Singapour. Le 24 août 1916, il entre en collision avec le HMS Warspite et est en réparation jusqu'au 18 septembre.

Période de l'entre-deux-guerres

De 1919 à la fin de 1924, il faisait partie du 1er escadron de combat de la flotte de l'Atlantique, après quoi il était avec le 1er escadron de combat de la flotte méditerranéenne jusqu'en mars 1929.

Le navire a été envoyé à Liverpool en réponse à une grève de la police lorsque des émeutes ont éclaté dans la ville.

Entre 1929 et 1930, il subit une importante remise en état. Des renflements anti-torpilles ont été ajoutés, augmentant la largeur à 31,70 m. Les deux entonnoirs ont été regroupés en un seul et un seul canon octuple de 2 livres a été ajouté. Deux des tubes lance-torpilles ont été retirés et les plates-formes de l'avion ont été remplacées par une seule catapulte. Ces modifications ont porté le déplacement maximal à 35 970 tonnes.

Le 2 décembre 1930, il est remis en service dans l'Atlantique où, en 1931, son équipage participe à la mutinerie d'Invergordon. En mars 1932, il est transféré à la Home Fleet jusqu'en juillet 1935, il est de retour en Méditerranée.

En 1936, un deuxième montage octuple 2 pdr a été ajouté.

Entre mars 1937 et novembre 1939, il subit une reconstruction complète à Devonport. La machinerie a été remplacée par huit chaudières à tambour Admiralty 3 avec quatre turbines à vapeur Parsons produisant un total de 80 000 shp (60 000 kW). La charge de carburant était de 3 393 tonnes de pétrole et la vitesse maximale a été réduite à 23,5 nœuds (43,5 km/h ; 27,0 mph) malgré l'augmentation de la puissance, en raison de l'augmentation du déplacement et du tirant d'eau. Le blindage du pont a été augmenté à 5 pouces (130 mm) au-dessus des magasins, à 2,5 pouces au-dessus de la machinerie tandis que les nouveaux canons de 4,5" avaient entre 1 et 2 pouces (51 mm) de blindage. L'armement secondaire a été changé en 20 canons à double usage Mk I de 4,5 pouces dans 10 supports jumeaux et l'armement antiaérien à courte portée se composait de quatre supports octuples "pom pom" 2 pdr. Le contrôle de tir du navire a été modernisé pour inclure le système de contrôle de tir AA HACS MkIV et Admiralty Fire Control Table Mk Mk VII pour le contrôle de tir de surface de l'armement principal. Ces modifications ont augmenté le tirant d'eau à 10 m et le déplacement maximal à 36 513 tonnes.

Seconde guerre mondiale

En juin 1940, le Valiant est affecté à la Force H à Gibraltar, sous le commandement de l'amiral James Somerville. Il a participé à l'opération Catapult: l'attaque des navires français à Mers-el-Kébir.

Plus tard, il a été transféré à la flotte méditerranéenne à Alexandrie, sous les ordres de l'amiral Cunningham.

Le Valiant participe à la bataille du cap Matapan du 27 au 29 mars 1941 et au bombardement du port de Tripoli le 21 avril 1941 (accompagné de ses sœurs Barham et Warspite, du croiseur Gloucester et de divers destroyers). En mai 1941, il opère au large de la Crète et est touché par deux bombes.

Raid de la rade d'Alexandrie

Le , le lieutenant de vaisseau Luigi Durand de la Penne sabote avec ses nageurs de combat le Valiant, qui est sous le commandement du capitaine Charles Morgan. Il sabote aussi le Queen Elizabeth et le Sagona en plaçant des charges explosives sous les coques de ces trois bâtiments en se déplaçant avec des « maiales ». Celui de Durand de la Penne tombant en panne, il est capturé et avertit le commandant au dernier moment de l'explosion, ce qui permet l'évacuation du bâtiment et d'éviter la mort de nombreux marins britanniques[6].

Le port étant peu profond, quelques mètres seulement, le HMS Valiant se pose sur le fond. Pour l'alléger, ses soutes mazout sont vidées et transférées sur les pétroliers Clydefield et Cherryleaf. L'eau des ponts inférieurs est pompée afin de permettre de gagner l'un des formes de radoub du port où il est réparé sommairement. Il la quittera le et appareille pour Dublin où il sera réparé du au [7].

Fin de la guerre

Fin août 1942, Valiant a participé à l'opération Touchstone, un exercice visant à tester les défenses de l'Afrique de l'Est contre une invasion maritime et à mener une répétition générale pour l'opération Ironclad, l'invasion du territoire français de Madagascar. Il resta dans les eaux africaines jusqu'à la fin de l'année et retourna à Devonport pour un carénage en janvier 1943.

Le Valiant retourne en Méditerranée en 1943, soutenant les débarquements en Sicile (opération Husky en juillet) et à Salerne (opération Avalanche en septembre). Le prince Philip y sert alors pendant la guerre.

En 1944, il est envoyé en Extrême-Orient pour rejoindre la flotte de l'Est. Là, il a participé à des raids contre des bases japonaises en Indonésie. Le 8 août 1944, il a été gravement endommagé dans un accident avec la cale sèche flottante à Trincomalee, Ceylan. La cale sèche était surélevée avec Valiant à l'intérieur, l'eau pompée des citernes de ballast. Les réservoirs ont été vidés dans le mauvais ordre contrairement à la répartition du poids de Valiant, qui a été exacerbée par sa pleine charge de munitions. En conséquence, la cale sèche a subi des contraintes excessives à ses extrémités, s'est cassé et a coulé. Les deux arbres d'hélices du Valiant furent bloquées ainsi qu'un de ses safrans. Valiant est resté à flot et a pu éviter des dommages plus graves ou un naufrage. Après l'incident, le constructeur naval responsable a été sanctionné.

Il a été décidé de l'emmener à Alexandrie, où il y avait des installations de radoub appropriées. Cependant, il ne pouvait pas suivre une trajectoire rectiligne, et ne pouvait pas faire plus de 8 nœuds (15 km/h). Il est allée jusqu'à la baie de Suez, mais n'a pas pu tenter le canal de Suez dans cet état. Le Lt Cmdr Peter Keeble, un plongeur expérimenté et un expert en sauvetage, a personnellement supervisé le retrait de ses deux tiges d'hélice internes près du presse-étoupe. Les supports en A tenant les arbres et les vis ont également été coupés, faisant tomber les hélices et les arbres vers le bas. Keeble avait perfectionné les torches de coupe sous-marines disponibles en combinant la technologie britannique et italienne pour couper les épais arbres d'hélice. Il est retourné au Royaume-Uni et a été désarmée en juillet 1945. Valiant a fait partie de l'établissement de formation des mécaniciens de chauffeurs Impériaux à Devonport pour le reste de sa carrière. Il a été vendue pour mise au rebut le 19 mars 1948, et a quitté Devonport pour les ferrailleurs d'Arnott Young à Cairnryan le 11 août de cette année.

Notes et références

  1. Gardiner et Gray 1985, p. 33.
  2. Fiche sur navypedia.org.
  3. Fiche sur Naval Database.
  4. a et b Gardiner et Gray 1985, p. 34.
  5. Friedman 2011, p. 46.
  6. « Tour de cochon pour homme grenouille », Pierre Grunberg, Guerres & Histoire n° 7, juin 2012.
  7. (en) Lt Cdr Geoffrey B Mason, Mike Simmonds, « HMS VALIANT - Queen Elizabeth-class 15in gun Battleship including Convoy Escort Movements », sur naval-history.net, (consulté le )

Bibliographie

  • (en) Norman Friedman, Naval Weapons of World War One : Guns, Torpedoes, Mines and ASW Weapons of All Nations, Seaforth Publishing, [détail de l’édition]
  • (en) Robert Gardiner et Randal Gray, Conway's All the World's Fighting Ships (1906-1921), [détail de l’édition]
  • (en) Robert Gardiner et Roger Chesneau, Conway's All the World's Fighting Ships (1922-1946), [détail de l’édition]
  • (en) Robert K. Massie, Castles of Steel : Britain, Germany and the winning of the Great War at sea, Londres, Vintage Random House, (1re éd. 2003), 865 p. (ISBN 978-0-099-52378-9)

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
HMS Valiant (02)
Listen to this article