For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Halifax Slasher.

Halifax Slasher

La mise en forme de cet article est à améliorer (mai 2020). La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Comment faire ? Les points d'amélioration suivants sont les cas les plus fréquents. Le détail des points à revoir est peut-être précisé sur la page de discussion. Les titres sont pré-formatés par le logiciel. Ils ne sont ni en capitales, ni en gras. Le texte ne doit pas être écrit en capitales (les noms de famille non plus), ni en gras, ni en italique, ni en « petit »… Le gras n'est utilisé que pour surligner le titre de l'article dans l'introduction, une seule fois. L'italique est rarement utilisé : mots en langue étrangère, titres d'œuvres, noms de bateaux, etc. Les citations ne sont pas en italique mais en corps de texte normal. Elles sont entourées par des guillemets français : « et ». Les listes à puces sont à éviter, des paragraphes rédigés étant largement préférés. Les tableaux sont à réserver à la présentation de données structurées (résultats, etc.). Les appels de note de bas de page (petits chiffres en exposant, introduits par l'outil «  Source ») sont à placer entre la fin de phrase et le point final[comme ça]. Les liens internes (vers d'autres articles de Wikipédia) sont à choisir avec parcimonie. Créez des liens vers des articles approfondissant le sujet. Les termes génériques sans rapport avec le sujet sont à éviter, ainsi que les répétitions de liens vers un même terme. Les liens externes sont à placer uniquement dans une section « Liens externes », à la fin de l'article. Ces liens sont à choisir avec parcimonie suivant les règles définies. Si un lien sert de source à l'article, son insertion dans le texte est à faire par les notes de bas de page. Insérer une infobox (cadre d'informations à droite) n'est pas obligatoire pour parachever la mise en page. Pour une aide détaillée, merci de consulter Aide:Wikification. Si vous pensez que ces points ont été résolus, vous pouvez retirer ce bandeau et améliorer la mise en forme d'un autre article.
Cet article est orphelin. Moins de trois articles lui sont liés (mai 2020). Vous pouvez aider en ajoutant des liens vers [[Halifax Slasher]] dans les articles relatifs au sujet.

Le Halifax Slasher était un agresseur imaginaire impliqué dans l'hystérie collective survenue dans la ville de Halifax, en Angleterre, en novembre 1938, à la suite d'une série d'attaques signalées par la population locale, principalement des femmes. L'hystérie s'est propagée ailleurs et a été en partie attribuée à une précédente série de meurtres dans les années 1920.

Contexte

Les premiers témoins Mary Gledhill et Gertrude Watts ont prétendu avoir été attaquées par un homme mystérieux avec un maillet et des "boucles brillantes" sur ses chaussures.[1] Cinq jours plus tard, Mary Sutcliffe a déclaré en être également victime. Les signalements d'attaques d'un «homme mystérieux» avec un couteau ou un rasoir se sont poursuivis et le surnom de «Halifax Slasher» est resté. [2] La situation est devenue si grave que Scotland Yard a été appelé pour aider la police d'Halifax[3]. Des groupes de vigilance ont été mis en place dans les rues et plusieurs personnes, prises pour l'agresseur, ont été battues ; ce qui fit chuter le commerce dans la ville. La police promit des récompenses pour sa capture, puis des informations ont fait état de nouvelles attaques dans les villes voisines. La panique s'est tellement répandue que des gangs de justiciers parcouraient les rues de la ville et après que Hilda Lodge a été "attaquée", Clifford Edwards, un habitant qui était allé l'aider, a été plus tard accusé d'être lui-même le tueur. Bientôt, une foule s'est rassemblée et après avoir commencé à scander sa mort, la police a dû le raccompagner chez lui.

Dans la soirée du 29 novembre, Percy Waddington, qui avait signalé une attaque, a admis qu'il s'était auto-mutilé. [4] D'autres ont rapidement fait des aveux similaires, et l'enquête de Scotland Yard a conclu qu'il n'y avait pas de réelles attaques. Par la suite, cinq habitants ont été accusés de méfait public et quatre ont été envoyés en prison[1].

Le 2 décembre, le Halifax Courier publia cette histoire:

Courage, Halifax ! La peur du tueur est terminée. . . La théorie selon laquelle un homme à moitié fou et aux yeux sauvages a erré dans la ville, attaquant des femmes sans défense dans les rues sombres, a explosé. . . Il n'y a jamais eu et il n'y aura vraisemblablement aucun danger réel pour le grand public. Il ne fait aucun doute qu'à la suite de certains événements, le sentiment du public s'est accru et que de nombreux petits incidents ont été amplifiés dans l'esprit du public jusqu'à ce qu'un véritable état d'alerte se déclenche. Il n'y a pas d'attaques correctement authentifiées par une personne comme le malfaiteur connu sous le nom de «Slasher», cela devrait apaiser la peur du public[3] .

Halifax avait déjà souffert d'attaques d'agresseurs, lorsqu'en 1927, James Leonard a été reconnu coupable d'avoir traqué et coupé les vêtements de six femmes de la ville. Il a été condamné à une peine de six mois, mais il a rapidement été exclu des attaques de 1938 en raison de son gros nez, qu'aucune des victimes de 1938 n'avait décrit. [4]

Chronologie des prétendues attaques

  • 16 novembre - Mary Gledhill et Gertrude Watts ont affirmé avoir été attaquées par un homme avec un maillet.
  • 21 novembre - Mary Sutcliffe prétend avoir été attaquée.
  • 24 novembre - Clayton Aspinall a signalé une attaque.
  • 25 novembre - Percy Waddington a été «attaqué»
  • 25 novembre - Hilda Lodge «attaqué», Clifford Edwards également attaqué par une foule de justiciers.
  • 27 novembre - Beatrice Sorrel a signalé une attaque.
  • 27 novembre - Fred Baldwin attaqué par un groupe de justiciers ivres.
  • 29 novembre - Margaret Kenny a revendiqué l'attaque d'un "homme bien bâti au visage large, portant des chaussures très légères et ce qui ressemblait à un ordinateur sale". Mary Sutcliffe a signalé une deuxième attaque, et Winifred McCall a prétendu avoir été attaqué. Des attaques à Manchester et à Bradford ont également été signalées. Percy Waddington, qui a affirmé avoir été attaqué, a admis qu'il s'était auto-mutilé, mettant ainsi fin à la peur.
  • 30 novembre, 1er et 2 décembre - Les allégations d'attaques dans d'autres villes, dont Londres, ont été rejetées.[1]

Les seules vraies attaques sont supposément celles perpétrés par les groupes de justiciers mentionnés plus tôt, qui traquaient l'agresseur imaginaire.

Notes et références

Voir également

Bibliographie

  • Hilary Evans et Robert E Bartholomew, Outbreak! The encyclopaedia of extraordinary social behavior, New York, Anomalist Books, (ISBN 1933665254, lire en ligne)

Liens externes

Articles connexes

  • London Monster (en)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Halifax Slasher
Listen to this article

This browser is not supported by Wikiwand :(
Wikiwand requires a browser with modern capabilities in order to provide you with the best reading experience.
Please download and use one of the following browsers:

This article was just edited, click to reload
This article has been deleted on Wikipedia (Why?)

Back to homepage

Please click Add in the dialog above
Please click Allow in the top-left corner,
then click Install Now in the dialog
Please click Open in the download dialog,
then click Install
Please click the "Downloads" icon in the Safari toolbar, open the first download in the list,
then click Install
{{::$root.activation.text}}

Install Wikiwand

Install on Chrome Install on Firefox
Don't forget to rate us

Tell your friends about Wikiwand!

Gmail Facebook Twitter Link

Enjoying Wikiwand?

Tell your friends and spread the love:
Share on Gmail Share on Facebook Share on Twitter Share on Buffer

Our magic isn't perfect

You can help our automatic cover photo selection by reporting an unsuitable photo.

This photo is visually disturbing This photo is not a good choice

Thank you for helping!


Your input will affect cover photo selection, along with input from other users.