Jane Hunt (quaker) - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Jane Hunt (quaker).

Jane Hunt (quaker)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jane Hunt
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ChicagoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Hunt House (Waterloo, New York) (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Œuvres principales

Jane Clothier Hunt (née Master le et morte le ) est une quaker américaine, féministe et abolitionniste. Elle est connue pour avoir hébergé et participé à la convention de Seneca Falls pour les droits des femmes de 1848.

Biographie

Jane Clothier Master naît le à Philadelphie (Pennsylvanie) de William et Mary Master. À trente-trois ans, elle devient la quatrième épouse de Richard Pell Hunt, un quaker veuf de Waterloo, père de trois enfants de sa précédente épouse. Ils auront cinq autres enfants ensemble, dont William (1846), Jane (1848) et George (1852). Ce mariage fait d'elle l'épouse de l'un des hommes les plus riches du comté de Seneca, Richard étant un homme d'affaires et propriétaire terrien[1].

Les femmes ont toujours joué un rôle dans la Société religieuse des Amis (quakers) et ont voix dans les réunions, voire peuvent prêcher[2]. En tant que quakers, les époux Hunt sont des partisans du mouvement des droits des femmes. Jane est une militante vétéran, elle est active dans des organisations de femmes ou sur des foires anti-esclavagistes[3]. La maison des Hunt à Waterloo a probablement été une station du Chemin de fer clandestin, un réseau secret qui permettait d'exfiltrer les esclaves fugitifs[4].

Convention de Seneca Falls

Lorsque plusieurs femmes de la communauté décident d'inviter Lucretia Mott, une prédicatrice quaker et réformatrice, Jane Hunt propose sa maison pour la réunion. Le dimanche , Mott arrive avec sa sœur, Martha Wright. Il y a là également Mary Ann McClintock et Elizabeth Stanton, la seule non quaker. Elle avait rencontré Mott à Londres, en 1840, quand, en tant que femmes, elles s'étaient vu refuser l'entrée de la Convention mondiale contre l'esclavage par les hommes. Les femmes décident de tenir une réunion « pour protester et discuter », avant que Mott ne rentre à Philadelphie. Elles rédigent un bref avis annonçant « une convention pour discuter de la condition et des droits sociaux, civiques et religieux de la femme se tiendra dans la chapelle Wesleyenne à Seneca Falls, NY, le mercredi et le jeudi 19 et le 20 juillet ». La convention de Seneca Falls est la première convention pour les droits des femmes à se dérouler sur le sol américain et réunit environ deux cents personnes. Elle aboutit à la signature de la « déclaration de sentiments », considérée comme l'acte fondateur du mouvement féministe américain.

Richard P. Hunt décède le , laissant Jane veuve avec six enfants de dix-huit ans et moins.

Elle vit dans la maison familiale jusqu'à sa propre mort, qui a lieu lors d'une visite à sa fille à Chicago le , à l'âge de 77 ans. Elle est enterrée à côté de son mari au cimetière Maple Grove de Waterloo[5].

Références

  1. (en) Judith Wellman, « Jane Hunt - Women's Rights National Historical Park (U.S. National Park Service) », sur www.nps.gov (consulté le 7 juin 2020)
  2. (en) « Quakers & Slavery : Radical Quaker Women », sur web.tricolib.brynmawr.edu (consulté le 7 juin 2020)
  3. (en) Gerda Lerner, « The Meaning of Seneca Falls: 1848-1998 », Dissent,‎ , p. 36 (lire en ligne)
  4. (en) Snodgrass, Mary Ellen, The Underground Railroad: An Encyclopedia of People, Places, and Operations, Routledge, (ISBN 1317454162), p. 280
  5. « Jane Clothier Master Hunt (1812-1889) - Mémorial... », sur fr.findagrave.com (consulté le 7 juin 2020)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Jane Hunt (quaker)
Listen to this article