Jean-Bernard Sempastous - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Jean-Bernard Sempastous.

Jean-Bernard Sempastous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Bernard Sempastous

A l'Assemblée, en juin 2017
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(3 ans, 11 mois et 24 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 1re des Hautes-Pyrénées
Législature XVe
Groupe politique LREM
Prédécesseur Jean Glavany
Maire de Bagnères-de-Bigorre

(3 ans, 10 mois et 17 jours)
Prédécesseur Rolland Castells
Successeur Claude Cazabat
Biographie
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées)
Nationalité Française
Parti politique CDS (jusqu'en 1995)
UDI (2012-2017)
LREM (depuis 2017)
Profession Professeur

Jean-Bernard Sempastous est un homme politique français né le à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées).

Membre de La République en marche, il est maire de Bagnères-de-Bigorre de 2013 à 2017, et député de la 1re circonscription des Hautes-Pyrénées depuis 2017.

Biographie

Origines et profession

Jean-Bernard Sempastous est né le à Bagnères-de-Bigorre dans le département des Hautes-Pyrénées. Après des études d’électronique, électrotechnique et automatique à la faculté de Montpellier, il exerce comme professeur dans un lycée technique[réf. nécessaire].

Engagement politique

Débuts

Il fut membre des Jeunes Démocrates sociaux, mouvement de jeunesse du Centre des démocrates sociaux[1].

En 1995 il devient conseiller municipal de Bagnères-de-Bigorre puis adjoint en 1998. En , il devient maire à la suite du décès de son prédécesseur puis est élu en 2014[2].

Très investi sur les sujets liés à la montagne et au thermalisme il a présidé la Fédération thermale et climatique des Hautes-Pyrénées et fut vice-président de l’Association départementale des maires des Hautes-Pyrénées. Il est aussi membre de plusieurs structures en lien avec le thermalisme et l'environnement comme le conseil d’administration du Parc national des Pyrénées, le conseil d'administration du Conservatoire botanique pyrénéen et le conseil d'administration du Centre permanent d'initiatives pour l'environnement.

Parallèlement il est vice-président de la Communauté de communes de la Haute-Bigorre chargé du personnel jusqu’en 2017.

En 2016, il est porte-parole d'Alain Juppé dans les Hautes-Pyrénées pour sa campagne à la primaire de la droite et du centre[3]. Après sa défaite, il est sollicité par Emmanuel Macron, qu'il connaît depuis son passage au palais de l'Élysée comme secrétaire général adjoint, pour être candidat aux législatives sous la bannière de son parti[3].

Député de la XVe législature

Il est élu député dans la première circonscription des Hautes-Pyrénées, avec 58,85 % des voix face à Sylvie Ferrer (La France insoumise) au second tour des élections législatives de 2017[4],[5],[6].

Il indique entretenir des relations étroites avec le président de la République et lui transmettre régulièrement des notes sur des enjeux nationaux ou départementaux[3].

Il crée avec Benoît Simian le « Cercle girondin LREM » en , afin de porter les thématiques de la ruralité à l'Assemblée[1].

À l’Assemblée nationale, il intègre la Commission des Affaires économiques. Il est alors désigné co-rapporteur de la mission d’application de la loi Montagne pour la modernisation, le développement et la protection des territoires de montagne dont le rapport est remis le et co-rapporteur de la mission d'évaluation de la même loi dont le rapport a été publié le 4 mars 2020[7].

Il est rapporteur de la proposition de résolution européenne pour une agriculture durable dans l’Union européenne. Il préside aussi la mission d’information sur le foncier agricole et contribue à dresser un état des lieux des enjeux et des solutions notamment en ce qui concerne la préservation des sols et de l’écosystème qui y vit et l’avenir de nos jeunes agriculteurs. La mission s’est clôturée par la remise d’un rapport parlementaire publié en .

Il fut également rapporteur pour avis des missions budgétaires liées à l’agriculture et à l'alimentation dans le projet de loi de finances 2020[8].

Polémique

La participation de plusieurs députés, dont Jean-Bernard Sempastous, au restaurant Chez Françoise, où il apparaît avec ses collègues Aina Kuric (Marne), Liliana Tanguy (Finistère) et Marion Lenne (Haute-Savoie), à une soirée organisée par le cabinet de lobbying Com'Publics le crée une polémique[9]. Il indique travailler avec eux en transparence uniquement sur le sujet du thermalisme, Com'Publics assistant les acteurs du secteur[9].

Autres engagements

Son engagement pour la jeunesse se traduit par son appartenance au conseil d’administration des rencontres lycéennes de vidéo depuis une vingtaine d’années[Quand ?], de la société Ramond (société Savante ancienne depuis 150 ans) et de Piano Pic[réf. nécessaire].

Très attaché au maintien et au développement de la culture, il préside depuis 14 ans la Société des chanteurs montagnards d’Alfred Roland, plus ancienne chorale profane de France[réf. nécessaire].

Notes et références

  1. a et b Yann Guégan et Diane de Fortanier, « La galaxie LRM à l’Assemblée nationale », sur contexte.com, (consulté le 19 octobre 2018).
  2. « Résultats des élections municipales 2014 Bagnères-de-Bigorre (65710) », sur leparisien.fr (consulté le 22 septembre 2020)
  3. a b et c « L’oreille du Président Macron », La Semaine des Pyrénées, 8 février 2018, lire en ligne.
  4. Ministère de l'Intérieur, « Elections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le 21 juin 2017)
  5. « Jean-Bernard Sempastous : «Bagnères va me manquer» », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juin 2017)
  6. « Le Plateau et le secteur avec Jean-Bernard Sempastous », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juin 2017)
  7. Assemblée Nationale, « Rapport d'information déposé en application de l'article 145-7 alinéa 1 du règlement, par la commission des affaires économiques sur l’évaluation de la loi n° 2016-1888 du 28 décembre 2016 de modernisation, de développement et de protection des territoires de montagne (Mme Marie-Noëlle Battistel, Mme Frédérique Lardet, M. Vincent Rolland et M. Jean-Bernard Sempastous) », sur Assemblée nationale (consulté le 11 mars 2020)
  8. « Assemblée nationale ~ Deuxième séance du lundi 28 octobre 2019 », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 11 mars 2020)
  9. a et b https://www.liberation.fr/politiques/2019/11/12/la-soiree-deguisee-de-quatre-deputes-lrem-avec-des-lobbyistes_1762877
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Jean-Bernard Sempastous
Listen to this article