Jean-François Beltramini - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Jean-François Beltramini.

Jean-François Beltramini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-François Beltramini

Beltramini et Bernard Menez avec les Polymusclés en mars 1992.
Biographie
Nationalité
Français
Naissance
Lieu Les Clayes-sous-Bois (France)
Décès 27 août 2014 (à 66 ans)
Lieu Les-Clayes-sous-Bois (France)
Taille 1,74 m (5 9)
Poste Attaquant
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1969-1973CA Mantes-la-Ville- (-)
1973-1974Stade de Reims- (-)
1974-1975Stade lavallois26 (4)
1975-1979Paris FC132 (37)
1979-1981Paris Saint-Germain36 (14)[1]
1981-1985FC Rouen145 (63)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Jean-François Beltramini est un footballeur français né le aux Clayes-Sous-Bois dans les Yvelines en France[2] et mort le [3] dans sa ville natale.

Biographie

Formé à Mantes, il passe par Reims et Laval avant d'éclore au Paris FC[4]. Ce n'est que vers 30 ans qu'on va découvrir ses qualités d'avant-centre, bien que son entraîneur Robert Vicot l'utilisera un temps arrière droit. La montée avec le Paris FC sera sans effet, le club replongeant en seconde division la saison suivante. Après un bref passage au PSG, c'est avec le FC Rouen qu'il va connaître la gloire. Malgré tout en 1979-80 avec 13 buts au cours de la saison, il est le meilleur buteur du PSG[5].

Chasseur de buts rusé, Beltramini va contribuer à faire monter Rouen en division 1 en 1982[6]. Il a alors 34 ans. Pourtant, il continuera à marquer des buts à la pelle, avec l'historique 7-1 contre Nancy où il marquera 5 fois. Sa dernière saison se passe mal : à 37 ans, il ne marque plus et le désamour avec le public de Diochon est grand.

Il jette l'éponge en milieu de saison, tout comme son coéquipier Philippe Redon. Le FC Rouen ne s'en remettra pas et descendra en deuxième division pour ne plus jamais remonter. Un temps entraîneur au Paris Saint Germain, il a coupé les ponts avec le football professionnel et a repris son travail de maçon dans sa ville natale. Il joue pendant un temps au sein du club amateur de Villepreux avec son frère et devient également l'entraîneur de l'équipe sénior de la ville. Il joue ensuite avec l'équipe de personnalités des Polymusclés (Bernard Menez, Christian Baltauss, …)[7] et participe également au match de gala des 110 ans du Football Club de Rouen 1899 avec les anciens du FC Rouen en .

Il meurt en 2014 des suites d'une longue maladie. Le stade de sa ville natale, aux Clayes-sous-Bois (Yvelines), a été renommé en hommage[8].

Carrière

Saison Club Championnat PJ B
1969-70 CA Mantes-la-Ville CFA[9] - -
1970-71 CA Mantes-la-Ville National - -
1971-72 CA Mantes-la-Ville Division 2 30 11
1972-73 CA Mantes-la-Ville Division 2 29 12
1973-74 Stade de Reims Division 1 - -
1974-75 Stade lavallois Division 2 25 4
1975-76 Paris Football Club Division 2 27 5
1976-77 Paris Football Club Division 2 30 4
1977-78 Paris Football Club Division 2 29 13
1978-79 Paris Football Club Division 1 38 14
1979-80 Paris Saint-Germain Division 1 29 13
1980-81 Paris Saint-Germain Division 1 4 0
1981-82 Football Club de Rouen Division 2 34 16
1982-83 Football Club de Rouen Division 1 37 19
1983-84 Football Club de Rouen Division 1 38 14
1984-85 Football Club de Rouen Division 1 21 5

Notes et références

  1. « Fiche de Jean-François Beltramini », sur footballdatabase.eu
  2. Interview sur http://psg70.free.fr/.
  3. Le Parisien, « Disparition de l'ex attaquant du PSG, Jean-François Beltramini », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 11 octobre 2020).
  4. Fiche de carrière sur http://tangofoot.free.fr/.
  5. Fiche de carrière sur http://psg70.free.fr/.
  6. Article sur la montée en 1982 de Rouen, sur http://www.fcrouen.net/.
  7. Présentation des Polymusclés sur http://www.polymuscles-63.org.
  8. « Équipements sportifs », sur lesclayessousbois.fr (consulté le 2 avril 2020).
  9. Fiche de carrière partielle sur http://www.planetepsg.com/.
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Jean-François Beltramini
Listen to this article