Jean-Louis Jorge - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Jean-Louis Jorge.

Jean-Louis Jorge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean-Louis Jorge
Naissance
Santiago de los Caballeros (République dominicaine)
Nationalité
 Dominicain
Décès
Saint-Domingue
Profession Réalisateur
Films notables Les Serpents de la lune des pirates
Mélodrame

Jean-Louis Jorge est un réalisateur dominicain, né en 1947 à Santiago de los Caballeros et mort le à Saint-Domingue[1].

Biographie

Fils d'un père cardiologue et d'une mère mannequin, Jean-Louis Jorge a étudié le cinéma et le théâtre à l'UCLA à Los Angeles. Il réalise son premier long métrage, Les Serpents de la lune des pirates, avec une équipe d'étudiants et un budget dérisoire[2]. Le film obtient le grand prix Cinéma d'aujourd'hui au festival de Toulon 1973[3].

En 1980 il a deux films en projet : Bolero et Frisson d'amour[4]

Il a été présenté comme un « auteur culte » parmi les cinéastes latino-américains[5].

En 2019, Laura Amelia Guzman présente à la Berlinale un film hommage à Jean-Louis Jorge, La fiera y la fiesta[6],[7].

Jean-Louis Jorge était le mari d'Edwige, « reine des punks », âgée de quinze ans de moins que lui. Il est mort assassiné à Saint-Domingue[8].

Filmographie

Théâtre

  • 1974 : M. M. Maggie Moon : mais qui était donc cette petite blonde ?  (mise en scène et acteur)[16]

Notes et références

  1. http://cinelatinoamericano.org/cineasta.aspx?cod=223
  2. Jean-Louis Jorge par Nancy Dowd, avril 2020 [1]
  3. Articles dans Positif, Cinéma 73, La Revue du cinéma
  4. Haïti, Saint-Domingue (lire en ligne)
  5. https://www.elespectador.com/entretenimiento/cine/jean-louis-jorge-uno-de-los-secretos-mejor-guardados-del-cine-latinoamericano/
  6. https://www.efe.com/efe/america/mexico/filme-homenaje-a-jean-louis-jorge-y-su-generacion-estreno-en-la-berlinale/50000545-3897003
  7. https://espectadores.com.ar/2019/07/10/fiera-fiesta-jean-louis-jorge-laura-amelia-guzman-israel-cardenas-geraldine-chapline-estreno-comercial/
  8. Simon Liberati, Les Inrocks, 3 octobre 2015 [2]
  9. Charles Bechtold. Critique parue dans Le Cinématographe, n°6, février 1974
  10. Gérard Frot-Coutaz. Critique parue dans Cinéma n°183, janvier 1974
  11. Marcel Martin. Critique parue dans Écran n°21, p. 52, janvier 1974
  12. (es) El cine es mejor que la vida, , 175 p. (lire en ligne), p. 82
  13. Jacques Grant. Critique parue dans Cinéma n°211, p. 126, juillet 1976
  14. Jean-Claude Biette, Paul Vecchiali. Critique parue dans Image et Son n°311, p. 96, novembre 1976
  15. Barthélémy Amengual. Critique parue dans Positif n°186, p. 123, juillet 1976
  16. Les Archives du spectacle [3]

Annexes

Bibliographie

  • Lucien Dahan, Cinématographe, no 19, , p. 29 (entretien)
  • Gérard Frot-Coutaz, « Jean-Louis Jorge », Cinéma 76, no 212-213, , p. 220 (entretien)
  • (es) « Un cineasta dominicano que trabaja en Paris », Opiniones, Agencia Latinoamericana,‎ (lire en ligne)

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Jean-Louis Jorge
Listen to this article