Jean Laugier - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Jean Laugier.

Jean Laugier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2013). Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?
Jean Laugier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

Jean Laugier est un poète français, né le à Saïgon, et mort le à Paris.

Biographie

Orphelin à trois ans, il est élevé par sa grand-mère. Il fait ses études à Lorient, puis dans l’Aisne et enfin à Paris. Dès 1942, il pratique l’art et l’écriture dramatique. En 1945, Pierre Seghers publie ses premiers poèmes. Après un voyage aux Antilles, il est en 1948 engagé à La Huchette. L’année suivante, Bruno Durocher édite son premier recueil, Le désossé. Le second, La huitième couleur, est édité chez Debresse en 1952. En 1954, il épouse Andrée Baudouin. Il continue son travail au théâtre, et la publication de recueils de poésie : L’Espace muet, en 1956, Les Bogues en 1961. À cette date, il a déjà été distingué par le prix Saint-Paul-Roux, le prix René Guy Cadou, le prix Fénéon. En 1960, il pratique son métier d’acteur à temps complet et est engagé au TNP par Jean Vilar en 1963. Il ne mettra fin à cette carrière qu’en 1974.

À partir de 1970, Il publie à nouveau : L’autre versant, Les Margelles de l’aube, le Retable des quatre saisons, Rituel pour une ode, qui lui vaut le prix Guillaume-Apollinaire en 1978. En 1980, il se positionne comme conférencier, d’abord au Zaïre, puis en France, dans des établissements d’enseignement. De 1985 à 2000, il est l’hôte de Charles Dédéyan dans son Séminaire en Sorbonne. En 1985, ceci le conduit à publier Mon théâtre et ses miroirs, puis, en 1995, A bâtons rompus. En 1986, il obtient le Prix Bretagne pour l'ensemble de son œuvre.

En 1987, il obtient, pour l’ensemble de son œuvre, le prix d’automne de la SGDL ; en 2002 elle récidivera avec le prix Charles Vildrac.

Il participe à Caractères comme critique littéraire, et à diverses manifestations, colloques et biennales. Il traduit des poètes macédoniens. En 1994, il publie Dans la main du monde. La même année, son épouse meurt. En 1997, il publie La Nuit improvise, recueil de contes et nouvelles. Il meurt à Paris en .

Théâtre

Prix littéraires

Prix de l’Académie française

Œuvres

Théâtre

  • Théâtre IV, un Brasseur de lunes, 1995

Poésie

  • Dans la main du Monde, Caractères, 1994
  • Jubilé, Poèmes choisis et traduits en macédonien par Jordan Plevnes, 2001
  • Ce lumineux foutoir, Le Veilleur Éditions, 2002, Prix Charles Vildrac de la SGDL

Essais, proses, conférences, traductions

  • A bâtons rompus, causeries en Sorbonne, Caractères, 1995
  • La nuit improvise, nouvelles, édition Coop Breizh, 1997
  • Hommage à Grégor Prlicev, édition bilingue macédonienne du musée de Struga, 2000
  • Le fils du soleil, édition L'Esprit des péninsules, 2003, transposition française du recueil de Radovan Pavlovski, poète macédonien

Références

  • Jean Laugier, Un regard à l'écoute, numéro de la revue Intuition consacré à sa vie et à son œuvre, 2004.
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Jean Laugier
Listen to this article