Jean Sinoël - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Jean Sinoël.

Jean Sinoël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean Sinoël
Nom de naissance Jean Léonis Biès
Naissance
Sainte-Terre, (Gironde),
Nationalité
 Français
Décès (à 81 ans)
13e arrondissement de Paris
Profession Chanteur, Acteur
Films notables Drôle de drame
Remorques
Quai des orfèvres

Jean Léonis Biès dit Jean Sinoël ou Sinoël[1], né le à Sainte-Terre (Gironde), et mort le dans le 13e arrondissement de Paris[2], est un acteur français.

Biographie

Sinoël se fait tout d'abord connaître comme chanteur de café-concert dans le style « gambilleur » vers 1890 dans un registre de chansons monologuées. Il reste trois ans à l'affiche du concert parisien entre 1896 et 1899 puis devient le spécialiste des revues de l'époque. Cette carrière de revuiste prendra fin en 1931 lorsqu'il adoptera définitivement le cinéma. Il est petit, énergique et use de toutes sortes de mimiques.

En 1905, la revue Paris qui Chante lui consacre une page de couverture. À partir de 1910, il lui est offert d'enregistrer quelques chansons, ses disques sont aujourd'hui peu courants, il grave chez Opéra (Après 40 ans de république), chez Corona (Y'a des apaches dans la maison), chez Radior (je fais du crochet), chez Perfectaphone (Si qu'on saurait), on retrouve ces faces sous des couplages différents.

Après la « mort » du caf'-conc', il se reconvertit dans le cinéma, on le voit dans de nombreux films de 1932 à 1947, il joue très souvent des vieux sourds, gratte-papiers, centenaires… On le voit dans Drôle de drame ou dans Tartarin de Tarascon, ou encore dans François Ier dans le rôle du fantôme familier… La grande vieillesse arrivant, il se retire des écrans et meurt en 1949 à l'âge de 81 ans. Il fait partie intégrante du paysage français du cinéma des années 1930, un grand second rôle très apprécié. Ses disques ont été très peu réédités.

Discographie

  • 1909 :
    • Ça fume à la bastoche
    • Si qu'on saurait
    • Moi j'fait du crochet
    • On ne peut pas tout avoir
    • Y a des apaches dans la maison,
    • Horrible
  • année 1913–1914 :
    • Le genre tata
    • Comme ça me plait
    • Il y a quelque chose qui mijote
    • Après 40 ans de république
    • Ça y est c'est la révolution
    • Je suis un petit cochon
    • Quand une femme a dormi là
    • Comme je les aime
    • La passion des coups

Filmographie

Période 1931/1935

Période 1936/1939

Période 1940/1950

Théâtre

Bibliographie

  • Olivier Barrot et Raymond Chirat, Noir et Blanc - 250 acteurs français du cinéma français 1930-1960, Paris, Flammarion, 2000, pp. 538-539

Notes

  1. Son pseudonyme vient de l'anagramme de son second prénom.
  2. Acte de décès n° 2895 (vue 12/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 13e arrondissement, registre des décès de 1949.
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Jean Sinoël
Listen to this article