Joëlle Numainville - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Joëlle Numainville.

Joëlle Numainville

Joëlle Numainville
Joëlle Numainville lors du Tour de Thuringe 2012
Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (34 ans)
LavalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
Équipes professionnelles
Principales victoires

Joëlle Numainville, née le à Laval au Québec, est une ancienne coureuse cycliste canadienne. Elle a notamment été médaillée d'or de la course en ligne des championnats panaméricains 2009 et championne du Canada sur route en 2010. En 2012, elle participe aux Jeux olympiques de Londres et y prend la douzième place de la course en ligne.

Biographie

En 2012, elle se montre très en forme au Tour de l'Ardèche. Elle est quatrième du prologue, puis huitième du contre-la-montre de la deuxième étape. Elle remporte le sprint peloton sur l'étape suivante et se classe donc deuxième précédée par Emma Pooley d'une minute quarante. Elle s'impose le lendemain au sprint et termine deuxième de la cinquième étape battue par Carla Ryan. Elle finit cinquième de la dernière étape. Elle s'adjuge le maillot à points du Tour[1].

Le , elle est victime d'une chute durant le Tour of the Gila et en ressent des vertiges. Elle poursuit sa saison en étant deuxième du Grand Prix du Gatineau et deuxième du Chrono du Gatineau. Elle gagne également le championnat du Canada du contre-la-montre et sur route. Pourtant, elle éprouve des difficultés à maîtriser la trajectoire de son vélo. Après une nouvelle chute lors des jeux de la francophonie, une commotion cérébrale lui est diagnostiquée. Elle en éprouve des insomnies, des problèmes de vision et des fatigues inexplicables. Cela met fin à sa saison. La même année, elle passe son baccalauréat de finances à l'université du Québec à Montréal[2].

À la fin de l'année 2014 elle signe un contrat avec l'équipe Bigla Cycling Team[3]. Lors des championnats nationaux, Joëlle Numainville est quatrième du contre-la-montre puis gagne l'épreuve en ligne au sprint en passant le dernier virage en tête et en résistant au retour de Leah Kirchmann[4]. En fin de saison, elle est onzième de la course en ligne des championnats du monde.

En 2016, elle se dit choquée par sa non-sélection pour les Jeux olympiques de Rio[5].

Au Grand Prix de Plouay, Leah Kirchmann part seule en tête à l'entrée du dernier tour. Elle n'est reprise que dans la côte de Ty Marrec. Six coureuses s'y détachent mais ne coopèrent pas. La victoire se joue dans un sprint à quatorze. Eugenia Bujak s'impose devant Elena Cecchini et Joëlle Numainville[6].

Aux championnats du monde, la formation Cervélo Bigla obtient la médaille de bronze du contre-la-montre par équipes derrière les formations Boels Dolmans et Canyon-SRAM[7]. Sur l'épreuve en ligne, Joëlle Numainville se classe neuvième[8].

Palmarès

Palmarès par année

Classements mondiaux

Wikidata-logo S.svg Année200920102011201220132014201520162017
Classement UCI49e32e27e32e28e130e34e22e161e
UCI World Tour18e nc
Légende : nc = non classéSource : UCI

Notes et références

  1. Alfred North, Tour le cyclisme féminin performances 2012, , p. 287
  2. Alfred North, Tout le cyclisme féminin performances 2013, , p. 112
  3. « Transfert - Numainville chez Bigla Pro Cycling », sur cyclismactu.fr, (consulté le )
  4. (en) « Canuel secures Canadian time trial title », sur cycling news (consulté le )
  5. (en) « Candian Numainville appeals Olympic Games exclusion », sur cycling news (consulté le )
  6. « GP de Plouay : Eugenia Bujak triomphe en Bretagne », sur Le dérailleur (consulté le )
  7. « Boels – Dolmans détrône Canyon SRAM », sur le dérailleur (consulté le )
  8. « Amalie Dideriksen pour l’éternité ! », sur le dérailleur (consulté le )
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Joëlle Numainville
Listen to this article