Joseph van der Linden d'Hooghvorst - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Joseph van der Linden d'Hooghvorst.

Joseph van der Linden d'Hooghvorst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le baron Joseph van der Linden d'Hooghvorst, né le à Bruxelles, où il est mort le , est un homme politique libéral belge. Il est le frère cadet d'Emmanuel Van der Linden d'Hooghvorst.

Biographie

Famille et mariage

Joseph van der Linden d'Hooghvorst est le second fils de Jean Joseph van der Linden d'Hooghvorst et d'Angélique comtesse Gage. À l'âge de cinq ans, il est présenté de minorité dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1787[1] (mais ne présentera pas ses vœux et ne sera pas fait chevalier) ce qui lui permet de se marier avec la comtesse Marie Thérèse d'Argenteau (1783-1859), veuve de Maximilien d'Overschie de Neeryssche.

Joseph van der Linden et son épouse Marie Thérèse comtesse d'Argenteau, âgée de presque 37 ans, mariés à Bruxelles le , demeurent initialement à l'hôtel de Spangen, sur la place Royale de Bruxelles que la famille van der Linden possédait depuis 1817 avant de la vendre, en 1821, au prince Guillaume d'Orange[2]. Joseph van der Linden acquiert ensuite le château de Limal à la veuve de Léonard Vande Velde, un négociant bruxellois. Marie Thérèse d'Argenteau et Joseph van der Linden n'ont pas eu d'enfants. Joseph van der Linden d'Hooghvorst est mort à Bruxelles, à la rue de l'Écuyer, le [N 1].

Carrière politique

Initialement auditeur au Conseil d'État, le , Joseph van der Linden devient le dernier maire de Bruxelles sous le Premier Empire français, succédant à Charles-Joseph d'Ursel — démis de son mandat  — et conserve ses fonctions maïorales jusqu'en 1815[N 2] sous le règne du roi Guillaume Ier des Pays-Bas, dont il devient le chambellan de 1816 à 1830[4].

Membre des états provinciaux du Brabant méridional avant la Révolution belge de 1830, il est envoyé en au Congrès national comme membre du district de Bruxelles. En 1831 il est simultanément élu sénateur par les collèges électoraux de Bruxelles et de Nivelles. Il choisit ce dernier arrondissement qu’il représente au Sénat belge jusqu’à l’époque de sa mort. En 1831 et 1833, il est également envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire en mission spéciale près des cours d’Autriche, de Bavière, de Wurtemberg, de Hesse-Darmstadt et de Bade[4].

Fonctions et mandats

Joseph van der Linden d'Hooghvorst a exercé les fonctions et mandats suivants[4] :

Rôle dans la découverte des restes du martyr Florius

Sous le pontificat de Grégoire XVI, le baron, de concert avec son neveu, le baron Victor et le beau-frère de ce dernier, le comte Émile d'Oultremont, ministre de Belgique près du Saint-Siège, obtiennent l'autorisation d'exhumer des catacombes de Sainte-Agnès, à la Via Nomentana, les reliques du martyr Florius, jeune homme romain de 23 ans.

Au cours de l'exhumation du , ils découvrent plusieurs ossements bien conservés et l'ampoule contenant le sang coagulé du martyr. Parmi les 12 pièces[5], on peut trouver le procès-verbal circonstancié qui relate les phases de cette opération. Le suivant eut lieu la translation solennelle des reliques en l'église de Limal, en présence de monseigneur Charles Joseph Benît, comte de Mercy-Argenteau, archevêque de Tyr, prélat domestique de SS. le pape Grégoire XVI, du secrétaire de l'archevêque de Malines et des doyens de Wavre et de Beauvechain. La cérémonie avait été précédée d'une mission de huit jours. Les reliques ornèrent l'autel de la chapelle seigneuriale qui fut, jusqu'à la restauration de 1950, la chapelle de Saint-Florius. Florius devient dès lors le saint protecteur de Limal[6].

Honneurs

Notes et références

Notes

  1. Son acte de décès (numéro 4482 de l'année 1846 à Bruxelles) précise que le défunt est mort le 13 décembre 1846, à dix heures du soir, au numéro 24 rue de l'Écuyer, âgé de 64 ans 5 mois et 19 jours. Il est désigné comme « Monsieur Joseph Marie Jean Baptiste Second Colette Ghislain Vander Linden, Baron d'Hooghvorst, sénateur, chevalier de Malte et de l'ordre royal du Lion Belgique », époux de dame Marie Thérèse Ignace Louise Charlotte Comtesse d'Argenteau, fils du très illustre Seigneur Jean Joseph Ghislain Vander Linden, Baron d'Hooghvorst et de la très illustre Dame Angélique Philippine Marie Colette Comtesse Gage, tous deux décédés.
  2. Une affiche, datée du 20 juin 1815 et invitant les citoyens bruxellois possédant des chevaux ou des charrettes à se rendre sur le champ de bataille de Waterloo afin d'y secourir les blessés, atteste que Joseph van der Linden d'Hooghvorst était toujours maire de Bruxelles[3].

Références

  1. de la Roque 1891, p. 247.
  2. Smolar-Meynart et Vanrie 1998, p. 91.
  3. Jean-Claude Hennuy, « Un placard bruxellois relatif aux blessés de la bataille de Waterloo mis en vente », sur rtbf.be, (consulté le 15 février 2021).
  4. a b et c Beyaert 1930, p. 97.
  5. Archives de la cure de Limal, E 197, réunies pour former l'instauration du culte du martyr vénéré sous le nom de Saint-Florius)
  6. Charles De Vos, Limal, les anciens curés, Wavriensia, 1991, pp. 86 & 87

Annexes

Bibliographie

  • Louis de la Roque, Catalogue des Chevaliers de Malte appelés successivement Chevaliers de l'Ordre Militaire et Hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte, 1099 - 1890, Paris, Alp. Desaide, , 306 p..
  • Carl Beyaert, Biographies des membres du Congrès national : 1830-1831, Bruxelles, Librairie nationale d'art et d'histoire, , 133 p..
  • Arlette Smolar-Meynart et André Vanrie, Le quartier royal (Bruxelles), CFC Éditions, , 318 p. (ISBN 978-2-930018-17-1).
  • Paul Roger, Charles Auguste Lioult de Chênedollé, Alexandre De Reume et Alexandre Pinchart,Biographie générale des Belges morts et vivants, G. Deroover, Bruxelles, 1850, page 139
  • J.L. De Paepe – Ch. Raindorf-Gérard, Le Parlement belge 1831-1894. Données biographiques, Brussel, Commission de la biographie nationale, 1996)
  • Charles De Vos, Limal, ses seigneurs et seigneuries, IV, Wavriensia, tome XV, 1966, page 74
  • Charles De Vos, Limal, les anciens curés, Tome XI, Wavriensia, n°1, 1991, pp. 86 & 87. (parution posthume)
  • Charles De Vos, Limal, Heurs et malheurs du château, Tome XIX, Wavriensia, n°3, 1970, pp. 82 à 84.

Articles connexes

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Joseph van der Linden d'Hooghvorst
Listen to this article