Juan Pajuelo - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Juan Pajuelo.

Juan Pajuelo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Juan Pajuelo
Biographie
Nom Juan Luciano Pajuelo Gómez
Nationalité
Péruvien
Naissance (46 ans)
Lieu Lima
Taille 1,83 m (6 0)
Période pro. 1993 — 2010
Poste Défenseur puis entraîneur
Parcours junior
Années Club
??
Academia Cantolao
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1991-1994
Alianza Lima
00? (?)
1995-1997
Deportivo Municipal
080 (5)
1997-2000
Universitario de Deportes
114 (3)
2000-2001
CA Los Andes
017 (1)
2001-2002
Bachilleres de Guadalajara
00? (?)
2001-2002
CF Atlas
002 (0)
2002-2003
Estudiantes LP
009 (0)
2003-2004
Universitario de Deportes
055 (2)
2005
Atlético Universidad
019 (2)
2005-2007
Ionikos Le Pirée
021 (0)
2008
Olímpico Somos Perú
00? (?)
2008
Juan Aurich
017 (0)
2009
Sport Boys
019 (0)
2010
José Gálvez FBC
011 (1)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1999 - 2003
Pérou
025 (3)[1]
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
2014-2015
Universitario de Deportes
(entraîneur-adjoint)
2016
Atlético Torino
2018
Comerciantes Unidos
2019
Universitario de Deportes (intérim)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).
Dernière mise à jour : 6 octobre 2019

Juan Luciano Pajuelo Chávez est un footballeur péruvien, né le à Lima, qui évoluait au poste de défenseur. Il est actuellement entraîneur.

Biographie

Carrière en club

Formé chez les catégories de jeunes de l'Academia Cantolao, il débute lors du Torneo Intermedio de 1993 sous les couleurs de l'Alianza Lima[2]. Prêté au Deportivo Municipal, ses bonnes prestations attirent l'intérêt du rival traditionnel de l'Alianza, l'Universitario de Deportes, qui l'engage et où il se fait un nom en remportant trois championnats consécutifs (1998-1999-2000)[3].

Il tente par la suite sa chance à l'étranger, au Mexique (Bachilleres de Guadalajara, CF Atlas) puis en Argentine (Los Andes, Estudiantes LP), avant de revenir à l'Universitario de Deportes en 2003. Il s'exile une nouvelle fois en 2005, cette fois-ci en Grèce (Ionikos Le Pirée)[4], pour rentrer définitivement au pays en 2007 et jouer tantôt pour des clubs de 1re et 2e division. Il finit sa carrière au José Gálvez FBC et tire sa révérence en 2010.

Carrière en sélection

International péruvien de 1999 à 2003, Pajuelo représente son pays à 25 reprises (trois buts marqués)[1]. Pilier de son équipe lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2002 où il dispute toutes les rencontres de qualification, soit 18 matchs (deux buts marqués)[5], il participe aussi à la Copa América 2001 où sa sélection atteint les quarts-de-finale.

Buts en sélection

NB : Les scores sont affichés sans tenir compte du sens conventionnel en cas de match à l'extérieur (Pérou-Adversaire).

Carrière d'entraîneur

Entraîneur-adjoint de l'Universitario de Deportes en 2014 et 2015, il quitte le club en faute de s'entendre avec le coach de l'équipe, Roberto Chale[6].

En , il est nommé entraîneur de l'Atlético Torino, pensionnaire de deuxième division péruvienne[7].

Palmarès de joueur

Universitario de Deportes
Sport Boys

Annexes

Notes et références

  1. a et b (en) José Luis Pierrend, « Peru - Record International Players », sur www.rsssf.com, (consulté le 10 mai 2016).
  2. (es) Raúl Behr, « Interpretando al Intermedio », sur www.dechalaca.com, (consulté le 10 mai 2016).
  3. (es) Adrián Cabrejo, « Figuras de Universitario que debutaron en Alianza Lima: Enemigos Íntimos », sur www.dechalaca.com, (consulté le 10 mai 2016).
  4. (es) « Club griego Ionikos ficha a Juan Pajuelo », sur www.peru21.pe, (consulté le 10 mai 2016).
  5. (en) « 2002 FIFA World Cup Qualifying South America Record by competition Juan Pajuelo », sur www.statbunker.com (consulté le 11 mai 2016).
  6. (es) « Universitario: "Pajuelo se fue porque no quería trabajar con Roberto Chale" », sur www.depor.com, (consulté le 11 mai 2016).
  7. (es) « Juan Pajuelo asumió como técnico del Torino », sur www.ovacion.pe, (consulté le 11 mai 2016).

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Juan Pajuelo
Listen to this article