Klaus Heinrich - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Klaus Heinrich.

Klaus Heinrich

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2018). Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?
Klaus Heinrich
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
PEN club Allemagne (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Klaus Heinrich (né le à Berlin et mort dans cette ville le ) est un philosophe et professeur émérite de l'Université libre de Berlin, dont il est l'un des membres fondateurs.

Parcours

Klaus Heinrich est né en 1927 à Berlin, la ville qui l’a vu grandir et qu’il n’a jamais vraiment quittée. À 15 ans, il est enrôlé dans la Luftwaffe (Armée de l’Air). Un an plus tard, en 1943, une procédure est engagée contre lui pour « défaitisme » et « corruption anti-militariste ». Dès la fin de la guerre, il étudie le droit, la philosophie, la théologie, la sociologie, l'histoire de l'art et la littérature à l'Université Humboldt de Berlin. Victime d'attaques  politiques et de dénonciations, il contribue en 1948 à fonder l'Université libre de Berlin à l'Ouest de la ville. Il y soutient ensuite son doctorat en 1952 puis, après une controverse mémorable, sa thèse d’État en 1964, date de parution de son livre majeur et unique en son genre, Essai sur la difficulté de dire non (Versuch über die Schwierigkeit nein zu sagen). Dès 1971, il y enseigne les sciences des religions sur une base « théologico-philosophique » qui intègre notamment les domaines de la logique, de l'ontologie, de la psychanalyse et de la mythologie. Reconnu et respecté par ses pairs et la majeure partie des penseurs germanophones contemporains, dont certains ont été profondément marqués par son enseignement, il est professeur émérite depuis 1995, et ses 90 ans sont dûment célébrés le par les grands journaux allemands. Klaus Heinrich meurt le 23 novembre 2020 à Berlin[1].

Œuvre

Son œuvre importante se compose en grande partie de séminaires consignés ou enregistrés par ses étudiants (« Dahlemer Vorlesungen »). Sa particularité était d'enseigner sans recourir aux notes. On trouve également une série de recueils avec des conférences et de courts essais (« Reden und kleine Schriften »). L’Essai sur la difficulté de dire non expose, d’une manière paradoxalement systématique et fragmentaire, la pensée singulière de celui que l’on appelle parfois, avec beaucoup de tendresse, le « Socrate de Berlin ».

Bibliographie en allemand

Les conventions bibliographiques ne sont pas respectées (novembre 2018). La bibliographie et les liens externes sont à corriger. Améliorez-les !
  • Versuch über die Schwierigkeit nein zu sagen, Frankfurt am Main 1964, 4. Aufl. 2002 (ISBN 3-87877-169-X).
  • Parmenides und Jona. Vier Studien über das Verhältnis von Philosophie und Mythologie, Frankfurt/Main 1966.
  • Vernunft und Mythos. Ausgewählte Texte, Frankfurt am Main 1983.
  • anfangen mit freud. Reden und kleine Schriften 1, Frankfurt am Main 1997 (ISBN 3-87877-611-X).
  • Wie eine Religion der anderen die Wahrheit wegnimmt: Notizen über das Unbehagen bei der Lektüre des Johannes-Evangeliums, in: Zeitschrift für Religions- und Geistesgeschichte, Vol. 49, No. 4 (1997), pp. 345–363
  • der gesellschaft ein bewußtsein ihrer selbst zu geben. Reden und kleinere Schriften 2, Frankfurt am Main 1998 (ISBN 3-87877-612-8).
  • Kinder der Nibelungen. Klaus Heinrich und Heiner Müller im Gespräch, Frankfurt am Main 2007 (ISBN 978-3-86600-016-2).
  • Festhalten an Freud. Eine Heine-Freud-Miniatur zur noch immer aktuellen Rolle des Aufklärers Freud. In: Zeitschrift für psychoanalytische Theorie und Praxis, 3, 2007, S. 365–388; Sonderdruck des Aufsatzes (ISBN 978-3-86600-019-3).
Séminaires de Dahlem
  • Bd. 1: tertium datur. Eine religionsphilosophische Einführung in die Logik, hrsg. v. Wolfgang Albrecht u. a., Frankfurt am Main und Basel 1981 (ISBN 3-87877-139-8)
  • Bd. 2: anthropomorphe. Zum Problem des Anthropomorphismus in der Religionsphilosophie, hrsg. v. Wolfgang Albrecht u. a., Frankfurt am Main und Basel 1986 (ISBN 3-87877-197-5)
  • Bd. 3: arbeiten mit ödipus. Begriff der Verdrängung in der Religionswissenschaft, hrsg. v. Hans-Albrecht Kücken u. a., Frankfurt am Main und Basel 1993 (ISBN 3-87877-392-7)
  • Bd. 4: vom bündnis denken. Religionsphilosophie, hrsg. v. Hans-Albrecht Kücken, Frankfurt am Main und Basel 2000 (ISBN 3-87877-798-1)
  • Bd. 7: psychoanalyse sigmund freuds und das problem des konkreten gesellschaftlichen allgemeinen, hrsg. v. Hans-Albrecht Kücken, Frankfurt am Main und Basel 2001 (ISBN 3-87877-768-X)
  • Bd. 8: Aufklärung in den Religionen. gesellschaftlich vermitteltes naturverhältnis. Begriff der Aufklärung in den Religionen und in der Religionswissenschaft, hrsg. v. Hans-Albrecht Kücken, Frankfurt am Main und Basel 2007 (ISBN 978-3-87877-028-2)
  • Bd. 9: arbeiten mit herakles. Zur Figur und zum Problem des Heros, hrsg. v. Hans-Albrecht Kücken, Frankfurt am Main und Basel 2006 (ISBN 978-3-87877-029-9)
  • Dahlemer Vorlesungen. Karl Friedrich Schinkel / Albert Speer. Eine architektonische Auseinandersetzung mit dem NS. Arch+ Verlag in Kooperation mit dem Stroemfeld Verlag, Aachen und Frankfurt am Main 2015 (ISBN 978-3931435301)
  • Festhalten an Freud. Sonderdruck der Zeitschrift für psychoanalytische Theorie und Praxis, Nr. 3, 2007. Stroemfeld, Frankfurt am Main, (ISBN 978-3866000193)
  • Der Staub und das Denken. Zur Faszination der Sophokleischen Antigone nach dem Krieg, in: Sophokles Antigone, hrsg. v. Gisela Greve, Tübingen 2002, S. 25–58, (ISBN 3892957185)

Notes et références

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Klaus Heinrich
Listen to this article