Kongō-ji - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Kongō-ji.

Kongō-ji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kongō-ji
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte du Japon
Localisation sur la carte de la préfecture d'Osaka

Le Kongō-ji (金剛寺?) est un temple bouddhiste situé à Kawachinagano, dans la Préfecture d'Osaka, au Japon. Il est le temple principal de la secte Shingon Omuro. Il porte également le nom de montagne Amanosan Kongō-ji (天野山 金剛寺?). C'est le septième temple du pèlerinage Shin Saigoku 33 Kannon (新西国三十三箇所?). Il est remarquable car on y trouve un grand nombre d’éléments du patrimoine culturel du Japon[1],[2],[3].

Histoire

Selon la légende du temple, l'un des 84 000 stupas construits par l' empereur indien Ashoka se trouvait à Kawachinagano. Le temple a été fondé pendant l'Ère Tenpyō (729–749) à la demande de l'empereur Shōmu par le prêtre Gyōki. Au début de l'Époque de Heian, Kōbō-Daishi (Kūkai), le fondateur du bouddhisme Shingon, aurait étudié dans le temple[4].

Bâtiment Mie
Bâtiment Mie

Après 400 ans d'existence, le temple tombait en ruines. Cependant, à la fin de la période Heian, le prêtre Akan du Mont Kōya Akan (阿観?) (1136-1207) vivait dans la région. Profondément vénéré, avec l'aide de l'empereur Go-Shirakawa et de sa sœur Hachijō-in Akiko (1137–1211), il relance le temple. Akan apporte une image de Kōbō-Daishi dessinée par le Prince Takaoka (真如親王, Takaoka-shinnō?) (799–865) depuis le Kōyasan et la fait installer dans le bâtiment Miei nouvellement érigé. Les structures actuelles sont de cette époque. Le temple était alors connu sous le nom de "Kōyasan des femmes" car, contrairement à de nombreux autres temples, les femmes étaient autorisées à y prier[1],[3],[4].

À la fin de l'Époque de Kamakura, le Kongō-ji est lié à l'empereur Go-Daigo et est la base de la Cour du Sud pendant l'Époque Nanboku-chō. De 1354 à 1360, l'empereur Go-Murakami installe un logement temporaire au sous-temple Mani-in (摩尼 院), ainsi qu'un réfectoire. Pendant cette période, trois empereurs de la Cour du Nord, Kōgon, Kōmyō et Sukō, sont emprisonnés dans le Kanzō-in (観 蔵 院) , sous-temple du Kongō-ji[4],[1],[3]. Kōmyō est libéré en 1355, les deux autres en 1357[5].

Plan du temple
Plan du temple

À la fin de la période Nanboku-chō, la production de riz, de charbon de bois, de bois et surtout de saké amano contribuent à la prospérité du temple. Il existe alors plus de 90 sous-temples. Sous le patronage d'Oda Nobunaga et de Toyotomi Hideyoshi, le temple prospère et il possède un territoire de 307 koku à la fin de l'Époque d'Edo. C'est une des raisons pour lesquelles un grand nombre de biens culturels ont été préservés dans le temple. Les bâtiments sont réparés en 1606 par Toyotomi Hideyori et en 1700 par décret de Tokugawa Tsunayoshi[4].

Aucun travail majeur n'a plus lieu avant 2009, date à laquelle le démontage et la réparation des bâtiments ont été décidés. Cela coïncide avec la réparation du groupe de sculptures principales et avec leur désignation ultérieure en tant que trésor national en 2017. Les travaux de préservation ont été subventionnés par l'Agence pour les Affaires culturelles et la ville de Kawachinagano pour un total de 1,65 milliard de yens. Ils ont été réalisés sur une période de 9 ans à partir de 2009[4].

Porte du temple
Porte du temple
Réfectoire
Réfectoire
Tahōtō
Tahōtō

De nombreuses structures architecturales du temple sont désignées comme biens culturels importants .

Bâtiment Gobutsu
Bâtiment Gobutsu

Biens culturels

Le temple abrite un grand nombre de biens culturels parmi lesquels cinq ont été désignés comme trésors nationaux et 29 comme biens culturels importants[4].

Trésors nationaux

Installé dans le kondō, le principal groupe sculptural se compose de statues assises de Dainichi Nyorai, Fudō Myōō et Trailokyavijaya et est en partie une œuvre de Gyōkai (行快?), un disciple de Kaikei. Les trois sculptures ont été faites en bois coloré sur une période de 50 ans, le Dainichi Nyorai datant de la fin de l'Époque de Heian, v. 1180, et le Fudō Myōō de 1234, Époque de Kamakura. Ils mesurent 313.5 cm (Dainichi Nyorai), 201.7 cm (Fudō Myōō) et 230.1 cm (Trailokyavijaya) respectivement. Ces groupes apparaissent dans le mandala Sonshō (尊勝 曼荼羅) du bouddhisme vajrayāna. À la suite d'une restauration et d'une enquête à grande échelle lors de l'Ère Heisei, un texte écrit à l'encre a été trouvé dans le ventre des statues, donnant la date et l'auteur du Fudō Myōō. Le groupe a été par la suite, en 2017, désigné trésor national[4],[6].

Le temple possède une paire de trésors nationaux de l'Époque de Muromachi (milieu du XVIe siècle), des paravents à six sections (byōbu) connus sous le nom de Paysage des quatre saisons (紙本著色日月四季山水図, shihon chakushoku jitsugetsu shiki sansui-zu?). Dessinés à l'encre et couleur sur papier avec fond feuille d'or, les écrans mesurent 147.0 x 313.5 cm chacun. On dit qu'ils étaient l'un des ustensiles utilisés lors du rituel ésotérique kanjō (灌頂)[7],[8],[4],[6].

Engishiki, édition Kongō-ji
Engishiki, édition Kongō-ji

Deux trésors nationaux du temple concernent le Engishiki, un livre sur les lois et les coutumes japonaises, compilé entre 905 et 927. Les deux sont des transcriptions de 1127, mais comme l'original est perdu, ils représentent les plus anciens exemplaires existants de l'œuvre. L'un se compose de trois rouleaux et contient le volume 12 et des fragments de volumes 14 et 16. L'autre est un rouleau avec les volumes 9 et 10, qui contiennent un registre des sanctuaires au Japon[9],[10],[11].

Biens culturels importants

Kōbō Daishi
Kōbō Daishi

En plus des structures architecturales mentionnées ci-dessus, le Kongō-ji détient des biens culturels importants dans la catégorie des arts et de l'artisanat.

Peintures

Sculptures

  • une figure assise en bois de Dainichi Nyorai du début de l'période Kamakura, sur un piédestal de lotus et avec un halo avec 37 kebutsu (化 仏), manifestations de nyorai dans un autre corps. La sculpture date d'entre 1172 et 1192 et est hébergée dans le tahōtō. Elle mesure 80.4 cm (avec son halo, 116.5 cm)[18]
  • une paire de nitennō debout en bois, d'époque Kamakura, située à l'intérieur du rōmon, et datée de 1279[19].

Artisanat

Encensoir
Encensoir
  • un encensoir d'époque Kamakura en cuivre doré, mesurant 36.0 (longueur totale), avec une largeur de poignée de 2.1 cm et un récipient de 8.1 cm de hauteur et 10.3 cm de diamètre. On pense que le couvercle est un ajout ultérieur; il est décoré de "asagao". L'encensoir est maintenant au Musée national de Tokyo .
  • un coffret en bois laqué d'époque Kamakura avec des garnitures en bronze doré datant de 1320, actuellement au musée national de Nara. La boîte mesure 36.3 x 12.7 x 14.0 cm et était utilisée pour les documents d'ordination[20].
  • une petite boîte en laque d'époque Heian, actuellement au Musée national de Kyoto. Elle mesure 27.4 x 41.2 x 19.0 cm et est recouvert de laque avec un dessin de moineaux dans un champ en technique makie-e. L'intérieur est décoré de branches et de fleurs de prunier[21].
Deux armures haramaki
Deux armures haramaki
  • un ensemble d'armures haramaki et hizayoroi des périodes Muromachi et Nanboku-chō[22]
  • un miroir en cupronickel d' époque Kamakura avec des fleurs et des oiseaux [23]
  • une table en forme de papillon à trois pieds d'époque Kamakura avec une arabesque de lotus, une incrustation de raden et un plateau semi-circulaire. Fabriquée en bois recouvert de laque avec des accessoires métalliques. Hauteur: 45.5 cm, panneau: 38.5 x 21.3 cm[24]
  • une boîte de sutra d'époque Heian avec motif de lotus en technique maki-e, maintenant au Musée national de Tokyo [25]

Littérature

You Xian Ku
You Xian Ku
  • un rouleau d'époque Heian du volume 8 du Sūtra du Lotus avec des lettres dorées sur papier bleu foncé, de 1148, œuvre de Fujiwara no Motohira[26]
  • un rouleau d'époque Heian du sutra Hōkyōin-darani écrit avec de la peinture dorée sur papier bleu foncé[27]
  • 12 volumes du sutra Nirvana de la période Kamakura, chacun avec un post-scriptum de l'empereur Murakami de 1359[28]
  • un rouleau du sutra Hōkyōin-darani de la période Heian[29]
  • un rouleau de la période Heian sur la vie et les vœux de Fugen[30]
  • une copie du roman chinois du VIIe siècle You Xian Ku réalisée en 1320. Ce livre mesure 25.5 x 16.2 cm|. La fin contient une description de la transmission kunyomi en lecture[31]

Documents anciens

Articles connexes

Notes et références

  1. a b et c Osaka-fu no rekishi sampo henshu iinkai (publisher): Amanosan Kongo-ji. In: Osaka-fu no rekishi sampo (ge). Yamakawa Shuppan, 2007. (ISBN 978-4-634-24827-4). p. 209
  2. « 金剛寺 », Kongōji (consulté le 12 avril 2020)
  3. a b et c « 金剛寺 », Shin Saigoku Association (consulté le 12 avril 2020)
  4. a b c d e f g et h « 歴史 天野山 金剛寺 », Kongōji (consulté le 12 avril 2020)
  5. Michele Marra, Representations of Power: The Literary Politics of Medieval Japan, University of Hawaii Press, , 35–36 p. (ISBN 9780824815561, lire en ligne)
  6. a et b (ja) « ja:国指定文化財 データベース », Agency for Cultural Affairs (consulté le 12 avril 2020)
  7. (ja) « ja:日月山水図 », Kawachinagano (consulté le 9 mars 2018)
  8. (ja) « ja:国宝・重要文化財(美術工芸品)の指定について~ » [archive du ], Agency for Cultural Affairs,‎ (consulté le 9 mars 2018)
  9. Seeley 1991, p. 55
  10. « Engishiki », Kawachinagano, Osaka (consulté le 12 avril 2020)
  11. « Engishiki », Kawachinagano, Osaka (consulté le 12 avril 2020)
  12. (ja) « ja:弘法大師像 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  13. (ja) « ja:虚空蔵菩薩像 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  14. (ja) « ja:五秘密曼荼羅 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  15. (ja) « ja:尊勝曼荼羅図 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  16. (ja) « ja:観世音菩薩立像 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  17. (ja) « ja:五智如来坐像 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  18. (ja) « ja:大日如来坐像 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  19. (ja) « ja:二天王立像 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  20. (ja) « ja:金銅装 戒体箱 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  21. (ja) « ja:野辺雀蒔絵手箱 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  22. (ja) « ja:腹巻及膝鎧 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  23. (ja) « ja:白銅鏡 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  24. (ja) « ja:蓮唐草螺鈿蝶形三足卓 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  25. (ja) « ja:蓮華蒔絵経筥 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  26. (ja) « ja:紺紙金字法華経 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  27. (ja) « ja:紺紙金泥宝篋印陀羅尼経 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  28. (ja) « ja:大般涅槃経 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  29. (ja) « ja:宝篋印陀羅尼経 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  30. (ja) « ja:梵漢普賢行願讃 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  31. (ja) « ja:遊仙窟残巻 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  32. (ja) « ja:楠木氏文書 », Kawachinagano (consulté le 12 avril 2020)
  33. (ja) « ja:文化財 », Kongō-ji,‎ (consulté le 14 novembre 2017)

Bibliographie

  • Hureau Sylvie, Un rituel d'ordination de religieuses bouddhistes du VIe s. découvert dans un monastère japonais (note d'information). In: Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 153e année, N. 1, 2009. pp. 287-296. DOI : https://doi.org/10.3406/crai.2009.92471
  • Kanzan Satō et Joe Earle, The Japanese sword, Kodansha International, coll. « Japanese arts library volume 12 », (ISBN 0-87011-562-6, lire en ligne)
  • Christopher Seeley, A History of Writing in Japan, Illustrated, coll. « Volume 3 of Brill's Japanese studies library », (ISBN 90-04-09081-9, lire en ligne)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Kongō-ji
Listen to this article