For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for La Vipère.

La Vipère

La Vipère
Description de l
Titre original The Little Foxes
Réalisation William Wyler
Scénario Lillian Hellman
Acteurs principaux
Sociétés de production The Samuel Goldwyn Company
Pays de production
Drapeau des États-Unis
États-Unis
Genre Drame
Durée 115 minutes
Sortie 1941

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Poster - Little Foxes, The 02.jpg

La Vipère (The Little Foxes) est un film américain réalisé par William Wyler, sorti en 1941.

Synopsis

Une petite ville entre Mobile (Alabama) et La Nouvelle-Orléans, à l'aube du XXe siècle. Regina est mariée à un banquier, Horace Giddens, qui se remet d’une crise cardiaque dans une maison de repos à Baltimore. Regina a une passion dévorante pour l’argent mais s'estime frustrée de ne pas disposer de l'aisance dont elle rêve. Sur une proposition de ses deux frères Ben et Oscar, elle veut réaliser une opération financière qui s’annonce des plus rentables, mais elle a besoin de 75 000 dollars. Espérant obtenir cette somme auprès de son mari, elle envoie leur fille Alexandra ramener son père. À son retour, Horace, qui connaît les ambitions de sa femme, refuse catégoriquement de lui donner l'argent. Constatant l’échec de leur sœur, Ben et Oscar vont suggérer au fils de ce dernier, Leo qui est employé à la banque d’Horace, de s'emparer de bons négociables dans le coffre-fort du banquier. Découvrant le vol, Regina fait chanter ses deux frères et réclame sa part du butin. Mais à son grand dépit, Horace n'est pas dupe de la supercherie et déclare avoir personnellement donné les bons à Leo. Après avoir vainement essayé de reconquérir son mari, Regina le laissera délibérément mourir au cours d’une crise cardiaque en « omettant » de lui donner ses médicaments. Alexandra découvrant la monstruosité de sa mère quitte la maison en compagnie de David Hewitt, l’homme qu’elle aime.

Fiche technique

Distribution

Autour du film

  • Le film est tiré de la pièce de Lillian Hellman créée le au National Theater de New York. Le rôle de Regina est interprété par Tallulah Bankhead. Patricia Collinge, Dan Duryea, Charles Dingle, Carl Benton Reid et John Marriott, acteurs de la pièce, reprennent les mêmes rôles dans le film[1].
    En France, la pièce est jouée en 1946 au Théâtre des Arts avec Jany Holt dans le rôle principal[2].
  • Le titre original (Les Petits Renards en français, traduction littérale du titre original) est une évocation d’une parabole biblique « des petits renards qui vont manger la vigne du voisin »[2], référence à l’appât du gain et à l’intérêt que Regina porte à la fortune de son mari.
  • Greer Garson interpréta également le rôle de Regina au théâtre.

Critique

  • « Ce film étouffant est l’adaptation par Lillian Hellman de la pièce qu’elle avait écrite avec l’aide de son compagnon, le grand écrivain Dashiell Hammett. C’est une œuvre dure, une suite de variation sur le pouvoir corrupteur et mythique de l’argent, son rôle délétère dans les sociétés, les familles et les mentalités. Cinéaste scrupuleux, perfectionniste et quelque peu austère, William Wyler a donné à ce propos aride et cruel un ton glacé. On lui a beaucoup reproché son excès de zèle, c’est-à-dire un culte de la perfection technique qui confine à l’inhumanité. Curieuse critique, car le propos du film est précisément l’inhumanité. Bette Davis, comédienne excessive et néanmoins remarquable, a réussi là une de ses prestations inoubliables, mélange de cabotinage rentré et de génie naturel. Elle est terrible, diabolique, haïssable, convaincante. Tout est impeccable dans cette œuvre oppressante qui dénonce l’absurde course à la fortune. La thèse implacablement développée par Lillian Hellman et William Wyler est que non seulement l’argent ne fait pas le bonheur mais qu’il est à l’origine de la plupart des malheurs. » Gilbert Salachas[3].

Notes et références

  1. Bette Davis Sa carrière. Ses films. Isabelle Champion, Éditions Pierre Lherminier. Paris 1986 (ISBN 2-86244-049-3)
  2. a et b Le Mythe de la femme dans le cinéma américain - Jacques Siclier – « 7e Art » - Les Éditions du Cerf, 1956, p. 60.
  3. Gilbert Salachas, Télérama, n°2270, 14 juillet 1993.
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
La Vipère
Listen to this article

This browser is not supported by Wikiwand :(
Wikiwand requires a browser with modern capabilities in order to provide you with the best reading experience.
Please download and use one of the following browsers:

This article was just edited, click to reload
This article has been deleted on Wikipedia (Why?)

Back to homepage

Please click Add in the dialog above
Please click Allow in the top-left corner,
then click Install Now in the dialog
Please click Open in the download dialog,
then click Install
Please click the "Downloads" icon in the Safari toolbar, open the first download in the list,
then click Install
{{::$root.activation.text}}

Install Wikiwand

Install on Chrome Install on Firefox
Don't forget to rate us

Tell your friends about Wikiwand!

Gmail Facebook Twitter Link

Enjoying Wikiwand?

Tell your friends and spread the love:
Share on Gmail Share on Facebook Share on Twitter Share on Buffer

Our magic isn't perfect

You can help our automatic cover photo selection by reporting an unsuitable photo.

This photo is visually disturbing This photo is not a good choice

Thank you for helping!


Your input will affect cover photo selection, along with input from other users.

X

Wikiwand 2.0 is here 🎉! We've made some exciting updates - No worries, you can always revert later on