Laboratoire de thermodynamique et centrale thermoélectrique - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Laboratoire de thermodynamique et centrale thermoélectrique.

Laboratoire de thermodynamique et centrale thermoélectrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cet article présente des problèmes à corriger (liste). Vous pouvez aider à l'améliorer ou bien discuter des problèmes sur sa page de discussion. Cet article ne s’appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires. (Marqué depuis août 2020) Cet article doit être wikifié. Le texte ne correspond pas à la mise en forme Wikipédia (style de Wikipédia, typographie, liens internes, liens entre les wikis, etc.). (Marqué depuis août 2020) Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique. (Marqué depuis août 2020) L'introduction de cet article est soit absente, soit non conforme aux conventions de Wikipédia. (Marqué depuis août 2020) Trouver des sources sur « Laboratoire de thermodynamique et centrale thermoélectrique »  : Bing Cairn DuckDuckGo E. Universalis Gallica Google G. Books G. News G. Scholar Persée Qwant (zh) Baidu (ru) Yandex (wd) trouver des œuvres sur Centre thermoélectrique et laboratoire thermodynamique du Val-Benoît
Centre thermoélectrique et laboratoire thermodynamique du Val-Benoît
Le bâtiment en 2020
Présentation
Destination initiale
Bâtiment de l'université de Liège
Destination actuelle
En cours de rénovation
Architecte
Albert Duesberg
Construction
Site web
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le laboratoire de thermodynamique et centrale thermoélectrique, deux bâtis formant un ensemble architectural, est un des nombreux bâtiments implantés sur le site du Val-Benoît à Liège. Conçu au XXe siècle, il faisait partie du complexe universitaire de Liège, de l'époque. Il est construit en 1937 par l'architecte Albert Duesberg.

Informations techniques

Le bâtiment se situe rue Ernest Solvay à Liège et le projet est conçu par l'architecte Albert Duesberg. Les travaux sont exécutés par le professeur F. Campus (ingénieur en chef du projet du Val-Benoît).

Le bâtiment de la centrale thermique est situé au Nord-Ouest du site.

Introduction

Les infrastructures de l'université de Liège au Val-Benoît ont été construites dans les années 1930[1]. Ce site compte un vaste ensemble de bâtiments comprenant également une centrale thermoélectrique qui assure la production de chauffage et d'électricité de tout le campus. L'ensemble bâti est aménagé en cinq parties :

D'autres bâtis sont construits plus tard, comme la porterie de l'abbaye et l'institut de mathématique. Dans les années 1970, on construit le campus du Sart-Tilman, ce qui va faire déménager les facultés présentent au Val-Benoît dans le nouveau complexe universitaire.

Centrale thermoélectrique

Cette construction est probablement celle qui se démarque le plus sur le site du Val-Benoît par sa tour de 50 m de hauteur avec ses extensions carrées vitrées[1]. La conception de ce bâti est assez complexe puisqu'il accueille diverses affectations pour que cette installation soit la plus autonome possible[2].

À la construction des infrastructures du Val-Benoît, le système de production de chaleur est concentré afin d'améliorer le rendement et simplifier la maintenance du complexe. C'est la société Bémat qui a réalisé les travaux de gros-œuvre. La production de chaleur vient de la combustion de charbon qui se fait dans une salle de chauffe pouvant contenir jusqu'à trois chaudières.

Des galeries souterraines (de deux mètres de haut) relient l'ensemble des bâtiments et contiennent les conduites de gaz, le réseau électrique, les conduites d'eau potable et de chauffage.

Au niveau de la production électrique, l'université a la capacité de subvenir à ses besoins et peut également revendre ses surplus, ses excédents énergétiques au réseau extérieur grâce à l'accord qui a été passé avec la Société Anonyme Linalux (Union des centrales électriques de Liège-Namur-Luxembourg)[3].

L'avantage de ces infrastructures est qu'elles permettent une mise en application des matières enseignées ce qui donne la possibilité de réaliser diverses expériences et manipulations ; ces installations sont donc le complément de l'enseignement théorique avec des intérêts techniques montrant les recherches concernant la thermique ce qui justifie ainsi l'emplacement du laboratoire thermodynamique.

Cette centrale se compose :

  • D'une salle de chauffe
  • D'une salle de haute tension
  • D'une salle de contrôle de la marche des chaudières
  • D'une centrale électrique

Celle-ci remplit deux objectifs qui sont d'une part utilitaire, concerne le chauffage des instituts, leurs éclairages et fournitures en force motrice ; d'autre part , didactique.

La vapeur émise est envoyée dans un détendeur/ désurchauffeur ce qui permet d'adapter la pression.

La centrale et le laboratoire ont été conçus par les services techniques du Val-Benoît, sous la direction de M. le professeur Campus. Les deux bâtis forment un ensemble architectural grâce à leurs proportions aussi élégantes que rigoureuses. Ceux-ci seront, par la suite, reliés à l'institut de Mécanique.

D'un point de vue architectural

L'architecture du bloc des bâtiments est purement fonctionnelle et est dictée par l'emplacement des divers appareils, la dimension des salles et les groupements découlent donc d'une certaine logique. La composition architecturale est très simple puisque les formes du bâtiment ainsi que la distribution des locaux sont imposés par l'agencement des machines[1].

Le bâti est une tour de 50 m marquant le paysage. Ce n'est pas une cheminée, elle comporte les circulations (escaliers et ascenseurs), c'était le lieu d'expérimentations faites sur un manomètre au mercure (de la marque de Brown-Boveri) mesurant 36 m de haut permettant ainsi de faire des tests sous très haute pression.

Les parements sont en béton bouchardé, les soubassements en moellons violets, roses, bleu ou vert. L'architecture sobre est obtenue par un rythme plastique largement ouvert que génère les châssis métalliques de grandes dimensions. Les fenêtres de la tour sont toutes alignées ce qui marque un trait vertical tranchant le gris des matériaux. Une terrasse se situe au sommet de la tour ainsi qu'une en contre-bas permettent la réalisations d'expériences sur le vent.

Cette tour abritait un réservoir d'eau de 40 m3 en cas d'incendie.

L'ensemble est façonné par des volumes cubiques largement vitrés.

Avec le temps, les vitres ont été vandalisées, le bâtiment se dégrade à une certaine vitesse.

Réhabilitation

La SPI, agence de développement économique pour la province de Liège, a racheté le site du Val-Benoît afin d'y créer un pôle multifonctionnel.

En , l'enquête publique pour la rénovation de la centrale thermoélectrique, toujours propriété de l'université de Liège, est lancée. Le site accueillera sur 6 000 m2 une cité des métiers, lieu de formation et d’information, et un service de formation continue de l'université[4].

Notes et références

  1. a b et c Stéphane Gaudry, « La centrale thermique du Val-Benoît », sur https://www.gaudry.be, (consulté le 22 janvier 2020)
  2. Valentin Klingeleers, « Val-Benoît », sur https://vklingeleers.wixsite.com, (consulté le 17 août 2020)
  3. Dehalu, « La centrale thermo électrique de l'université du Val-Benoît », sur lib.ugent.be, (consulté le 22 janvier 2020)
  4. Marc Hildesheim, « Liège: la réhabilitation de l'ancien site universitaire du Val Benoit se poursuit », sur https://www.rtbf.b,

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Revue Universelle des Mines, de la Métallurgie, des Travaux publics, des Sciences et des Arts appliqués à l'Industrie, t. XIV : Inauguration des instituts de la faculté des sciences appliqués au Val-Benoît, (lire en ligne)
    • R.Bidlot et J. Danze, La centrale thermoélectrique et les installations de chauffage et de ventilation des nouveaux instituts du Val-Benoît, p. 91-119
    • A. du Chesne, R.Bidlot et J. Danze, Le nouveau laboratoire de thermodynamique du Val-Benoît, p. 208-217
  • Ferdinand Campus, « Marcel Dehalu et les instituts de la Faculté des Sciences appliquées du Val Benoît », Mémoires de la Société royale des Sciences de Liège, vol. 23,‎ , p. 125-137 (ISSN 0369-1799, lire en ligne [PDF]).

Articles connexes

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Laboratoire de thermodynamique et centrale thermoélectrique
Listen to this article