Les Tombeaux sans noms - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Les Tombeaux sans noms.

Les Tombeaux sans noms

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Tombeaux sans noms est un film franco-cambodgien réalisé par Rithy Panh et sorti en 2018. Sélectionné dans de nombreux festivals, il est récompensé à Namur et reçoit une majorité de critiques positives.

Synopsis

Rithy Panh était âgé de onze ans lorsqu'il a été déporté par les Khmers rouges avec neuf des membres de sa famille. Il est le seul à avoir survécu sans qu'il sache précisément comment ses proches sont décédés et où leurs corps ont été enterrés. Quarante ans après les faits, il retourne au Cambodge afin de leur chercher des sépultures - physiques ou symboliques. Le réalisateur s'engage alors dans un parcours spirituel autour de cérémonies bouddhiques. Son histoire personnelle fait ainsi inlassablement écho à celle de tout le pays (notamment grâce à des témoignages de rescapés, la plupart simples agriculteurs) : deuil et réconciliation sont-ils possibles après le traumatisme associé à la dévastation passée[1] ?

Fiche technique

Informations issues d'Allociné[2], UniFrance[3] et Film-documentaire.fr[4] :

  • Titre : Les Tombeaux sans noms
  • Réalisation : Rithy Panh.
  • Scénario : Rithy Panh et Agnès Sénémaud.
  • Photographie : Prum Mésa et Rithy Panh.
  • Son : Eric Tisserand, Vann Sereyrathanan et Julien Ngo-Trong.
  • Montage : Rithy Panh.
  • Musique : Marc Marder.
  • Doublage - voix originale : Randal Douc.
  • Production : Catherine Dussart Productions, Anupheap Production, Arte France.
  • Pays d'origine :
    France
    -
    Cambodge
    .
  • Genre : Documentaire.
  • Durée : 115 minutes
  • Année de production : 2017.
  • Exploitation : Playtime - Les Acacias.
  • Date de sortie :

Distinctions

Récompenses

Nominations

Prix attribués au réalisateur

A l'occasion de la sélection du film, Rithy Panh a été récompensé dans deux festivals pour l'ensemble de sa carrière :

Accueil

Médias français

Le Monde évoque une « quête intime [...] tant charnelle que spirituelle et incantatoire [...]. Avec son écriture poétique, les photos des proches disparus et ce paysage « linceul » où la nature a repris ses droits, le cinéaste filme sobrement l’hommage qu’il veut rendre aux siens »[1].

L'Obs parle de « méditation bouleversante » et écrit qu' « à travers les rites, la nature, la parole, ce film capte sa douleur mais aussi l’âme d’un pays meurtri »[35].

Pour Télérama, il s'agit de la continuité des autres réalisation de Rithy Panh : « travail magistral autour de l’utopie meurtrière qui ravagea le Cambodge dans la seconde moitié des années 1970. [...] Un chef-d’œuvre, dans lequel le cinéaste se renouvelle une fois de plus en tendant à l’universel »[36].

Enfin, La Croix relate une « création intime » filmée « avec pudeur » concluant par ces termes : « Des photographies en noir et blanc d’hommes, de femmes et d’enfants assassinés défilent au gré des images. Ce film leur offre une sorte de sépulture »[37].

Médias étrangers

Variety remarque que le film n'est pas tourné, tant s'en faut, uniquement vers le passé[38]. The Hollywood Reporter juge qu'il s'agit d'un documentaire « émotionnellement écrasant, visuellement ravissant et intellectuellement stimulant » et compare Rithy Panh à un Sisyphe « réel » qui n'aurait de cesse d'espérer localiser l'endroit où ses proches furent ensevelis, quête se révélant vaine[39].

Le Khmer Times le reconnait comme un chef-d'œuvre[40], The New York Times indique que l'absence assumée de documents d'archives dans le film évoque la démarche de Claude Lanzmann dans Shoah, et souligne la densité du film ainsi que son caractère profondément émouvant[41].

Autour du film

Le journaliste Christophe Bataille fait office de voix off. Son commentaire mêle réflexions personnelles issues en particulier de L'Elimination (co-écrit avec Rithy Panh) et citations diverses à l'instar du roman de Pascal Quignard, Tous les matins du monde, adapté par Alain Corneau au cinéma ou de Nuit et brouillard d'Alain Resnais[39]. Sur ce dernier, Rithy Panh a d'ailleurs expliqué par le passé qu'il avait vu le film à l'âge de dix-huit ans en se disant « Je suis stupéfait. C'est exactement ce qui s'est passé. Ailleurs. Avant. Mais c'est nous »[42].

Notes et références

  1. a et b Mouna El Mokhtari, « "Les Tombeaux sans noms" : la quête spirituelle de Rithy Panh », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juin 2020)
  2. AlloCiné, « Casting de Les Tombeaux sans noms » (consulté le 31 mai 2020)
  3. « Les Tombeaux sans noms (2017) », sur www.unifrance.org (consulté le 31 mai 2020)
  4. « Les Tombeaux sans noms - Graves Without a Name », sur www.film-documentaire.fr (consulté le 31 mai 2020)
  5. (it) Giornate degli autori, « Les tombeaux sans noms », sur giornatedegliautori.com (consulté le 12 juin 2020)
  6. « “Les Tombeaux Sans Noms” est sorti au Cambodge! », sur bophana.org, (consulté le 31 mai 2020)
  7. Centre national de l'image et de l'image animée, « La France distinguée à Namur », sur www.cnc.fr, (consulté le 31 mai 2020)
  8. « Palmarès des Bayard », sur Festival International du Film Francophone de Namur, (consulté le 31 mai 2020)
  9. « Le documentaire «M» de Yolande Zauberman remporte le Bayard d’Or du meilleur film du FIFF », sur Le Soir, (consulté le 31 mai 2020)
  10. (en-US) « World Premiere of Rithy Panh’s New Documentary at the Venice Film Festival », sur Cambodia Film Commission (consulté le 12 juin 2020)
  11. (en) Nick Vivarelli et Nick Vivarelli, « Strong Female Presence Marks Venice Days Lineup; Opener Is ‘Graves Without a Name’ », sur Variety, (consulté le 12 juin 2020)
  12. (en-GB) « French Cinema represented at SGIFF », sur Voilah! Culture, Education and Science news of France in Singapore, (consulté le 12 juin 2020)
  13. (en) Giovanna Fulvi, « Graves Without a Name », sur Toronto International Film Festival (consulté le 31 mai 2020)
  14. (en-US) Kevin Ritchie, « TIFF review: Graves Without A Name », sur NOW Magazine, (consulté le 31 mai 2020)
  15. « Cinéma : les films français à voir au Festival do Rio », sur Bom Dia Brésil, (consulté le 12 juin 2020)
  16. « Foreign Language Oscar Nominees screen at Festival do Rio », sur Festival do Rio (consulté le 12 juin 2020)
  17. Telluride Film Festival, 2018 Program Lineup (consulté le 5 juin 2020).
  18. « Graves Without a Name », sur elgounafilmfestival.com (consulté le 12 juin 2020)
  19. Centre national de l'image et de l'image animée, « Record de coproductions françaises aux Oscars 2019 », sur www.cnc.fr (consulté le 31 mai 2020)
  20. (km) « រឿង «ផ្នូរគ្មានឈ្មោះ» របស់ផលិតករ រិទ្ធី ប៉ាន់ ជាប់ជម្រើសដណ្តើមពានរង្វាន់ Oscar 2019 », traduction de l'article de presse, sur news.sabay.com.kh,‎ (consulté le 31 mai 2020)
  21. (en-US) « 'Roma' Enters Oscar Foreign-Language Race, Becomes the Instant Favorite », sur TheWrap, (consulté le 31 mai 2020)
  22. FIFDH, « Archives - Programme 2019 "Les tombeaux sans noms" » (consulté le 5 juin 2020)
  23. Centre national de l'image et de l'image animée, « Une centaine de films sélectionnés pour le Fipadoc », sur www.cnc.fr, (consulté le 31 mai 2020)
  24. Nicolas Bardot, « La sélection du Festival CPH:Dox 2019 », sur Le Polyester, (consulté le 31 mai 2020)
  25. (en-GB) PressOffice User, « Seven must-see documentaries at the 21st Thessaloniki Documentary Festival », sur www.filmfestival.gr, (consulté le 5 juin 2020)
  26. (en-US) Adriana Rosati, « All the Asian Titles of the 21st Thessaloniki Documentary Festival », sur Asian Movie Pulse, (consulté le 5 juin 2020)
  27. (en) « Graves Without a Name », sur Jerusalem Film Festival (consulté le 12 juin 2020)
  28. (en) JEONJU Intl. Film Festival, « Graves Without A Name », sur eng.jiff.or.kr (consulté le 12 juin 2020)
  29. (en) « Graves Without a Name », sur Fajr International Film Festival (consulté le 12 juin 2020)
  30. (en) « Highlights of French cinema at 43rd Hong Kong International Film Festival », sur Consulat général de France à Hong Kong et Macao (consulté le 12 juin 2020)
  31. (en) Katherine Tulich, « At 45, the Telluride Film Festival Gathers Stars and Film Fans », sur www.goldenglobes.com, (consulté le 5 juin 2020)
  32. (en) Naman Ramachandran et Naman Ramachandran, « SGIFF: Singapore’s ‘A Land Imagined’ Wins Silver Screen Award », sur Variety, (consulté le 12 juin 2020)
  33. (en) « A Land Imagined wins best film at Singapore film festival », sur Screen Daily, (consulté le 12 juin 2020)
  34. (en) « Indonesian films featuring in Singapore film festival », sur The Jakarta Post (consulté le 12 juin 2020)
  35. Jean-Baptiste Naudet, « « Les Tombeaux sans noms », retour dans la nuit khmère », sur L'Obs, (consulté le 12 juin 2020)
  36. « Fipadoc 2019 : six films hautement recommandables dans la sélection “internationale” », sur Télérama, (consulté le 12 juin 2020)
  37. « Les âmes errantes du génocide cambodgien », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 14 juin 2020)
  38. (en) Guy Lodge, « Film Review: ‘Graves Without a Name’ », sur Variety, (consulté le 14 juin 2020)
  39. a et b (en) Clarence Tsui, « 'Graves Without A Name' ('Les tombeaux sans noms'): Film Review | Venice 2018 », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 14 juin 2020)
  40. (en-US) Say Tola, « Graves without a name », sur Khmer Times, (consulté le 14 juin 2020)
  41. (en-US) Glenn Kenny, « ‘Graves Without a Name’ Review: An Impossible Quest in Cambodia », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 14 juin 2020)
  42. Cité in Klaus Theweleit, Le Rire des bourreaux - Essai sur le plaisir de tuer, Paris, Seuil 2019, 276 p. Extrait disponible en ligne ici.

Annexes

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Les Tombeaux sans noms
Listen to this article